Ce que j'ai appris en voyageant seul

La plupart des Suisses préfèrent partir en vacances en groupe. Notre rédacteur raconte pourquoi il préfère les voyages en solitaire.

Je voyage beaucoup et j’adore ça. Il m’est déjà arrivé de partir en voyage en groupes organisés, avec des voyageurs Interrail bourrés du début à la fin, avec ma petite amie ou mes amis d’enfance. Tout cela est très sympa, mais, pour moi, partir à la découverte du monde sans personne est de loin le meilleur moyen pour passer des vacances déjantées.

En général, nous, les Suisses, n’aimons pas passer nos vacances seul(e)s. La Fédération suisse du voyage estime à seulement 15% le taux de voyageurs en solitaire qui ne représentent aussi qu’une minorité au sein de l’agence de voyages suisse TUI. Ce qui est loin de signifier que ces personnes passent effectivement leur séjour seules. Car ceux qui réservent un séjour pour une seule personne font souvent un voyage en groupe, selon TUI. Ils sont peu nombreux à opter pour des vacances à l’étranger en parfaits solitaires.

Offre-toi le monde

J’ai fait mon premier voyage lointain en solitaire en Israël où j’ai passé trois mois. Après de grands moments d’hésitations et au moment de réserver mon vol depuis mon canapé à la maison, j’ai d’abord été submergé par la peur. Je me demandais comment j’allais survivre à ça tout seul, si loin de mon nid.

Ce sentiment s’est encore prolongé durant trois jours après mon arrivée sur place. Au cours d’une promenade en solitaire à Bethléem, j’ai été envahi par la tristesse en voyant les hautes barrières de sécurité israéliennes. A l’époque, le quotidien des médias ne m’avait pas encore désensibilisé aux territoires en crise.

Bien entendu, indépendamment de l’histoire politique, ce sentiment fait sans doute partie de l’aventure quand on est un jeune homme d’Europe occidentale à la découverte de nouvelles contrées.

Murs de béton et faible niveau en langue

Quand tu partages cela avec des amis, tu as toujours un petit peu de chez toi dans tes bagages. Tu peux pleurer sur l’épaule de quelqu’un ou te sentir en sécurité dans ton petit monde en ayant des discussions sur les derniers ragots au sein de ton cercle d’amis.

Par contre, quand tu es tout seul, tu dois te débrouiller avec ton faible niveau de langue pour parler de Dieu, du monde et des énormes murs de béton avec les autochtones, ou alors tu restes seul avec tes pensées. C’est certes usant, mais aussi très enrichissant. C’est sans doute aussi la raison pour laquelle les jeunes sont si nombreux à partir pour un voyage d’introspection autour du monde après leurs études ou leur apprentissage et à faire, par la même occasion, exploser les ventes des livres de Paulo Coelho.

Tu peux difficilement te cacher

Quand tu es seul, tu ne peux pas échapper au fait de devoir parler à d’autres personnes. Tu ne peux pas non plus en référer aux compétences linguistiques de tes amis dont le niveau en français est meilleur que le tien, ni parler avec quelqu’un des personnes avec lesquelles tu es en train de partager un moment d’hospitalité autour d’un thé ou de consommer de la drogue. Tu es obligé de communiquer avec les autres. Du moins, tu le fais assurément plus souvent que si tu étais en compagnie de ta meilleure amie.

Fais ce qu’il te plaît

Quand j’étais à Amsterdam avec un groupe d’amis, on a passé beaucoup trop de temps à traîner dans la rue et à se demander ce qu’on pouvait bien faire. L’un voulait faire la tournée des célèbres coffee-shops, l’autre voulait aller voir quelques maisons particulièrement bancales; un troisième insistait sans cesse pour aller dans le quartier chaud. En définitive, ça finit toujours par en énerver au moins un du groupe et par le fait qu’on finit par en voir beaucoup moins qu’on l’aurait souhaité.

Quand tu voyages seul, tu t’épargnes ces discussions. En plus, tu n’es pas obligé de renoncer à aller à une soirée fétichiste absurde à Berlin ou à consommer des champignons hallucinogènes sous peine de devenir la cible de rumeurs débiles ou de devoir entendre des commentaires déplacés de la part de tes proches. Tout devient possible quand tu voyages seul.


Écris un commentaire

7 Commentaires

il y a 3 Mois
Je partirais bien seul. Malheureusement je ne peux plus... 😞((
0
0
Réponse
nina il y a 3 Mois
ça tient plus du drug-trip que du voyage culturel, ses vacances... 😃
8
0
Réponse
Titsch il y a 3 Mois
Ça part d'un bon sentiment mais terminer sur une soirée fetichistes et des champignons hallucinogènes...
6
0
Réponse
Cynthia il y a 3 Mois
Voyager avec quelqu'un ? Plus jamais ça!! À chaque fois, mes parents, mon pote ou ma moitié m'ont pourri mes vacances. L'adage "vivre et laisser vivre" semble être une impossibilité récurrente lors de vacances partagées. Alors, depuis bientôt 25 ans, c'est "me and myself". Et, pourtant, j'aurais adoré partager certains moments mais, pour tous les moments merdiques que les personnes qui ont compté pour moi m'on fait vivre, NO MORE!!! Et, pour les moments de blues, il y a plein de gens à découvrir!
1
2
Réponse
La trypophobie existe vraiment

La trypophobie existe vraiment

Ces DJs qui font appel à des ghost-producers

Ces DJs qui font appel à des ghost-producers

Mon père a utilisé Tinder à ma place

Mon père a utilisé Tinder à ma place

Cet enfant de 12 ans est tatoueur

Cet enfant de 12 ans est tatoueur