Les chauffeurs Uber sauront quand on est bourré

Grâce à un algorythme, Uber connaîtra ton état d’ébriété. Certains chauffeurs accusés d'harcèlement sexuel pourraient-ils s'en servir à mauvais escient?

Attention, tu es bien assis(e)? Sinon, tu ferais peut-être bien de te trouver un siège vite fait. Tous les fêtards dans leur vingtaine, qui n’hésitent pas à mettre le paquet pour le snack à la sortie de boîte à six heures du matin, mais qui font un doigt d’honneur aux taxis qui passent en raison de leurs prix trop élevés n’ont qu’à bien se tenir.

Après avoir déposé une nouvelle demande de brevet, le service de transport Uber souhaite bientôt connaître l’état de ses usagers grâce à des algorithmes. Concrètement, cela signifie qu’Uber saurait quand tu fais appel à ses services par le biais de l’app dans un état d’ébriété. Et c’est la raison pour laquelle il te faudra peut-être débourser un peu plus à l’avenir. Ou te chercher un taxi parce que tu t’es vu refuser un trajet.

Qu’est-ce qu’un comportement normal?

Le système a été annoncé jeudi dernier par Uber sur le site internet de l’office des brevets américain et est censé différencier une commande Uber ordinaire d’une demande de covoiturage inhabituelle sur base de ton comportement en tant qu’usager. «Inhabituelle» est ici synonyme de début d’odyssée du chemin du retour en état d’ivresse.

Grâce à l’heure de la commande sur Uber, de l’endroit, de la précision digitale sur les liens et des erreurs d’orthographe, l’algorithme évalue le taux d’alcoolémie de l’utilisateur. Du moins chez ceux qui utilisent également l’app au quotidien pour aller au bureau ou se rendre au supermarché. Par conséquent, ceux qui, à la sortie des bars, veulent aller à la «gaaare cental» à trois heures du matin pour y prendre le train ont de bonnes chances de se voir relégués dans la catégorie des ivrognes par le système.

Quid des chauffeurs mal intentionnés?

L'évaluation plus précise de l'humeur d'un passager est notamment censée servir à ne mettre en relation des personnes ivres qu'avec des chauffeurs ayant de l'expérience avec des passagers alcoolisés. Toutefois, l’explication invoquée par la société de transport sur le site internet de l'Office des brevets américain pour justifier l'utilisation de données personnelles, semble peu convaincante.

D’ailleurs, les critiques se lâchent sur le sujet. Après tout, les chauffeurs Uber pourraient profiter de ces informations sensibles. La chaîne américaine CNN a communiqué que plus de 100 chauffeurs auraient déjà été accusés de harcèlement sexuel aux Etats-Unis.

Qu’en est-il donc des jeunes femmes éméchées qui souhaitent rentrer chez elles tard dans la nuit? Les chauffeurs ont déjà accès à la photo et au sexe de leurs passagers. Un aperçu de l’état d’ébriété d’une jeune et jolie cliente pourrait donner de mauvaises idées à un chauffeur malintentionné.

Ou alors, Uber devrait penser à intégrer un algorithme dans lequel les chauffeurs ayant été accusés d’harcèlement sexuel puissent être recensés et directement écartés des trajets avec des personnes en état de faiblesse. Car, comme on le sait, absolument n’importe qui peut devenir chauffeur Uber, du jour au lendemain.


Écris un commentaire

1 Commentaire

il y a 5 Mois
Il est simple à faire, le calcul: Paquis+dimanche+ 5h du mat' = mec bourré...
2
0
Réponse
Il laisse sa fille de trois ans conduire

Il laisse sa fille de trois ans conduire

video
Elle aimerait dédiaboliser les armes à feu

Elle aimerait dédiaboliser les armes à feu

video
Le jeter de fromage sur les chiens

Le jeter de fromage sur les chiens

Pourquoi le temps passe plus vite avec l'âge?

Pourquoi le temps passe plus vite avec l'âge?