Vers une interdiction des tatouages spontanés?

Les tatoueurs proposent de plus en plus des rendez-vous spontanés. En Allemagne, une interdiction des tatouages spontanés est étudiée. Quelle est la situation en Suisse?

Le nom du partenaire, un proverbe banal sur le bras ou, bien sûr, jamais démodé: décider de se faire tatouer sous l’influence de substances qui nous ôtent tout bon sens. En Allemagne, on veut mettre un terme légal aux tatouages spontanés afin de protéger les gens des décisions qu’ils regretteraient. La cheffe adjointe de l'Union Chrétienne-Démocrate, Gitta Connemann, exige un intervalle de temps entre le premier contact avec le tatoueur et la date définitive.

La décision appartient au client

L’encrage spontané n'est plus étranger aux Suisses non plus. Les offres viennent de petits et grands studios et connaissent un succès croissant. Peter Steiner, directeur du salon de tatouage de Zollikon, a un problème: «Je traite souvent avec des clients qui commettent des erreurs spontanées et des tendances de tatouage en constante évolution.»

Ceux qui décident d'une séance spontanée de tatouage ne tiennent généralement pas compte des conséquences qui accompagnent cet encrage permanent. Il arrive parfois que le nom de l'ex-partenaire doive se faire effacer à grands frais. «Les studios de tatouage sérieux ont toujours une discussion préliminaire. Mais en fin de compte, c'est le client qui prend la décision», explique Steiner.

Les tatoueurs spontanés altèrent l’image du métier

Il n'y a actuellement aucun contrôle. Harry Schneider, secrétaire de l'Association suisse des tatoueurs professionnels, décrit les tatoueurs spontanés comme des membres d'arrière-cour qui, à son avis, compromettent l'image de la profession. Les studios de tatouage bien connus comme «Giahi» ou «2nd Skin» proposent activement des rendez-vous spontanés. «Notre tatoueur spontané est réservé tous les jours, avec de grandes idées de tatouage spontané de nos clients», explique fièrement Hichem Turki de chez «Giahi».

Lars du studio «Bamboo» à Lucerne ne trouve pas cela répréhensible non plus, mais il nous donne aussi à réfléchir: «Il faut bien réfléchir aux raisons pour lesquelles les petits studios ont spontanément le temps pour cela, ce qui est généralement un mauvais signe. Personnellement, j'aime tous mes tatouages spontanés, ce sont les meilleurs aujourd'hui - mais ce ne serait jamais à recommander en premier tatouage.»

Les normes suisses presque inexistantes

En Allemagne, un groupe de travail se réunit pour harmoniser la législation européenne afin de créer un système plus fort dans nos studios de tatouage. La nouvelle norme européenne vise à réduire les risques pour la santé: en particulier, à améliorer les conditions d'hygiène dans les studios et à réduire les ingrédients dangereux dans les couleurs.

Les encres à tatouage n'ont pas encore besoin d'une autorisation en Suisse. Ni la formation de tatoueur n'est réglementée, ni les normes d'hygiène et de sécurité ne sont contraignantes. Avec la nouvelle législation alimentaire du 1er mai 2017, l'obligation de déclaration pour les studios de tatouage a été introduite pour la première fois.


Écris un commentaire

7 Commentaires

Bianca il y a 3 Mois
Interdisons également le sans rendez-vous chez la coiffeuse. Elle pourrait être d'humeur creative et c'est bien trop risqué.
7
4
Réponse
Réponse du il y a 3 Mois
mais les cheveux, ça repousse...
1
0
Réponse
nina il y a 3 Mois
Il ne suffit pas d'une loi pour empecher les gens d'etre con... Il y a surtout l'éducation mais elle ses limites avec les con..
20
1
Réponse
Alex il y a 3 Mois
Et sinon, laisser les gens faire leurs propres erreurs c est bien aussi, on en a tous fait et on a apprit grâce à elles, ça fait partie de la vie. Du moment que le tatouage est réussi, en rien ça n altère l image du métier à mon sens. Après si le tatoueur refuse, c est très responsable de sa part mais de là à créer une interdiction officielle, y a peut-être plus important à régler avant vous pensez pas?
26
1
Réponse
Fleuves en délire dans des locaux de bureau

Fleuves en délire dans des locaux de bureau

Les milléniaux ruinent des industries entières

Les milléniaux ruinent des industries entières

«J’aime les filles aux petites mains»

«J’aime les filles aux petites mains»

Un enseignant oblige des élèves de 8 ans à fumer

Un enseignant oblige des élèves de 8 ans à fumer