Une provinciale chinoise qui réussit à New York

Alice Longyu Gao (22 ans) a fui son pays natal pour aller à New York. Aujourd’hui, elle est à la fois icône de la mode, mannequin et l’une des «DJanes» les plus demandées de l’industrie de la mode.

Pour Alice Longyu Gao, la vie est une interminable fête et les rues du monde entier sont son podium de défilé. L’œuvre d’art vivante a immigré toute seule aux Etats-Unis quand elle était adolescente, car elle ne voulait pas se soumettre aux attentes de la société chinoise, surtout celles qui régnaient dans sa ville natale très conservatrice, Bengbu.

Aucune liberté, beaucoup de restrictions

«Quand j’étais en Chine, je ne pouvais pas être moi-même. C’est pourquoi j’ai décidé de fuir», raconte-t-elle au magazine «Racked». «Il n’y avait pas de communauté LGBTQ, pas de culture, mais de nombreuses restrictions. Je n’avais pas le droit de porter des jeans et, à l’école, j’ai été humiliée devant toute la classe par l’institutrice le jour où j’ai porté des collants de couleur.»

Quand elle est arrivée à Boston, à tout juste 17 ans, elle dit avoir été très seule. Alice a vu dans cette solitude un point positif et l’a transformée en quelque chose qu’elle ne connaissait pas à cette échelle dans sa vie d’avant: la liberté. «J’avais tellement de temps pour me découvrir moi-même!» se rappelle-t-elle avec enthousiasme.

L’excentricité comme début de carrière

Très vite, elle est passée de la petite souris grise sortant de sa province chinoise à une personnalité resplendissante et chatoyante, qui est rapidement devenue l’une des fêtardes les plus en vue de la côte est des Etats-Unis grâce à son charisme et à son physique excentrique.

Avec des sourcils épilés, des tenues colorées qu’elle achète régulièrement dans le quartier branché de Tokyo, Harajuku, et un maquillage de folie, on dirait qu’Alice Longyu Gao sort tout droit d’un rêve sous LSD trempé dans de la barbe à papa et des paillettes. Elle-même décrit son style comme «Marie-Antoinette, qui fait son shopping à Harajuku et habite dans l’East Village, à New York».

Bientôt animatrice de talk-show?

Avec ce look original, la menue Chinoise s’est rapidement métamorphosée en chouchou dans le milieu de la mode et a très vite fait ses débuts en tant que «DJane» et mannequin. En ce moment, elle travaille sur ses propres productions musicales et anime les soirées de gros clients comme Warner Music ou Milk Makeup.

Son grand rêve serait d’avoir son propre talk-show, «The Alice Show», à la télévision américaine. «J’aimerais être l’une des premières étrangères à animer une émission sur l’une des grandes chaînes de télévision américaines», avoue-t-elle. Son idole est Ellen DeGeneres et sur sa liste d’invités provisionnels figurent des personnalités comme Jamie Oliver et A$AP Rocky. D’ici là, elle s’entraîne à développer ses compétences d’animatrice télé au format en ligne dans «Tea with Alice»:


Écris un commentaire
video
Elle se fait des millions avec des boutons de pus

Elle se fait des millions avec des boutons de pus

Considérée comme une beauté malgré son anomalie

Considérée comme une beauté malgré son anomalie

Ils veulent tous un film de super-héros sans hommes

Ils veulent tous un film de super-héros sans hommes

Il cultive des avocats de plus d’un kilo

Il cultive des avocats de plus d’un kilo