Le plus beau court métrage de 2017

Le court métrage intitulé «Backstory» a raflé tous les prix qu’il y avait à rafler, l’année dernière. Ce qu’il a de spécial, c’est qu’il retrace la vie d’un homme qu’on suit comme à la trace.

Tu as terminé la fac, enfin trouvé une petite amie et décroché un job bien payé, tout cela la même année? Félicitations! Pour autant, tu n’arrives qu’à la deuxième place des meilleures histoires de l’année 2017, détrôné par le court métrage intitulé «Backstory».

Le film de six minutes, sorti au mois de novembre dernier, a, jusqu’ici, été projeté à 110 festivals de films et primé à plus de 30 reprises. La vidéo d’une durée de 360 secondes du jeune réalisateur allemand originaire de Hambourg Joshka Laukeninks a notamment obtenu un prix au Festival du film de Sydney, au Festival du film et de musique de Sacramento ainsi qu’au Festival européen du court métrage de Berlin.

Vu de derrière

Le film retrace la vie intégrale du protagoniste, depuis ses premiers anniversaires jusqu’à sa mort, en passant par ses expériences avec la drogue, ses escapades sexuelles, ses mariages, sa paternité. Ce qui est spécial, c’est qu’on ne voit le personnage principal que de dos. Son visage n’est dévoilé au spectateur que peu avant la fin.

Le drame de la vie du personnage principal, perçu quasiment de sa propre perspective, a été tourné en Allemagne en dix-sept jours sur une période d’un an et demi. Avec la joie, le romantisme, l’amour et le deuil, il documente les instants qui ont particulièrement marqué la vie du personnage principal. Espérons que la rétrospective sur notre propre vie soit un peu moins déprimante.


Écris un commentaire
video
Se peloter de manière créative pour la santé

Se peloter de manière créative pour la santé

Ce youtubeur millionnaire se plaint de gagner trop peu

Ce youtubeur millionnaire se plaint de gagner trop peu

Cette grand-mère veut te voler tes chocolats
Sponsorisé

Cette grand-mère veut te voler tes chocolats

video
Vers une interdiction des tatouages spontanés?

Vers une interdiction des tatouages spontanés?