Des chiens au bureau? Non, merci!

Notre rédacteur n’est pas un grand fan des chiens sur le lieu de travail. Il est d’avis que les personnes se sentant contraintes de venir avec leur animal au bureau feraient bien d’adopter un poisson rouge.

 

Dans notre espace ouvert au bureau, il n’est pas rare de voir se trimballer l’un ou l’autre chien. Souvent des petits, au format sac à main, mais aussi des plus grands. Certains d’entre eux sont calmes et restent couchés, d’autres courent constamment partout, tout excités en remuant la queue en quête d’attention. Il arrive occasionnellement que certains aboient toute la journée. Un jour, l’un d’entre eux a même chié en toute tranquillité à côté de mon bureau.

Les chiens ne sont pas un droit fondamental

Je n’ai foncièrement aucun problème avec les chiens, pas plus qu’avec les animaux, de manière générale. Je ne les mange même pas – si ça ne tenait qu’à moi, on n’aurait pas besoin d’en abattre et le fait de manger un cadavre ne m’excite pas particulièrement. Par contre, j’ai un problème avec les gens qui partent du principe qu’il est de leur droit d’imposer leurs quadripèdes à d’autres.

En fait, c’est pourtant assez simple. Si j’ai un travail à temps plein et que je passe huit heures par jour au bureau en compagnie d’autres personnes, avoir un chien n’est pas à l’ordre du jour. Ce genre d’animal exige de faire preuve d’une grande responsabilité et qu’on lui accorde beaucoup d’attention. Je ne conteste pas le fait qu’il puisse éventuellement être satisfaisant et enrichissant de s’occuper d’un être vivant. C’est très bien.

Ceux qui n’aiment pas les chiens ne sont pas plus mauvais

Sauf que tout le monde n’éprouve pas le même sentiment de bonheur quand une boule de poils à quatre pattes sème ses poils, fait des bruits et répand ses odeurs partout à l’endroit où l’on est censé effectuer son travail. Je sais, ceux qui ne vouent pas un culte aux chiens sont automatiquement perçus comme mauvais et devraient avoir honte.

C’est aussi probablement l’une des raisons pour lesquelles il est rare de voir quelqu’un se lever et crier: «Arrête, stop! Laisse, s’il te plaît ton animal à la maison!». Quand on a le choix entre être condamné socialement par tous ses collègues ou – comme dans mon cas – se résigner à «Je préfèrerais qu’il n’y ait pas de chien, mais si je n’ai pas le choix…», on choisit évidemment le moindre mal, même si l’équité et le respect, c’est autre chose.

Ça me stresse et ça m’énerve

Je n’ai pas envie de devoir me sentir mal à l’aise de ne pas m’extasier devant un clebs qui accoure et me saute dessus en frottant sa truffe humide contre mon pantalon. Je n’ai pas envie de devoir justifier le fait de ne pas éprouver le besoin de me pencher au-dessus de chaque chien «siiii mignon» pour caresser son pelage qui pue (souvent).

Certaines personnes – et apparemment études – prétendent que la présence de chiens dans un milieu professionnel contribuerait à réduire le stress, à fournir, de manière générale, une meilleure ambiance au travail et à augmenter les performances des collaborateurs. Dans mon cas (et de source sûre) et celui de nombreux autres réfractaires aux canidés, c’est tout le contraire. Les chiens au bureau me stressent et m’énervent.

Tu ne viens pas non plus avec ton enfant

Ne me méprenez pas. Après tout, les animaux n’y peuvent rien. C’est entièrement la faute de leurs propriétaires. Et il peut évidemment arriver, dans certains cas, qu’on n’ait pas d’autre choix que de venir au bureau, exceptionnellement, accompagné(e) de Waldi, Schnuffi ou Bello. Je n’ai rien contre. Surtout, si quelqu’un a urgemment besoin d’aide et ne sait pas quoi faire de son chien, n’hésitez pas! J’irai même promener avec le machin, s’il n’y a pas d’autre solution. Mais je trouve assez minable de considérer cela comme un dû.

Après tout, tu ne viens pas non plus travailler tous les jours avec ton bébé ou ton enfant en bas âge sous le bras. Parce que, que ce soit pour l’enfant ou les collègues, le lieu ne s’y prête pas. Alors pourquoi ramener le chien? Petit conseil: Si tu n’as pas le temps de t’occuper d’un animal domestique, n’en prends pas ou achète-toi un poisson rouge.


Écris un commentaire

23 Commentaires

Freddy K il y a 6 Mois
et ramener ses poux (ou ses morpions ) au bureau, c'est à éviter aussi..
6
3
Réponse
Ariam il y a 6 Mois
Oui dans un open space cela se comprend. Et en effet il n’y a aucune raison d’imposer chiens, chats, enfants aux autres , que ce soit au travail ou dans les loisirs aussi. Ah les enfants qui viennent hurler a votre table a 10 h le soir . ( je precise que j’ai des enfants). Moi j’ai de la chance, 2 x par semaine je prends les chiens au boulot. 1) c’est moi le boss, 2) ils ont leur propre pièce et personne ne sait qu’ils sont là 3) 2h de balade a mi- journée....mais je ne pense pas qu’en Suisse ce soit fréquent de prendre les chiens dans une entreprise standard!
5
1
Réponse
Noname il y a 6 Mois
Je ne suis pas pour les animaux au bureau non plus mais de là à les nommer « machin » la racine de la désapprobation est plus profonde et démontre un côté peu social voir sociopathe. Rien ne vous empêche de travailler de chez vous et de rester dans votre caverne.
7
2
Réponse
il y a 6 Mois
Valable également pour ceux qui ne s’extasient pas sur les bébés, on passe pour un monstre alors qu’on a le droit d’en avoir strictement rien à battre.
2
2
Réponse
Il laisse sa fille de trois ans conduire

Il laisse sa fille de trois ans conduire

video
Elle aimerait dédiaboliser les armes à feu

Elle aimerait dédiaboliser les armes à feu

video
Le jeter de fromage sur les chiens

Le jeter de fromage sur les chiens

Pourquoi le temps passe plus vite avec l'âge?

Pourquoi le temps passe plus vite avec l'âge?