C'est l’application la plus triste du monde

L’application Everdays est censée aider les proches d’un défunt à faire dignement le deuil de la disparition d’un être cher. Et ce, sans vidéo de chats ou de publicités agressives.

Les réseaux sociaux ont non seulement changé notre façon de vivre, mais aussi notre façon de mourir, qui est bien différente de celle d’il y a encore quelques années. Le processus de deuil, du moins, est devenu beaucoup plus public et beaucoup moins intime qu’auparavant.

Lorsqu’un proche décède, c’est aussi sa personnalité sur les réseaux sociaux qui disparaît. On ne verse pas seulement des larmes, seul entre quatre murs, mais on laisse aussi libre cours à nos sentiments sur internet. Après tout, une souffrance partagée est diminuée de moitié. N’importe quel gamin sait cela.

Pornographie alimentaire et messages vestimentaires inappropriés

Cela soulève une question intéressante, à savoir: les plateformes de réseaux sociaux – avec tous leurs trolls, leurs photos de pornographie alimentaire, leurs messages vestimentaires et publicités agressives – sont-elles propices à un chagrin sincère? Mark Alhermizi, fondateur et CEO de l’application Everdays, en doute.

Ces préoccupations, combinées aux recherches qui lui ont donné l’occasion de participer à des conférences sur le deuil et les funérailles dans le monde entier, l’ont amené à fonder un service qui met en relation des gens au cours de l’une des plus importantes «étapes de l’histoire de la vie».

Macabre, mais légitime

Mark Alhermizi veut parler de la mort. «On pourrait éventuellement nous définir comme une espèce de Facebook de la mort», déclare-t-il dans l’interview accordée à «The Next Web».

La comparaison peut sembler macabre, mais à y regarder de plus près, elle est tout à fait légitime. Everdays offre la possibilité de transmettre et de partager en privé du contenu (photos, citations, souvenirs du défunt) généré par les utilisateurs.

Des réseaux sociaux privés

Les utilisateurs en deuil peuvent s’échanger des données, s’engager dans des conversations émotionnelles ou encore discuter de questions logistiques et pratiques liées à la gestion du deuil et à l’organisation des obsèques.

La principale différence avec Facebook est qu’Everdays transmet son propre petit réseau social parmi des milliers de personnes. Les utilisateurs se connectent par le biais de leur relation avec le défunt ou de sa famille. «Cela n’enchante personne de mettre un commentaire sur le décès d’un proche à côté d’un message avec un chat qui danse, comme c’est le cas sur Facebook», explique Mark.

Dignité et respect des morts et des vivants

Grâce à son application, M. Alhermizi dit vouloir protéger les proches et rendre un hommage digne aux morts: «Il n’y a aucun risque qu’un algorithme analyse les messages de deuil des utilisateurs et annonce involontairement la mort de leur grand-mère ou utilise les données pour leur vendre quelque chose», ajoute Mark.

L’application n’est actuellement active qu’aux États-Unis et au Canada, mais une sortie mondiale ne saurait tarder.


video
Emirates construit-il un avion pailleté?

Emirates construit-il un avion pailleté?

Quel est le pire cadeau qu’on t’ait fait?

Quel est le pire cadeau qu’on t’ait fait?

video
La Chine a besoin d’un correcteur de traductions

La Chine a besoin d’un correcteur de traductions

video
Les meilleures séries YouTube désormais gratuites

Les meilleures séries YouTube désormais gratuites