Pourquoi a-t-elle des dents sur les lèvres?

Gab Bois de Montréal joue avec des perspectives, de nouveaux angles et une esthétique qui mélange kitsch, art et culte du corps. Notre compte Insta de la semaine.

Justin Bieber, Nickelback et Avril Lavigne ne sont pas les seuls que le Canada ait livré au monde. Le pays où coulent lait d’élan et autre sirop d’érable regorge de biens d’autres personnes assez cool, notamment Gab Bois. La jeune femme, originaire de Montréal, est artiste, photographe, mannequin et nous livre, par le biais de son compte Instagram, un juste mélange d’esthétique étrange et d’érotisme, de quoi nous réjouir nous – et ses 165 000 followers.

Merci de rien, école!

Décrire le style de Gab Bois n’est pas une mince affaire. Avec ses gros plans de parties corporelles humaines (en première ligne), la Canadienne offre une nouvelle vision de la réalité. Avec une pointe d’humour, un soupçon d’étrangeté et beaucoup de chair, elle oblige le spectateur à composer avec des détails modifiés et des instantanés de la vie quotidienne.

«Quand j’étais petite, je regardais toujours mon père dessiner ou peindre. Je crois qu’il a eu une énorme influence sur moi et sur mon approche à l’art» explique l’artiste dans l’interview accordée au magazine Sleek. Elle a quitté l’école d’art au bout de deux ans pour poursuivre son propre chemin. «Je voulais créer mes œuvres dans un environnement moins structuré où je pouvais être mon propre chef», précise-t-elle.

Conscience corporelle et grands projets

Pour la plupart de ses travaux, la perfectionniste avec un penchant pour l’imperfection prend elle-même la pose et ce, pour une raison très simple qu’elle explique de la manière suivante: «De cette manière, si quelque chose ne va pas comme je l’espérais, je ne peux m’en prendre qu’à moi-même». De plus, cette approche aurait également un effet thérapeutique. Pendant longtemps, son côté androgyne et son corps lui aurait donné du fil à retordre – mais aujourd’hui, c’est du passé. A ce sujet, elle précise: «Entre-temps, je me sens plus que jamais bien dans mon corps.»

Et son succès est la preuve que le concept fonctionne. Les galeries et amateurs d’art font la queue chez Gab Bois et célèbrent ses œuvres. L’été prochain aura lieu sa toute première exposition en solo et elle semble déjà avoir un plan pour le futur: «Je travaille sur un tas de nouveaux projets. Si tout va bien, vous allez encore plus entendre parler de moi», dit-elle.


Écris un commentaire
«J’aime les filles aux petites mains»

«J’aime les filles aux petites mains»

Un enseignant oblige des élèves de 8 ans à fumer

Un enseignant oblige des élèves de 8 ans à fumer

diashow
«Il n’a parlé que de lui pendant six heures»

«Il n’a parlé que de lui pendant six heures»

video
On a survécu à la pire nuit de l’horreur

On a survécu à la pire nuit de l’horreur