«J’ai couché sous kétamine»

Quand tu te dis que tu vas passer tout un week-end chez ton nouveau copain avec ses potes de l’uni, t’imagines pas que ça va se finir en défonce générale. Pourtant, c’est arrivé.

La kétamine, pour moi, ça sonne un comme un mauvais virus qui va te bouffer le cerveau. OK, disons que c’est juste moins sexy qu’«ecstasy» ou «molly». Je ne voyais vraiment pas l’intérêt d’essayer, jusqu’à ce que je découvre que mon cher et tendre apprécie cette drogue. Forcément, je ne suis pas enchantée. Ayant l’esprit plutôt ouvert, je le laisse faire avec ses amis et je les observe s’enfiler moult doses dans le nez. Au bout de trente minutes, tout le monde est défoncé. Les yeux de certains se font la malle et semblent chercher la vérité universelle au fond de leurs orbites. Très ragoûtant.

D’un coup, je me sens seule. Pendant qu’ils tripent et profitent, je refais le monde dans ma tête. Est-ce que ça ne serait pas le moment de tester l’inconnu? Après tout, je suis avec mon mec et des amis à la maison, je ne risque rien. Maintes réflexions plus tard, je lance un: «Est-ce que je peux essayer?» Là, tout le monde se «réveille» et me regarde l’air étonné, «Hum… T’es sûre de toi?»

Le grand saut

Ça y est, je me lance. J’ai jamais aspiré un truc par le nez et ça me fait flipper. On me tend une petite paille. L’odeur est, comment dire… dégueulasse. Ça sent les produits chimiques qu’on utilise pour décaper les tuyaux bouchés. Ça risque certainement de me décaper les quelques neurones qui me restent après avoir inhalé cette odeur infecte. La nervosité me fait partir en fous rires, sans jamais arriver à aspirer. On me donne alors une sorte de minicuillère avec une dose. «Arrête de bouger, expire profondément et aspire ça d’un coup», «Heu OK, mais tu peux tenir ça au bout de ma narine s’il te plaît, parce que j’arrive pas à viser…» Décidément, je ne suis vraiment pas faite pour ça. Mais j’arrive enfin à sniffer la dose.

Le piment? La douceur incarnée

Mais pourquoi j’ai eu cette idée? Ça brûle à mort, mes yeux pleurent. Manger des piments crus m’aurait fait plus de bien. Franchement, je m’attendais à quoi, avec un truc qui sent le Cillit Bang? Eh bien, BANG dans ta face, ma petite!

On me dit que c’est normal la première fois. «Tu vas voir, tu ne vas plus rien sentir et l’effet va monter.» Alors, en bonne élève, j’attends et j’arrête de me plaindre. Sauf qu’ils ont oublié de me préciser une chose – il y a une phase supplémentaire entre le cauchemar de l’aspiration nasale et les effets qui apparaissent: l’écoulement de la substance dans ta gorge. Moi qui pensais avoir passé le pire, je sens maintenant ce goût de détergent infâme qui se diffuse sadiquement dans ma bouche… Je maudis la seconde où j’ai décidé de faire comme les autres.

Entrée dans un monde parallèle

Après dix minutes, je sens les effets venir. Confortablement assise dans les bras de mon homme, je me sens comme dans du coton. Le goût du détergent s’évapore enfin. Tout devient doux et un peu mou. Je suis dans les vapes, mais je me sens bien. Tout est proche et loin à la fois. Je ressens une certaine euphorie et je plane. C’est moins pire que ce que j’imaginais.

Mon mec me regarde dans les yeux, on a soudain la même idée en tête: et si on essayait de s’envoyer en l’air? Plutôt bizarre sachant qu’on est sous anesthésie. On se lève quand même et on se balance, on rampe, on zigzague jusque dans la chambre.

Sexe et hallucinations

On tombe raides sur le lit et on essaie de se grimper l’un sur l’autre comme des mollusques. Plutôt pathétique. Entre fous rires et tentatives multiples, il arrive à se mettre sur moi. À notre grande surprise, son appareil est plus que fonctionnel. Le plaisir est lointain, mais je ressens les sensations. C’est comme planer sur des nuages moelleux. Des petites hallucinations m’envoient dans un monde parallèle. Les yeux fermés, je me retrouve sur une montagne pleine de neige, des formes géométriques qui brillent comme des diamants sont suspendues dans le vide. Elles arrivent à grande vitesse sur mon visage. Quand j’ouvre les yeux, je me rappelle que je suis en pleins ébats sexuels.

Mon corps est lourd et je dois lutter pour bouger. J’essaie de me mettre dessus et je m’écroule sur lui comme une larve. Mon esprit flotte, mais je continue à bouger machinalement. Sans aucune surprise, on n’arrive pas à «finir». Une fois épuisés, on se décide à regarder l’heure. Il est six heures du matin: ça fait deux heures qu’on baise – du moins, qu’on essaie. Pour ma part, les effets s’étaient dissipés. Lui, il s’est tapé une dose assez puissante pour être encore bien perché.

Bad trips et anomalies du rythme cardiaque

«Prise à forte dose, la kétamine peut provoquer des crises d’épilepsie et même entraîner le coma», nous explique Corine Kibora, porte-parole d’Addiction Suisse. Cet anesthésiant dissociatif provoque des troubles de la perception et fait perdre le fil de sa pensée. Les bad trips ne sont pas rares et la kétamine peut entraîner des anomalies du rythme cardiaque. Comme elle anesthésie le corps, on peut aussi se blesser sans se rendre compte de la gravité.

«Sa prise régulière entraîne une accoutumance qui peut mener à une importante dépendance psychique», selon Corine Kibora. Les usagers réguliers augmentent les doses, toujours à la recherche de l’effet de «la première fois».

Un alien dans la gorge

J’ai bien ressenti certains de ces effets, mais heureusement à dose assez raisonnable pour ne pas tomber dans l’extrême. Les jours suivants, j’ai régulièrement saigné du nez pendant une semaine. J’avais du mal à respirer, je me suis aussi mise à ronfler – sexy. Un jour, j’ai commencé à tousser très fort et une sorte de formation de mucus visqueuse, dure et ensanglantée s’est expulsée de ma gorge. Des aliens m’auraient-ils pondu un fœtus dans la tête pendant mon sommeil? Qui sait. En tout cas une chose est sûre: je ne recommencerai pas.


Écris un commentaire

6 Commentaires

Lolo il y a 6 Mois
Au final, ça t'apporte quoi? Je me suis defoncé pendant longtemps. Ah ça, j'en ai passé des week-ends scotchés à ne rien foutre....trop bien...Pendant ce temps là, certains de mes potes sont devenus médecins ou avocat...Et moi? J'ai 34ans, j'ai un métier banal, je lutte toujours contre mes addictions, et je regrette amèrement d'avoir perdu mon temps. Ne vous défoncez pas. C'est de la merde, mais on sent rend compte trop tard.
91
3
Réponse
Moby dick il y a 6 Mois
Toujours plus jeune et toujours plus defoncé... je me demande bien qui va travailler pour ma retraite à lire des trucs pareil ça fout le seum on part en vrille et l'avenir n'a rien de bon à nous offrir...
46
11
Réponse
Martine il y a 6 Mois
Et...?????
18
8
Réponse
il y a 6 Mois
Oo
11
5
Réponse
«Rick & Morty» a évidemment sa version porno

«Rick & Morty» a évidemment sa version porno

Elle troque sa virginité contre un iPhone

Elle troque sa virginité contre un iPhone

«T’es un résidu de poulpe ménopausé»

«T’es un résidu de poulpe ménopausé»

La baby-sitter qui voulait tuer un petit garçon

La baby-sitter qui voulait tuer un petit garçon