Une série controversée tue des minorités

Il y a au moins autant de méchanceté dans l’adaptation en série du film culte des années 1980 «Fatal Games» que dans l’original. La satire noire ne tient pas compte du politiquement correct, ce qui n’est pas du goût de tout le monde.

Le clan à la fois le plus cool et le plus redouté du lycée de Westerburg est de retour: Heather, Heather, Heather et Veronica. Dès le 7 mars prochain, la chaîne américaine Paramount Network (Viacom; MTV) envoie, une nouvelle fois, en mission les antihéroïnes qui ont donné le nom à la version américaine de la comédie noire de 1988 («Heathers») dont est tirée l’adaptation en série. Les trois Heather sont censées montrer au monde entier qui sont les véritables meneuses.

Mais hé! On est en 2018, ce qui signifie rebondissement! Les personnages issus d’un milieu privilégié, blancs et malveillants de la version originale ne sont pas moins méchants dans la série, mais d’autant plus hauts en couleur. Parmi les «Heathers» milléniales, on trouve en l’occurrence une lesbienne de couleur, une transgenre et enfin une meneuse bien dans son corps qui semble tenir fermement le sceptre dans sa main.

Quand Instagram détruit ta vie

Regina George, de «Lolita malgré moi», fait figure de doux agneau à côté du trio infernal glamour, aux traits d’eye-liner parfaitement réalisés, qui domine non seulement Instagram, mais fait sa loi au sein de son lycée avec une fermeté politiquement correcte impitoyable. Seul un post négatif sur Instagram des Heather peut détruire la vie d’un paquet de muscles, aussi viril et hétérosexuel soit-il.

Bien que les trois Heather soient représentées en tant qu’antagonistes, l’intégralité de la série repose, en grande partie, sur l’humour, le charme et le nombrilisme malin des trois glamoureuses. Et c’est là que de nombreuses critiques se sont fait entendre avant même la projection du premier épisode. Alors que l’original, qui se voulait une satire et une critique sociale, a fait éliminer l’une après l’autre les effrontées blanches et riches, la nouvelle série s’attaque désormais aux minorités.

Dans une interview accordée au magazine «Entertainment Weekly», l’auteur-producteur Jason Micallef explique: «Pour moi les Heather ne sont pas méchantes. Elles ont, toutes les trois, énormément de pouvoir et règnent sur leur lycée. Elles sont les personnes qu’on aimerait tous être.» On ne peut que lui donner raison, même si on peut assez bien comprendre les critiques cette fois-ci (contrairement à d’autres petits détails qui provoquent un tollé).

On a regardé le premier épisode pour se faire une idée. Et sincèrement, on ne partage pas l’avis selon lequel la série enverrait un message négatif quant à la position des minorités. «L’idée est que l’excès de pouvoir corrompt tout un chacun et que nous sommes  tous des idiots qui ne pensons qu’à nous-mêmes», affirme le comédien Brendan Scannell, qui incarne la Heather transgenre. Et c’est ce qui ressort clairement.

Du trash macabre et de l’autodérision profonde

A part cela, la série est une explosion de scènes macabres, de références pop culturelles actuelles et d’humour noir profond. Sans perdre en autodérision, l’adaptation ne manque ni de blagues trash ni d’approches politiques et philosophiques plus profondes sur des sujets comme la morale, la justice et la classification sociale. Ce mélange, combiné au formidable casting, fait de «Heathers» l’une des séries phares de l’année.



Écris un commentaire

5 Commentaires

il y a 7 Mois
Tuer des majorités, c'est pas grave, c'est ce que planifie la Doxa depuis des années... Mais toucher aux sacro-saintes minorités, quel crime! 😃
12
3
Réponse
Carl il y a 7 Mois
Membre d'une minorité comme la majorité des gens donc je n'aime ni la serie, ni l'article
6
0
Réponse
Gigi il y a 7 Mois
Quand tu prends les opprimés que t'en fais les méchants (contrairement à la série originale)... Totalement nauséabond !
4
9
Réponse
HervéVS il y a 7 Mois
Au moins c'est rafraichissant! Je ne comprends pas non plus la critique, si on suit la bienpensance, les blancs et hétéros sont forcément méchants et les minorités forcément gentilles et toutes mignonnes? Faut ouvrir les yeux, des cons, il y en a dans toutes les communautés.
10
3
Réponse
Ces baskets de luxe usées font scandale

Ces baskets de luxe usées font scandale

video
C'est l’application la plus triste du monde

C'est l’application la plus triste du monde

video
Cette pub pour sous-vêtements devient virale

Cette pub pour sous-vêtements devient virale

video
Un merdeux sème une peur panique

Un merdeux sème une peur panique