«Je visite des prostituées pour ma copine»

Quelles sont les raisons qui poussent les hommes à payer des prostituées? Un client nous raconte qu’il le fait pour «la paix du ménage».

Selon l’Office fédéral de la police, 125 000 Suisses fréquentent régulièrement un bordel. Et un homme sur cinq coucherait au moins une fois par an avec des prostituées.

Evidemment, il ne s’agit pas de chiffres officiels, mais d’estimations fondées sur des renseignements provenant d’établissements de quartiers chauds. Et comme c’est un sujet tabou, très peu d’entre nous savent si des clients enthousiastes se trouvent dans leur entourage. Logique, puisque personne ne va crier sur les toits en buvant sa bière au bar après le boulot qu’il va aux putes.

Pour savoir ce qui pousse les hommes à fréquenter les bordels, on s’est entretenus avec Simon*. Ce Suisse oriental de 29 ans est dans une relation stable depuis un peu plus de quatre ans, travaille dans le secteur de la santé et estime coucher dix à quinze fois par an avec des prostituées.

Simon, quand es-tu allé pour la première fois dans un bordel?

C’était il y a tout juste dix ans. A l’époque, j’étais célibataire, un peu bourré, je passais une soirée tout seul et j’étais très excité. J’avais juste envie de sexe, sans tout le côté drague et tout le tintouin. C’est là que je me suis dit: «Hé, pourquoi ne pas aller au bordel?»

Qu’est-ce que ça t’a fait?

Le sexe était bon, rien que pour le côté débauche et sale d’aller voir une pute. Le soir même, je me suis senti vraiment bien, mais le lendemain matin, j’ai commencé à réfléchir.

Pourquoi?

En soi, je ne trouve rien de choquant à la prostitution. Mais je ne savais pas si la bonne dame faisait ce travail de son plein gré. Peut-être qu’elle traversait une mauvaise passe ou qu’elle y était contrainte. Ça serait assez désagréable pour moi, car je n’ai pas envie de contribuer au malheur des autres.

Est-ce que tu penses différemment aujourd’hui, quand tu vas voir des prostituées?

Aujourd’hui, je vais toujours au même endroit, un peu en dehors de la ville. Là, je sais que les femmes travaillent de leur plein gré, notamment pour financer leurs études. Evidemment, le sexe n’est plus aussi cru que la première fois. La plupart du temps, c’est vraiment juste pour lâcher la pression, mais j’en ai besoin de temps à autre.

Tu es dans une relation stable, alors pourquoi aller voir des prostituées?

C’était – sans blague – une suggestion de ma partenaire, même si «suggestion» n’est peut-être pas le bon mot. Elle a une faible libido et, d’une certaine manière, on n’est plus vraiment attirés l’un par l’autre, même si on s’aime encore. Un jour, on s’est disputés à ce sujet et elle m’a dit que je n’avais qu’à aller voir une pute.

Et c’est ce que tu as fait?

On en a reparlé le lendemain et elle a dit qu’elle préférait que j’aille voir des putes plutôt que j’aille chercher une maîtresse. Depuis, on fait comme ça, même si je ne lui raconte évidemment pas que je sors tout juste du bordel. Je crois que si on n’avait pas résolu ce problème comme cela, on se disputerait beaucoup plus. On se serait peut-être même déjà séparés, qui sait?

Et ça te satisfait?

Evidemment, ce n’est pas ce que j’avais en tête avant quand je pensais à une relation épanouie, mais qu’est-ce qu’on peut faire? Je n’arriverais probablement pas à vivre sans sexe.

Et ça en vaut la peine, côté finances?

Et bien, je dépense très peu en alcool, cigarettes ou autres trucs de luxe. Alors si je claque entre 100 et 300 francs par mois pour le sexe, je m’y retrouve.

Si tu étais à nouveau célibataire un jour, tu continuerais à aller au bordel?

Ça dépend de la vie que j’aurais à ce moment-là. Mais je peux bien m’imaginer continuer à fréquenter le bordel. J’aime assez cette notion de sexe non compliqué, sans engagement et sans conséquence


Écris un commentaire

91 Commentaires

Point de vue d'un homme féministe il y a 1 Mois
On parle beaucoup des "besoins" des mecs, de leurs exigences, de leurs frustrations, de leurs envies, de leurs droits à la sexualité... Et personne ne parle des femmes dans l'histoire. Tout simplement parce que la sexualité féminine est minimisée, rabaissée et dénigrée, et ce depuis des milliers d'années. Ces prostituées à qui vous imposez des rapports en les payant (ce qui, vous le pensez, vous dédouane de vos actes), ce sont des femmes non ? Elles n'ont du coup pas d'envies, pas le droit de jouir (car tout pour le client), ce sont juste des poupées pour vous, des "trous" dans lesquels vous vider ? Quel est le droit à la sexualité des femmes de nos jours ? Comment peut-on accepter que, dans un monde égalitaire et civilisé, le corps de l'autre (quasiment toujours des femmes/enfants au profit des hommes et ne me dites pas que c'est un hasard svp !) soit une marchandise ? Les femmes ont tout autant d'envies, de fantasmes, de frustrations, etc, que les mecs, ça a même été démontré que les femmes, si elles se lâchent, ont un libido et endurance plus grandes qu'eux (multi-orgasmes, pas de période de résilience, orgasmes plus forts, etc), seulement on leur demande de les réprimer (si elles couchent partout, ce sont des s*lopes, il faut "contrôler" la pureté génétique des familles, il faut contrôler leurs corps et leur sexualité). La fameuse mère versus putain, si chère aux religions, à croire qu'une femme sexuelle fout une trouille d'enfer à beaucoup de mecs, encore de nos jours ! La vérité, c'est qu'il est totalement aberrant de croire qu'un homme qui fréquente une prostituée respecte les femmes, parce qu'il ne les respecte pas dans ce qu'elles ont de plus intime : leur corps et leur sexualité. Il leur impose un rapport sexuel contre de l'argent et tout le monde trouve ça normal alors que ça ne l'est pas. L'argent est une source de pouvoir et qui a l'argent et donc le pouvoir dans nos sociétés : les hommes ! Non, la prostitution, ce n'est pas laisser les femmes faire de leurs corps ce qu'elles veulent (sans compter que seules 10-15 % des prostituées ne sont pas sous la coupe de macs et je ne parle même pas des contraintes financières poussant une femme à entrer dans le domaine), mais bien laisser des hommes faire de leurs corps ce qu'ILS veulent ! La vérité, c'est que ramener le sexe à quelque chose de commercial ne fait rien de plus que bousiller les relations entre les êtres. ARRETONS DE BANALISER QUELQUE CHOSE QUI NE L'EST PAS ! Bien sûr qu'on ne pourra jamais enrayer totalement la prostitution (comme l'esclavage ou la vente d'organes, ce n'est pas pour ça qu'il faut les autoriser et en faire la pub), mais ce n'est pas ce que j'ai envie d'apprendre et de laisser à mes enfants, je n'ai pas envie que leur monde soit celui où il est considéré comme normal d'acheter le corps d'une personne pour se m*sturber dedans !
0
0
Réponse
Angie il y a 1 Mois
Ben voyons encore un pleurnichard ! Que tous ceux qui ont connus un chagrin d'amour, des envies insatisfaites et j'en passe exploitent l'autre sexe ! MDR Franchement les mecs comme vous doivent rester décidément seuls ! Toutes les raisons sont bonne pour se payer une prostituée (les filles sont méchantes, il pleut, je suis au chômage, et blablabla) ! MDR Pauvre mec !
0
0
Réponse
Film suédois il y a 1 Mois
Je conseille à tout le monde de regarder le film "Lilya 4-ever" pour vous donner une idée de ce qu'est vraiment la prostitution
0
0
Réponse
Dominique il y a 1 Mois
La prostitution est un commerce. C'est la demande et l'argent d'hommes qui le créent (dans 99 % des cas). Le "client" est la pièce centrale du système. Ce n'est pas un brave gars qui cherche de l'affection, c'est un homme qui profite des difficultés de vie (de femmes en majorité, pour la moitié mineures) pour obtenir des actes sexuels qu'elles-ils ne désirent pas. L'argent est une arme.
0
0
Réponse
Les pires rencards de tous les temps

Les pires rencards de tous les temps

Mutilations sanglantes au nom de la beauté

Mutilations sanglantes au nom de la beauté

video
«Je hais l’été plus que tout»

«Je hais l’été plus que tout»

Des rapports sexuels indolores grâce à ce sextoy

Des rapports sexuels indolores grâce à ce sextoy