Les menstruations, toujours taboues?

Le post de son mémoire de bachelor sur Facebook sur le sujet tabou des menstruations a attiré une grande attention. Franzi nous dit pourquoi on devrait parler davantage des règles.

Attention, chers dieux de la création! On a 1000 francs à faire gagner au meilleur joueur! Bon, ce n’est pas vrai. Mais puisqu’on a votre attention, on va parler de règles. De même que l’élimination féminine pas très digne d’une dame après la cigarette et le café du matin, les menstruations sont tout aussi taboues.

On voit d’ici que vous n’avez pas envie d’en entendre parler. Et c’est justement pour cela que Franziska Wartenberg, 23 ans, a consacré son travail de mémoire de bachelor à ce sujet. Fin août, la Berlinoise d’adoption a posté sur Facebook l’intégralité de son mémoire soutenu avec succès – et a été étonnée de voir le nombre de likes grimper à plus de 39 000. Selon ses dires, elle n’aurait pas tout de suite lancé une «soirée règles» pour fêter cela, mais elle souhaite en tout cas une plus grande prise de conscience des menstruations féminines.

D’où te vient l’intérêt pour ce sujet?

C’est marrant que les gens me demandent sans arrêt d’où m’est venue l’idée d’aborder ce sujet. On dirait qu’on parle de quelque chose de superbizarre ou d’exotique. Alors qu’en fait, il touche 50% de la population mondiale et qu’il est pour autant très rare qu’on en parle ouvertement.

Est-ce que tu te définirais comme féministe?

Évidemment. Mais, pour moi, être féministe ne signifie pas que les femmes doivent prendre le pouvoir et qu’on doive passer la camisole aux hommes. Ce qui est bien plus important à mes yeux, c’est que les femmes ne soient pas lésées.

Comme avec les règles et la tabouisation du sujet?

Tout à fait. Je vois dans le tabou un problème selon lequel l’aplomb féminin est toujours moindre. Alors que les femmes pourraient être fières. Après tout, la faculté de reproduction des femmes est essentielle pour notre société. C’est grâce à elles qu’on est là.

Comment as-tu vécu ce tabou jusqu’à présent?

Sans doute comme toutes les autres femmes, j’ai souvent été obligée d’entendre des expressions telles que «Elle a ses règles». Ou on a tout simplement honte d’en parler ouvertement. Quand il leur arrive d’avoir besoin d’un tampon, les femmes se comportent presque comme des criminelles en allant chez les copines en quémander dans la plus grande discrétion. On est socialement contraint d’en faire un secret. De plus, la coordinatrice de mon école m’a déconseillé de rédiger un mémoire sur le sujet, ce qui en dit long.

Quelle est ta position par rapport aux produits hygiéniques gratuits?

Il est très important que chaque femme ait accès aux produits d’hygiène mensuelle. L’accès à de tels produits devrait même être un droit fondamental de la femme. Car celles qui n’y ont pas accès sont en fait limitées dans leur vie quotidienne. Après tout, les saignements ne sont pas véritablement acceptés socialement.

Selon toi, quelle serait une solution juste et équitable à ce problème?

Je pense qu’il serait important et juste que la taxe élevée sur les produits d’hygiène soit réduite ou supprimée pour mettre fin à toute forme de discrimination. Après tout, il n’y a pas d’équivalent pour les hommes. À long terme, il faudrait aussi mettre l’accent sur la sensibilisation aux facteurs écologiques. Chaque année, les tampons et les serviettes hygiéniques génèrent des milliers de tonnes de déchets dans le monde entier. Beaucoup de femmes ne savent même pas qu’il existe des alternatives telles que la coupe menstruelle.

Qu’est-ce que le taux de réponses élevé à ton post sur Facebook t’a appris?

Qu’il y avait un grand besoin d’éducation et de parole. C’est pourquoi je considère qu’il est de mon devoir de sensibiliser le public à ce sujet. J’en ai fait ma mission, pour ainsi dire.

Et comment cette levée des tabous fonctionnera-t-elle si les générations plus âgées affichent toujours des comportements conservateurs?

Entre-temps, nous avons parcouru du chemin en matière d’émancipation – on aborde certains sujets tels que les règles beaucoup plus ouvertement aujourd’hui qu’il y a cinquante ans. De plus, l’influence d’internet modifie considérablement le seuil des tabous. On aborde et on brise les tabous, ce qui, en fin de compte, a également une influence sur la société.


Écris un commentaire

9 Commentaires

Y a plus urgent quand meme il y a 20 jours
mwais...perso quand j'ai la chiasse je le gueule pas sous tout les toits, pourtant sa concerne pas 50% de la population mais a peut pret 100%. Et pourtant le PQ n'est pas gratuit.... Après pour ce qui est des taxe si elle sont effectivement supérieur a celle d'autre produit lambda, il serai une bonne chose de les supprimer. Je voterais oui a vos serviette gratos le jour ou sa sera egalement le cas pour les rasoirs... et venez pas me dire que les femmes aussi achètes des rasoir pour leur jambes, avoir les jambe légèrement poilu sa pose pas de problème de société alors qu'un barbe non entretenu.... PS: L'égalité sa fonctionne pas que dans un sens, le jour ou l'etat considérera que votre vie a moins de valeur que celle d'une femme en temps de guerre vous pourrez venir nous faire chier avec vos connerie d'égalité superficiel. (je comprend pas la difference salariale la dedans pour moi cela fait parti des probleme majeur)
0
3
Réponse
Réponse du Mais oui bien sûr ! il y a 19 jours
Et là, j'espère juste que ta copine voit ce que tu écris (si tu en as une) et qu'elle décide de faire la grève de l'épilation. Enfin, si elle se sent assez forte pour se ramasser des regards de dégoûts voir des réflexions ou insultes dans la rue
1
0
Réponse
Ex Dracula il y a 24 jours
J'aime pas la viande saignante.
0
3
Réponse
Taboues ?!? Et pas qu'un peu ! il y a 24 jours
Toujours du liquide bleu dans les pubs pour les produits liés aux menstruations (serviettes et tampons)
2
0
Réponse
Voici le musée le plus dégoûtant du monde

Voici le musée le plus dégoûtant du monde

Elle a perdu tous ses amis en hiver

Elle a perdu tous ses amis en hiver

video
Voilà ce qui arrive quand tu cuisines en Antarctique

Voilà ce qui arrive quand tu cuisines en Antarctique

video
«Un collègue s’est tranché avec une meuleuse»
Sponsorisé

«Un collègue s’est tranché avec une meuleuse»