Est-ce normal de vivre chez sa mère à 30 ans?

Notre rédacteur n’arrive pas à comprendre qu’à presque 30 ans, son frère habite toujours à la maison. Voici une conversation honnête entre frères.

Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours admiré mon frère. C’est logique, après tout c’est lui l’aîné de nous deux et quand, enfant, j’étais effronté, il me tapait sur la gueule. C’est ce qu’on appelle l’amour fraternel.

Aujourd’hui, on s’entend à merveille, on fait souvent des sorties ensemble et il nous arrive de parler de choses privées, comme deux bons potes. Le seul point sur lequel on n’est pas d’accord, c’est qu’à 29 ans, il habite toujours chez notre mère. Je décide de le rencontrer dans sa chambre d’enfant pour le confronter à la question.

Honnêtement, pourquoi vis-tu toujours à la maison?

Après mon apprentissage, j’ai passé deux ans à l’étranger. C’est pour ça que je ne pensais même pas à déménager. Une blessure m’a ensuite contraint à m’installer ici à plus long terme.

Cela remonte maintenant à dix ans et tu n’es jamais parti pour autant.

Oui, après j’étais dans cette situation confortable où j’ai trouvé un travail tout près d’ici. Alors je me suis dit qu’en restant à la maison chez maman, j’allais pouvoir économiser de l’argent pour repartir en voyage. Ça a donc continué. Je passe six mois ici avant de repartir à l’étranger. Dans l’ensemble, je suis presque aussi souvent en vadrouille que je vis en Suisse.

Quels sont donc les avantages?

En ce moment, c’est surtout pour faire des économies. Je paie, certes, un loyer, mais je peux partir en voyage quand je veux et n’ai pratiquement aucune facture à payer pendant ce temps. En plus, c’est maman qui fournit le dentifrice et le papier toilette – ce serait trop me demander que de m’occuper de ces trucs. Si je devais m’occuper de ça, il me manquerait systématiquement quelque chose. Et puis, elle cuisine bien.

Je sais bien. Mais il doit aussi y avoir des inconvénients.

Evidemment, cela va de soi. J’ai moins ma sphère privée et je dois faire plus attention. Il paraît qu’on fait du bruit quand on rentre bourré à la maison.

Oui, d’après ce que je sais, tu aimes bien faire la fête. Ça pose problème si tu bois ou fumes un joint à la maison?

Fumer dans la chambre a toujours été un sujet tabou. En fait, elle aimerait que je ne fume pas du tout dans la maison, mais la plupart du temps, je le fais quand même et elle a fini par ne plus rien dire. Après tout, le grand balcon avec vue sur les Alpes invite à s’y prélasser. Et en hiver, quand elle a le nez bouché, elle ne sent heureusement pas aussi bien la douce odeur.

Pour revenir à la sphère privée, que se passe-t-il si tu rentres à la maison avec des filles?

Et bien, coucher avec une fille dans la chambre pendant que maman regarde la télé en bas, ce n’est pas toujours drôle. Sauf si c’est ton délire fétichiste – ce qui n’est pas mon cas.

Quelle est ta relation avec ta «colocataire»?

Très bonne. Vive les mamans! De toute façon, je ne suis pratiquement jamais à la maison, sauf pour dormir. Comme cela, on ne se marche pas sur les pieds. Je crois aussi que ça lui manquera un peu quand je n’habiterai plus chez elle. Mais elle ne l’avouerait jamais.

Je vais t’avouer quelque chose: je connais des gens qui pensent que tu es un vrai loser. Est-ce qu’il t’arrive parfois de te sentir comme ça?

De ton côté, tu passes presque toute l’année en Suisse – je pourrais aussi dire de toi que tu es un loser. Non, sincèrement, je sais qu’il serait tout doucement temps de me prendre en main. Mais jusqu’à présent, ça a bien fonctionné pour moi et je ne regrette rien.

Tant mieux

Cela dit, j’aimerais bien connaître les noms de ceux qui me prennent pour un loser.

Oublie. Alors pour quand le déménagement?

A la fin de l’année – je le jure sur la tête de maman.


Écris un commentaire

22 Commentaires

Sarah il y a 3 Mois
Les circonstances de vie font qu'on n'a pas toujours le choix. Perso, je me suis retrouvée mère célibataire à 34 ans, seule à assumer mon enfant, pas les moyens avec mon seul salaire de secrétaire d'avoir un trois pièces toute seule (tout en gagnant juste trop pour avoir des aides), ma mère de son côté est partie à la retraite et n'avait plus les moyens de rester seule dans le 5 pièces où nous avons grandi avec mon frère. Du coup, on fait collocation depuis 4 ans, indépendantes toutes les deux, mais tous les frais partagés par moitié. Et ça nous a sauvé la vie d'un point de vue financier l'une et l'autre !
5
1
Réponse
Pénélope il y a 3 Mois
J'ai vécu jusqu'à l'âge de 34 chez mes parents. Parce que ça nous convenaient. Durant leur absence la maison n'était pas vide et de mon côté je n'étais pas solitaire dans un 2 pièces. Puis j'ai rencontré mon mari. Je ne vois pas pourquoi Il faut toujours se poser des questions. Il faut vivre le moment présent et faire en sorte que l'on se sente bien. Il n'y a pas de manuel qui explique comment vivre😉
10
2
Réponse
Lapin il y a 3 Mois
J'ai 28 ans, je vis chez mes parents, je bosse, mais mon revenu ne me permet pas de prendre un appart même en collocation. Faut payer les factures et la bouffe avant. En plus, si j'ai envie de partir pendant 3 mois ailleurs je n'aurais pas à m'inquiéter de payer un loyer dans le vide. Mon frère et ma soeur sont plus jeunes que moi de quelques années, partir aujourd'hui ne ferait aucun sens pour eux, car ils sont dans le même cas. Au final, le regards des autres on s'en tape non. Si vous jugez allez Ch*** 😀
20
5
Réponse
Un exemple il y a 3 Mois
Étant issu de la très haute noblesse, depuis mon plus jeune âge, je suis un fils à papa. Ma maman m'a très vite remplacé mes habits d'enfants par des chemises BCBG, des pantalons costumes, des pulls très sérieux, une veste élégante et de jolis mocassins. J'ai fait le collège. J'ai 28 ans et je suis toujours en études à l'UNI financées par mon papa. Objectif: reprendre son cabinet d'avocat. Je vis toujours chez mes parents. Je suis nourri, blanchi et logé. J'ai rencontré une amie. Elle aussi en études de droit. Comme nous sommes croyants et pratiquants, nous vivons chez nos parents respectifs. On se voit 2 soirs dans la semaine et le dimanche. Nous espérons nous mariés dans 2 ans. À la fin de nos études. Cette vie différente de beaucoup de gens, nous convient à merveille.
8
33
Réponse
Un jeu vidéo pour visiter des galeries d'art

Un jeu vidéo pour visiter des galeries d'art

Elle montre des naissances non censurées sur Insta

Elle montre des naissances non censurées sur Insta

Voici les pires projets de financement participatif

Voici les pires projets de financement participatif

Détente macabre dans un cercueil gonflable

Détente macabre dans un cercueil gonflable