Une journée dans la peau d’une catcheuse

Pour le plus grand bonheur de ma rédaction et aussi pour assouvir ma curiosité, j’ai participé à un entraînement de catch. Je souffre tellement que même écrire me fait mal.

Tout a commencé quand mes collègues ont eu l’idée de m’envoyer faire un entraînement de catch dans une école spécialisée. Forcément, la bête féroce qui sommeille en moi n’a pas hésité une seule seconde. Pourtant, mes idées étaient un peu floues sur le sujet. Mais qu’est-ce qu’on apprend au juste? A donner et recevoir des coups pour de faux? Est-ce qu’il y a aussi des cours de théâtre qui viennent avec? Parce que franchement, jusqu’ici le catch, pour moi, ce n’était rien d’autre que du cinéma.

Discipline et concentration

Il aura donc fallu que la Wrestling Academy de Rorbas m’ouvre ses portes pour m’en apprendre davantage. J’ai été accueillie par l’instructeur et fondateur, Thomas Heri (Marshall T. sur le ring), ainsi que deux de ses élèves, Samuel (El Stammico) et Roger (Dante Yankee). Malgré ma grande taille, je me demande si je vais réussir à les soulever pour faire quelques prises. Heureusement, les garçons se montrent très rassurants et patients envers la débutante que je suis.

Je me rends vite compte qu’il ne suffit pas d’avoir de la force. Les mouvements que nous montre Thomas sont très précis et difficiles à retenir du premier coup. Pourtant je dois bien me concentrer pour les assimiler. Ce serait dommage de casser la nuque d’un de mes partenaires de ring, juste par inattention.

Forcément, j’y ai droit aussi. Ici on ne fait pas de chichis, même pour une fille: on combat comme un homme et on encaisse aussi comme un homme. On enchaîne les prises et, après quelques atterrissages fracassants, je commence à sentir la puissance des coups. J’ai un léger torticolis et mes jambes me brûlent – bon, les jambes c’est surtout parce que mon sport de prédilection c’est plutôt le repos.

La comédie, c’est la cerise sur le gâteau

Les mouvements sont donc assez impressionnants, mais ne sont pas censés faire souffrir. Du coup, il faut en rajouter pour impressionner le public. C’est là que la comédie entre en jeu. Je vois donc mes collègues pousser des cris et supplier pour que leur supplice s’arrête. Hurler avec agressivité ne me vient pas naturellement. Et ce ne sont pas mes miaulements qui épateraient les foules.

Il faut se fondre dans un personnage, comme au théâtre. Mais mon instinct me dit que je ferais mieux de me concentrer pour ne blesser personne plutôt que d’essayer de gagner l’oscar du rugissement le plus impressionnant. D’ailleurs, j’ai encore le réflexe de m’excuser quand je les mets à terre… Finalement, la comédie c’est un peu la cerise sur le gâteau.

Pas développé en Suisse

Mais tout ça demande beaucoup d’entraînement, de patience et d’acharnement pour atteindre un niveau digne des rings américains. Malheureusement, en Europe la scène du catch n’est pas aussi développée qu’aux Etats-Unis. Jouer «dans la cour des grands» demande un énorme sacrifice et beaucoup de chance. Pour Thomas, il s’agit d’une passion qu’il continue de vivre à travers son école, même si en Suisse cette discipline n’est pas répandue. Quant à la question de savoir s’il y a beaucoup de filles qui pratiquent cette discipline, la réponse est non.

A la Wrestling Academy, une fille de plus serait d’ailleurs la bienvenue. J’ai trouvé ça plutôt cool, et l’idée de continuer m’a effleuré l’esprit. Mais au moment où j’écris ces lignes, mon corps est en si grande souffrance que je préfère ne pas y penser pour l’instant. En tout cas ma douleur n’aura pas été vaine, j’ai appris des prises assez impressionnantes comme le «side headlock takedown» ou le «body slam». Les mecs n’ont qu’à bien se tenir...


Écris un commentaire

3 Commentaires

Àne au Nimes il y a 7 Mois
Pas pour moi,merci.Je préfere payer Billag pour regarder des matches
1
6
Réponse
Skoja il y a 7 Mois
Belle paire de seins!
9
9
Réponse
Réponse du il y a 7 Mois
Et après on se demande s'il y a encore besoin du féminisme...
3
0
Réponse
video
Un merdeux sème une peur panique

Un merdeux sème une peur panique

Le cauchemar numérique d’un père

Le cauchemar numérique d’un père

video
Grâce à Kanye, ses fans font les andouilles

Grâce à Kanye, ses fans font les andouilles

diashow
Les menstruations, toujours taboues?

Les menstruations, toujours taboues?