Tant de nudité, tant de problèmes

Un photographe britannique se livre depuis des mois à une lutte amère avec Instagram et Facebook. À maintes reprises, ses photos de nus artistiques ont fait l’objet de censure. Dans une lettre ouverte, il communique maintenant son point de vue.

Qui décide au juste de ce qui est «raisonnable» et de ce qui ne l’est pas? Les doubles standards et les restrictions nous forcent dans une direction que nous validons généralement sans trop les remettre en question. Le fait que ce comportement puisse, dans de nombreux cas, être assez contradictoire semble n’intéresser personne.

Le photographe britannique AdeY lutte justement contre ces contradictions et cette censure manifestement arbitraire. Selon le principe «Nous parlons toujours de sexe – mais les corps nus nous choquent», l’artiste crée des photos de nus savamment chorégraphiés qui montrent le corps humain dans toute sa gloire sans apparaître explicitement sexuel.

Le sexisme passe, mais pas les tétons

Les réseaux sociaux – surtout Facebook et Instagram – sur lesquels AdeY a posté ses photos, semblent encore plus rebutés par les œuvres mises en scène de manière artistique que par les représentations de violence sanglantes, les armes et les propos racistes, homophobes et sexistes.

Alors que sa page de fans Facebook a été définitivement retirée de la Toile, le photographe se trouve au cœur d’un drôle de débat avec Instagram. Rien que depuis le 10 mai 2018, le profil de l’artiste, sur lequel le suivent plus de 81 000 fans, a été désactivé à quatre reprises avant d’être réactivé.

Au nom de tous les artistes

Dans une lettre ouverte, qu’AdeY a publiée sur son site internet, il s’adresse à Instagram «au nom de tous les artistes censurés, mis à mal ou dont le compte a été supprimé juste pour avoir provoqué et défié le spectateur avec leurs œuvres.»

«Quand vous supprimez une photo ou tout un compte d’Instagram, vous justifiez cela par le fait de vouloir garder la plateforme sécurisée. Le grand problème avec le fait de vouloir censurer toutes les formes artistiques de nudité est que ça donne le sentiment de mettre la nudité et le sexe sur le même plan», poursuit-il.

Les femmes ne sont pas des objets

Cette approche ne ferait que contribuer davantage à considérer le corps féminin comme un objet, à sexualiser les femmes en général et à les considérer comme des victimes potentielles d’abus. Instagram serait néanmoins une excellente occasion d’échanger avec les autres.

Jusqu’à présent, AdeY n’a pas obtenu de réponse officielle d’Insta à son courrier. Son compte – précédemment désactivé – a cependant été réactivé sans commentaire.


Écris un commentaire

11 Commentaires

coquine il y a 2 Mois
petit coquin
0
0
Réponse
Censure il y a 4 Mois
L'article à peine partagé sur Facebook, qu'il a été censuré (même pas après 5 min de ça publication). ahahahahahah !!!!!
3
0
Réponse
BPhil il y a 4 Mois
Même le 20 minutes, demande de valider d'avoir 18 ans et plus, pour visionner ces photos (soft), mais pas pour des photos de guerres (hard)
12
0
Réponse
« L’Art » il y a 4 Mois
Si je filme une zone de guerre, c’est la beauté des flammes qui s’exprime au travers de l’Art, non ?!? Expliquez-moi par ce que là....
7
0
Réponse
Les chiens urinent sur Trump à New York

Les chiens urinent sur Trump à New York

video
Elle demande 5'500 francs pour du yoga et des fruits

Elle demande 5'500 francs pour du yoga et des fruits

Voici le musée le plus dégoûtant du monde

Voici le musée le plus dégoûtant du monde

Elle a perdu tous ses amis en hiver

Elle a perdu tous ses amis en hiver