«On pourrait finir dans une dictature»

Notre smartphone enregistre nos conversations et notre webcam nous filme pendant qu’on dort. Vraiment? On a parlé avec un activiste du web et des spécialistes de la protection des données.

Même le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, masque sa webcam. En ces temps où l’on a tous un mini-ordinateur dans la poche, le sujet de la protection des données prend toujours plus d’ampleur. Mais quel doit être le degré de protection, au juste? Est-ce que la méfiance de l’ère post-Edward Snowden est appropriée ou est-ce qu’on est tous inutilement en train de devenir paranoïaques?

On s’est entretenu sur le sujet avec un activiste du web qui répond au nom de Dodger, en ligne. Membre de longue date de l’organisation internationale de hackers Chaos Computer Club (CCC), il traite quotidiennement les questions sur la protection des données sur internet. A en croire ses dires, on a effectivement un problème.

A quel niveau intervenez-vous concrètement avec le CCC en matière de protection des données?

Le droit à la sphère privée est l’un des plus hauts privilèges dans la vie en communauté humaine. Personne n’aimerait être épié en permanence par des étrangers dans sa chambre à coucher, ce qui doit aussi valoir sur internet. Le travail du CCC consiste à informer sur les risques liés à l’abus de données et à la surveillance et à éviter cette privation de liberté.

Est-ce vraiment aussi grave qu’on se l’imagine depuis Edward Snowden?

C’est encore pire que ce que tu crois. On en est désormais au stade où les données récupérées sont utilisées de manière active, que ce soit pour la reconnaissance faciale, les profils de déplacement ou la suppression active d’opinions impopulaires. Les sociétés, les gouvernements et les particuliers s’intéressent à ces données. A la gare de Zurich, un projet pilote est d’ailleurs en cours pour tracer les clients par le biais de leur téléphone portable, afin d’analyser par la suite qui a acheté quoi, où et dans quel magasin.

A quoi servent au juste ces données?

Toutes ces données servent à l’optimisation commerciale et sont surtout intéressantes lorsqu’elles sont associées aux ventes et aux données bancaires. Ainsi, ton assurance maladie pourrait voir à quelle fréquence tu achètes des cigarettes ou de l’alcool au kiosque et ajuster ta prime d’assurance en conséquence. Il ne suffit pas d’interdire le commerce de ces données, il faut en empêcher le recensement.

Pourquoi devrais-je me faire du souci, alors que je n’ai pas de données sensibles sur mon ordinateur?

Même si tu n’avais effectivement pas de mails personnels, de déclarations de revenus, de photos et de documents sur ton ordinateur, le principe de la vaccination de groupe s’applique toujours. Quand tout le monde communique sous forme cryptée, même pour des choses triviales comme se donner rendez-vous pour jouer au foot, cela devient plus difficile pour les surveillants de filtrer les informations vraiment explosives dans tout cet amas d’informations, par exemple de combattants pour la liberté ou de dissidents dans des régimes totalitaires.

Qu’est-ce que tu réponds à l’argument fréquent selon lequel on n’a rien à craindre quand on n’a rien à cacher?

Que celui qui croit ne rien avoir à cacher imprime un coup toutes ses données WhatsApp et les accroche dans la zone piétonne. C’est là qu’on se rend compte de ce que cela signifie.

Comment puis-je me protéger au mieux en tant que novice?

A l’aide de moyens tout simples. Tu peux par exemple convaincre tes amis de migrer sur un logiciel libre et sûr, qui n’est pas géré par une grande entreprise américaine. Ceux qui écrivent encore des mails peuvent apprendre à les crypter à l’aide d’outils simples. Pour démarrer, je conseille de consulter une «cryptoparty», où l’on apprend ce genre de choses. On en trouve des gratuites dans de nombreuses villes.

Est-ce que ça vaut le coup d’utiliser de petites astuces, comme masquer la webcam?

Oui, parce qu’on peut très facilement repérer des appareils non protégés et les gens se font un malin plaisir de se connecter à ces caméras ou de les interroger automatiquement. C’est pour cela que je trouve que c’est une bonne idée d’éteindre ou de masquer les caméras. Tous les matériels et logiciels ont des failles susceptibles d’être exploitées.

Et qu’en est-il du smartphone?

L’hygiène des données vaut comme principe de précaution. Est-ce qu’il faut vraiment que je conserve les informations relatives à mon chagrin d’amour et les photos de soirées d’il y a trois ans ou est-ce que je ne pourrais pas profiter d’un dimanche après-midi pluvieux pour faire un peu de nettoyage sur mon portable?

Est-il vrai que nos portables enregistrent en permanence nos conversations, même quand on ne les utilise pas?

Et bien, lors de l’installation d’une application, on te demande à quelles composantes du téléphone elle peut avoir accès. Le micro et la caméra sont, par exemple, totalement inutiles pour une appli d’échecs. Mais quand on leur en donne l’accès, les apps peuvent nous écouter et émettre «chez nous» à des fréquences inaudibles pour l’oreille humaine. Ainsi, des prestataires peuvent par exemple voir quelle publicité on a regardée ou vue. Il en est de même pour les applications qui, sans raison apparente, demandent l’accès à des données dynamiques ou sur le carnet d’adresses. Ces données valent de l’or.

Imaginons le pire scénario: tout le monde s’en fout, de la protection des données. A quoi ressemblerait alors le monde dans vingt ans?

On aurait certainement une société qui serait extrêmement conformiste. Un monde dans lequel chacun ferait de l’autocensure en ce qui concerne la liberté d’expression. Déjà aujourd’hui, on entend des gens dire: «Je suis contre ceci et cela et j’irais bien manifester, mais je pourrais en subir les conséquences, parce que je suis surveillé.» Une démocratie libre est basée sur la liberté d’expression et la critique. Si on n’arrive pas à les appliquer sans craindre des répressions, on finit dans une dictature.


Écris un commentaire

1 Commentaire

il y a 7 Mois
Mais on y est déjà depuis un bail dans cette dictature en se fliquant nous même avec facebook par exemple, ou avec google qui décide unilatéralement des réponses a donner a nos requetes web..
6
0
Réponse
video
Nouvelle tendance: orgasmer la vessie pleine

Nouvelle tendance: orgasmer la vessie pleine

video
Un café-shisha enferme une lionne dans une vitrine

Un café-shisha enferme une lionne dans une vitrine

video
Elle se fait des millions avec des boutons de pus

Elle se fait des millions avec des boutons de pus

Considérée comme une beauté malgré son anomalie

Considérée comme une beauté malgré son anomalie