Sponsorisé

«Un collègue s’est tranché avec une meuleuse»

Pas facile de travailler tous les jours dans le bruit et le cambouis. Parmi les machines tranchantes et les substances toxiques, Samuel, apprenti mécatronicien, nous raconte son quotidien.

Quand on était gosse, beaucoup d’entre nous se sont amusés à jouer les mécanos et à réparer des trucs en tout genre avec de faux outils, en toute insouciance. Dans le monde adulte, bien que la mécanique soit passionnante, l’insouciance d’antan laisse place à une grande prudence pour éviter les accidents.

Bien que Samuel, apprenti mécatronicien dans le garage Autobritt à Genève, ait choisi un métier qui le passionne, il doit pourtant se montrer beaucoup plus prudent que d’autres adolescents ayant opté pour une voie un peu moins risquée.

Objets tranchants et produits toxiques

Chaque jour, Samuel, du haut de ses 17 ans, doit faire face à des tâches plus ou moins difficiles qui comportent toujours des risques. Cela va du court-circuit, au bras coincé sous un lift en passant par les coupures sur des objets tranchants. «Une fois, un collègue s’est tranché l’épaule avec le disque d’une meuleuse qui a explosé.»

Malgré les risques, qui parfois relèvent de la pure malchance, Samuel ne se laisse pas impressionner et ne travaille pas dans la peur. Il s’applique méticuleusement aux tâches qui lui sont assignées en espérant échapper à ce genre d’accident: «J’ai de la chance, je suis bien entouré et je ne me suis encore jamais blessé, j’essaie d’être très prudent pour que ça n’arrive pas.»

Des risques malgré l’électronique

Le métier de mécanicien ayant évolué avec l’arrivée de l’électronique, on pourrait imaginer qu’un mécatronicien – comme on les appelle aujourd’hui – aurait moins de chance de se blesser puisqu’il s’occupe en grande partie des problèmes électroniques. Mais comme nous le rappelle Luis Santos, maître de stage de Samuel, il ne faut pas oublier qu’un mécatronicien s’occupe toujours de la mécanique de base, en plus de l’électronique. Ce qui, au final, comporte les mêmes risques, si ce n’est plus.

Certains jeunes étant en fin de formation au sein du garage, Luis conseille à l’ensemble des apprentis de s’échanger des conseils pour diminuer les risques de blessures. Mais le maître de stage ainsi que l’ensemble des mécatroniciens restent présents en toutes circonstances et sont à l’écoute en cas de doute. 

Tu exerces une profession tout aussi exigeante sur le plan physique et mental? Raconte-nous dans les commentaires et rends-toi sur le site «Be Smart Work Safe» pour obtenir des conseils sur le bon déroulement de ta formation.


Écris un commentaire
Prête à payer pour trouver le grand amour

Prête à payer pour trouver le grand amour

Fleuves en délire dans des locaux de bureau

Fleuves en délire dans des locaux de bureau

Les milléniaux ruinent des industries entières

Les milléniaux ruinent des industries entières

«J’aime les filles aux petites mains»

«J’aime les filles aux petites mains»