Elle a perdu tous ses amis en hiver

L'automne est le temps de la dépression hivernale. Une personne touchée et un expert discutent sur la façon d'y faire face.

«Autrefois, je pensais simplement que je n’étais pas faite pour l’hiver», raconte Lena*. La jeune femme de 26 ans a mis des années pour réaliser que la dépression hivernale était un problème à prendre au sérieux. Dès qu’arrivait le mois d’octobre, elle quittait encore à peine son appartement. «Je ne répondais plus à aucun message, je restais impassible au lit et perdais tout contact avec mon entourage. Ce n’est qu’après une visite chez le psychologue – qu’une amie m’a forcée à aller voir – que j’ai pris conscience du fait que je souffrais peut-être d’une maladie», explique-t-elle.

La dépression saisonnière est causée par un dérèglement du métabolisme de la mélatonine et de la sérotonine – généralement dû à un manque de lumière naturelle, ce qui entraîne une sous-production de sérotonine, l’hormone du bonheur. Si la dépression hivernale grave n’est pas traitée, elle peut se transformer en dépression classique – c’est donc une bonne raison de s’occuper de sa santé mentale. Et elle n’est pas non plus rare. En Suisse, près de 160 000 personnes en seraient atteintes.

La luminothérapie en guise de traitement

Pour se soigner, Lena a recours au millepertuis, souvent recommandé comme antidépresseur en phytothérapie, ce qui l’a aidée à casser les schémas dépressifs et à quitter son lit. Le remède à base de plantes médicinales pourrait aider à traiter la dépression légère, selon Marc Schmid, psychologue en chef à la clinique universitaire psychiatrique de Bâle. Cependant, en raison des effets secondaires, il recommande de consulter un médecin avant de se soigner au millepertuis.

«La luminothérapie est un traitement très efficace qui donne lieu à de bons résultats. Elle consiste à l’exposition régulière à une source de lumière de 3000 à 10000 lux pendant 30 à 60 minutes», explique Dr. Schmid. Par ailleurs, l’expert recommande également des méthodes similaires à celles utilisées pour traiter la dépression classique, c’est-à-dire de développer des activités positives, d’apporter de la structure dans son quotidien ou de restructurer les pensées négatives sur soi-même, les autres et l’avenir.

Contact social difficile

Lena dit avoir perdu pratiquement tout contact avec son entourage pendant des mois à cause de la dépression saisonnière. «Etant donné que j’en ai conscience aujourd’hui, j’essaie, dans les moments où je vais bien, d’être proactive et de fixer des rendez-vous avec mes amis», dit-elle.

Dr. Schmid sait parfaitement que les contacts sociaux peuvent être difficiles pour les personnes atteintes de dépression saisonnière. «En hiver, il est peut-être plus important de fixer des rendez-vous pour des activités de loisirs en société, car les rencontres ne sont pas forcément spontanées», dit-il. «Quand on sait qu’en hiver, on est souvent de mauvaise humeur, il peut aussi être judicieux de planifier consciemment ses vacances au soleil pendant cette période», ajoute-t-il.

Par conséquent, si tu penses souffrir de dépression (hivernale), prends ta santé au sérieux et pas à la légère.


Écris un commentaire
Les milléniaux ruinent des industries entières

Les milléniaux ruinent des industries entières

«J’aime les filles aux petites mains»

«J’aime les filles aux petites mains»

Un enseignant oblige des élèves de 8 ans à fumer

Un enseignant oblige des élèves de 8 ans à fumer

diashow
«Il n’a parlé que de lui pendant six heures»

«Il n’a parlé que de lui pendant six heures»