«Le chanvre sans couilles, ça fonctionne!»

Bernard Rappaz se lance dans le cannabis légal avec Holyweed, première marque à vendre du CBD labellisé bio 100% suisse. On l’a rencontré durant la soirée de lancement.

Avec l’arrivée du cannabis légal (au taux de THC inférieur à 1%), Bernard Rappaz revient là où on l’attendait, mais d’une manière surprenante: sous forme de start-up aux très grands moyens financiers et dont l’image de marque se veut jeune et moderne. Quand on sait qu’il a tout perdu après ses condamnations, difficile d’imaginer qu’il ait lancé une start-up avec plus d’un million d’investissement. Idem pour son allure de vieux baroudeur associée au vent de fraicheur d’Holyweed. Impossible me direz-vous. Et bien finalement, dans une génération où le vintage fait fureur, sa coupe mulet sonne telle une évidence, au même titre que ses qualités d’agriculteur et de chanvrier accompli. 

C’est pour ça que les instigateurs de la marque Holyweed – un ex banquier et un ancien galeriste – ont tout compris en faisant appel au cancre le plus attachant de Suisse. Tandis qu’ils apportent les moyens financiers et la stratégie, Bernard lui c’est un peu le papa de la maison. Il amène tout son savoir et surtout son infatigable passion.

Du chanvre émasculé

Pourtant, il n’aurait lui-même jamais parié que du «chanvre sans couilles», tel qu’il s’en amuse, puisse faire l’objet d’une véritable demande de la part des consommateurs. En fait, la demande est telle qu’Holyweed s’est lancée dans la production de masse avec des récoltes qui se comptent en plusieurs tonnes. Que ce soit des conservateurs fiers de ne jamais avoir touché de drogue et qui soudainement se sentent pousser des ailes en fumant de l’herbe émasculée, des ados qui se donnent un genre ou des séniors en quête de relaxation,  tout le monde sera servi!

Unique marque labélisée bio en Suisse

«En Suisse, on manque d’information sur l’origine du CBD qui est vendu. La majorité des produits vendus dans les kiosques vient de l’importation et on ne sait pas comment c’est produit» nous explique-t-il. Véritable pionnier et fervent militant du chanvre et de l’agrobiologie, la passion de Bernard se fait ressentir et ses années de prison n’ont rien enlevé à sa verve. Bien au contraire. Aujourd’hui la chance s’offre à lui de revenir en toute légalité et, tel un maestro du chanvre, il transmet tout son savoir à des agriculteurs biologiques suisses. Leurs variétés poussent en plein air, à la lumière du soleil et sans aucun pesticide, pour élaborer l’unique CBD de Suisse à être labélisé bio. Le cancre du chanvre se transforme donc en parrain du CBD, en route pour de nouvelles aventures.


Écris un commentaire

42 Commentaires

intuition il y a 8 Mois
je sais pas pourquoi mais ce Rappaz là finira mal, déjà qu'il avait pas bien commencé.
2
3
Réponse
Marijuana il y a 8 Mois
Holyweed avec qu'un "l" ça veut dire quoi ? 2 "ailes", 2 "coquilles..." (attributs indispensables !)
2
2
Réponse
Réponse du il y a 8 Mois
holy ne prends qu'un "l", mouche à beuh... 😃 et holywood est une ville d'irlande du nord, sachez le.
2
0
Réponse
Cannaliz-it il y a 8 Mois
Le CBD diminue l'anxiété du THC. Le CBD n'est pas sans effets. On ne peut pas comparer la puissance d'un joint THC à un joint CBD. Deux effets complètements différents. C'est comme comparer du chocolat avec du fromage.
11
3
Réponse
video
C'est l’application la plus triste du monde

C'est l’application la plus triste du monde

video
Cette pub pour sous-vêtements devient virale

Cette pub pour sous-vêtements devient virale

video
Un merdeux sème une peur panique

Un merdeux sème une peur panique

Le cauchemar numérique d’un père

Le cauchemar numérique d’un père