Quarante jours de combat avec un godemichet

Un gigantesque pénis en plastique est collé sur les murs d’une caserne de l’armée britannique. Le coup aurait été perpétré au sein des propres rangs de l’armée.

Après les États-Unis, le Royaume-Uni est le pays qui effectue le plus de missions à l’étranger, avec des soldats stationnés notamment en Afghanistan, en Bosnie ou encore au Mali. Il y a quelques jours, cependant, il s’est avéré que l’ennemi ne se cachait peut-être même pas dans des régions en crise, mais au sein même des rangs de l’armée.

Au quartier général du régiment de cavalerie The King’s Royal Hussars, qui était déjà en action en Irak et en Afghanistan, un gigantesque godemiché attire actuellement tous les regards.

Aucune priorité

Une vidéo de l’emblème plutôt inhabituel de la caserne fait actuellement le tour de la Toile et fait en sorte que la moitié de la planète s’amuse des hussards britanniques qui avaient, jadis, fière allure. On les voit, en effet, en train d’essayer, de manière assez maladroite, d’enlever le jouet sexuel du mur de la caserne – avec un bâton branlant, apparemment fait de barres de tentes.

Cependant, il faudra probablement attendre encore quelques semaines avant qu’ils y parviennent. Aux yeux des responsables, le retrait du phallus en caoutchouc ne figurerait pas en haut de la liste des priorités et cela pourrait prendre une quarantaine de jours jusqu’à ce qu’une poignée de soldats reçoivent l’ordre de retirer le gode du mur.

Une blague entre soldats

Comme le relate le quotidien britannique «The Sun», la source de cette humiliation se trouverait au sein même des rangs de l’armée. Le Royal Tank Regiment (régiment royal des blindés) qui se trouve à proximité et qui serait apparemment en concurrence avec les hussards serait responsable de l’action.

Dieu merci, la situation en Suisse est quelque peu différente et nos militaires ont mieux à faire que de coller des godes sur les murs. Eux tirent notamment sur les immeubles ou perdent des chars, des explosifs et des armes.


Écris un commentaire

6 Commentaires

Kolonel il y a 3 Mois
"Dieu merci, la situation en Suisse est quelque peu différente et nos militaires ont mieux à faire que de coller des godes sur les murs. Eux tirent notamment sur les immeubles ou perdent des chars, des explosifs et des armes" C'est faux, nous on avait collé un gode sur un obusier. En Suisse on sait s'amuser. Mais notre spécialité c'est quand même les carambolages en transporteur de troupes et les crash de F/A-18 (enfin, au rythme d'un par année ça va pas durer encore très longtemps). Après c'est vrai des fois on aide des gens coincés ou on apporte de l'eau par-ci par-là, entre le temps passé à attendre pour rien, les pauses, et les beuveries dans le train. Ça donne surtout une raison de se lever le matin pour ceux qui arrivent pas à se débrouiller dans le civil, et ça c'est beau.
7
10
Réponse
il y a 3 Mois
La question est surtout: comment il a été mis là sans que personne ne voit les plaisantins.. ça aurait été une bombe, ça rigolerait moins...
3
6
Réponse
Lolo il y a 3 Mois
Bravo pour l’antimilitarisme primaire! On parle des soldats qui aident les villages coupés du monde suite à un éboulement ? Ou de l’armée qui amène l’eau dans des endroits difficiles d’accès ? Vos commentaires à la c... vous pouvez les garder...
15
11
Réponse
Tacotac il y a 3 Mois
Et hop, on dénigre l’armée Suisse au passage. On a perdu où et quand des chars ?
16
9
Réponse
Fleuves en délire dans des locaux de bureau

Fleuves en délire dans des locaux de bureau

Les milléniaux ruinent des industries entières

Les milléniaux ruinent des industries entières

«J’aime les filles aux petites mains»

«J’aime les filles aux petites mains»

Un enseignant oblige des élèves de 8 ans à fumer

Un enseignant oblige des élèves de 8 ans à fumer