Ils servent les derniers repas des meurtriers

À ton avis ça a quel goût, un dernier repas? Grâce à ce restaurant japonais, tu peux en faire l‘expérience.

Tuer des gens qui ont tué des gens, pour leur montrer que… tuer, c’est mal… Depuis 1976, un total de 1'427 personnes sont mortes par injection létale aux États-Unis. Rien qu’au Texas, on compte dix exécutions cette année.

Chaque condamné à mort peut demander un dernier repas: le libre choix d’un ultime repas qui rendra le goût de l’injection un peu moins désagréable. Le collectif artistique japonais, Chim-Pom, a servi la réplique exacte des derniers repas des pires meurtriers de tous les temps dans un restaurant pop-up.

John Wayne Gacy voulait un KFC

Le restaurant morbide appelé «Ningen» est resté ouvert durant deux semaines dans le quartier de Shinjuku, à l’ouest de Tokyo. Le dernier repas de Gary Mark Gilmore, un meurtrier qui a lui-même demandé la peine de mort lors de son procès, figure sur la carte. Avant son exécution, il avait demandé un steak avec des pommes de terre, du café et du lait. Le dernier repas de John Wayne Gacy, le clown assassin qui a tué 33 personnes, se trouve aussi au menu. Avant de mourir il s’est enfilé un seau de poulet KFC, des frites et des fraises.

Si tu songes déjà à te rendre au Japon, on t’arrête tout de suite: le pop-up a fermé ses portes le 28 octobre. Mais rien ne t’empêche de préparer les derniers repas toi-même. Ou si quelqu’un voulait bien reprendre cette idée de restaurant en Suisse, on adorerait. En attendant, le photographe Henry Hargreaves les a recréés pour sa série de photos intitulée «A Year Of Killing», à découvrir dans notre diaporama ci-dessus.


Écris un commentaire

2 Commentaires

Euh... il y a 8 jours
Je trouve ça vraiment glauque...
0
0
Réponse
Super bock il y a 10 jours
Moi j'aurais demandé une bière (la mort subite)
0
0
Réponse
Les milléniaux ruinent des industries entières

Les milléniaux ruinent des industries entières

«J’aime les filles aux petites mains»

«J’aime les filles aux petites mains»

Un enseignant oblige des élèves de 8 ans à fumer

Un enseignant oblige des élèves de 8 ans à fumer

diashow
«Il n’a parlé que de lui pendant six heures»

«Il n’a parlé que de lui pendant six heures»