Pour être sexy, il faut savoir écrire

Qui veut marquer des points auprès de notre rédactrice se doit de maîtriser un peu plus que les règles de base en grammaire. Ce qui la rebute complètement dans une conversation, ce sont les personnes qui ignorent les bases de la langue allemande.

Je suis célibataire et timide. Depuis pas mal de temps. Quand j’ai, la semaine dernière, fait un doigt d’honneur à la trouillarde au fond de mon froc en abordant un mec, je me suis sentie merveilleusement bien. Bon, j’avoue que les trois bières que j’avais descendues m’ont bien aidée, mais quand même – le principal, c’est d’avoir osé.

Vous voulez savoir pour qui j’ai ravalé ma peur d’être rejetée à coup de grandes gorgées de jus d’orge et qui j’ai même suivi au club pour lui avouer mes sentiments refoulés? Pour le mec de mes rêves brandissant un gin-tonic, dans son armure luisante de sueur due à ses mouvements de danse. Sincèrement, il avait bien mérité cet engouement. Vraiment.

Mais qu’est devenue la langue allemande?

Le lendemain matin – après une discussion agréablement excitante et un échange de numéros au club –, quand j’ai reçu un message de mon homme sur le portable disant: «Ça fait longtemps que je cherche quelqu’un comme toi», ma libido a très vite disparu. Le problème, c’est son niveau lamentable en orthographe. Il ignore apparemment les règles élémentaires de la langue allemande.

Le fait qu’il écrive «sh» au lieu de «sch» m’a très vite fait oublier son charmant sourire et chaque étincelle d’attirance érotique que j’avais pu ressentir la veille au soir a été éteinte par le nombre croissant d’émojis faisant un clin d’œil avec la langue pendante. Même les écarts lexicaux dans les tréfonds de la langue argotique anglaise m’ont mise dans un état de choc plutôt que d’extase. Merde, il aurait pourtant été si parfait!

«Envie du meilleur rencard de tous les temps?»

Pour enlever le vent des voiles de la vague d’indignation déferlante, non, je ne suis évidemment pas parfaite. Et non, je ne suis pas non plus un fervent défenseur de l’orthographe correcte, comme peuvent l’être les fanas de grammaire, que la correction d’une virgule mal placée excite au point qu’ils n’ont même plus besoin de s’enfiler de sales pornos.

Mais est-ce trop demander que d’avoir une conversation en allemand – avec des phrases complètes et sans l’utilisation d’anglicismes inutilement vulgaires? Apparemment, oui. Dommage.

Le fait que mon prétendu futur amant, avec lequel je me voyais déjà faire des câlins au lit le dimanche matin, semble effectivement totalement réfractaire à la langue allemande me déprime. Non seulement la lecture de ses messages me tourmente l’esprit, mais elle me laisse de marbre. Malgré l’incroyable force d’attraction de la veille au soir. Quand il m’a demandé si j’avais envie du «best date ever», une seule réponse était possible pour moi, à savoir: «Merci, mais non merci.» Seuls ceux qui s’adressent à moi dans un allemand correct ont une chance de marquer des points avec moi.


Kommentar schreiben

13 Kommentare

Esprit libre vor 2 Monate
De nos jours que tu saches ecrire ou pas si tu as les poches pleines. Elle te saute dessus. Et les langues c'est révolut. Le futur c'est la thélépathie bandes de beauf. Arrêté de vous faire laver le cerveau par ces medias attarder et manipulateur. Encore un article qui en fait la preuve.
1
9
Antwort
Antwort von Pathétique vor 2 Monate
Ton esprit libre m'a l'air bien étriqué et pourri par le sexisme et les stéréotypes (pour les deux sexes)
3
0
Antwort
Marc-H. vor 2 Monate
Être éméchée en boîte....pas les meilleurs conditions pour rencontrer des personnes raffinées.
7
0
Antwort
FrançoisS vor 2 Monate
C était peut être juste le fait que l alcool ne faisait plus effet....
5
0
Antwort
video
Neue Skandal-Serie duftet nach Tod und Sex

Neue Skandal-Serie duftet nach Tod und Sex

video
Keiner weiss, was hinter diesen Augen lauert

Keiner weiss, was hinter diesen Augen lauert

video
Youtube Music gibt’s ab heute auch in der Schweiz

Youtube Music gibt’s ab heute auch in der Schweiz

Braucht es LGBT-Unterricht in der Schweiz?

Braucht es LGBT-Unterricht in der Schweiz?