Les insectes envahissent nos assiettes

Manger des petites bêtes grillées est une attraction répandue dans les festivals, mais la gastronomie s’intéresse aussi à cette source originale de protéines.

Manger des insectes, c’est notre avenir. Les écolos s’accordent à le dire, car ils prennent peu de place, rejettent peu de CO2, et sont très sains. En plus, ils peuvent même être bons! C’est ce que le groupe BugsFeed affirme dans son documentaire sur cette nouvelle (et à la fois millénaire) façon de manger.

Chez nous, c’est encore peu répandu. Quelques stands de festivals ont déjà proposé des dégustations. Tout le monde y réagit différemment. Pour Léa, 20 ans, «ça fait une histoire à raconter! C'était rigolo, excitant, nouveau, mais pas très consistant.» Maurane, 23 ans, a mis presque une heure à se convaincre d’oser: «La vue des insectes me dégoûtait. Finalement, j'ai trouvé ça pas trop mauvais, mais c’était surtout l’assaisonnement», avoue-t-elle. Selon Cynthia, 25 ans, «c’était pas crade, mais ça avait le goût de la sauce. Ma pote en a mangé, donc je ne voulais pas passer pour une dégonflée…»

On l’a compris, la vue des petites pattes noires ou des larves blanchâtres reste peu appétissante. On essaie plutôt pour la curiosité, en général en apéro, comme Margot, 22 ans, qui a«grignoté ces trucs toute une soirée» et a trouvé ça bon, «un petit goût de noisette».Difficile toutefois de s’imaginer en manger tous les jours. «Pas sous cette forme en tout cas, selon Mathilde, 24 ans. Des sauterelles entières, ça rebute les gens.»

Aliment du futur

Mais comment convaincre les gens de manger ce qui les dégoûte? La start-up suisse Essento s’est penchée sur la question. «Les insectes ont un goût de nouveau, c’est à nous de les rendre assez bons pour que les gens y reviennent! explique Marius Wenk, responsable marketing. Notre concept, c’est de les transformer pour en faire des plats que les gens connaissent déjà.» Leur livre de cuisine entomophage est d’ailleurs prévu pour septembre 2016. «Mon favori, c’est le burger de vers de farine», précise Marius Wenk.

Pour l’instant, la vente publique d’insectes est interdite en Suisse, mais cela devrait changer début 2017. Plusieurs restaurants s’y intéressent déjà. Marius Wenk est confiant: «On compare souvent ça aux sushis, il y a 50 ans personne n’aurait mangé du poisson cru. Maintenant c’est courant, et on pense que ce sera la même chose pour les insectes dans quelques années.» Tant que c’est clairement indiqué sur le produit, s’assurent tout de même les défenseurs des consommateurs. Bon appétit!


Écris un commentaire

2 Commentaires

Flb il y a 3 Ans
Qui veut des fourmis?j'en ai et les donne volontier, elles envahissent ma cuisine ...
0
0
Réponse
Arielle il y a 3 Ans
Aller voir la recette de manuella Magnin sur le burger du futur 😃
0
4
Réponse
video
Dans ce café, on est servi par des paralysés

Dans ce café, on est servi par des paralysés

video
«Je ne tape pas sur des mères»

«Je ne tape pas sur des mères»

video
«Youtube Rewind 2018», la vidéo la plus détestée

«Youtube Rewind 2018», la vidéo la plus détestée

video
Encore un qui filme des suicidés dans la forêt

Encore un qui filme des suicidés dans la forêt