Faut-il interdire la musique nazie sur Spotify?

Spotify a interdit quelques dizaines d’artistes de droite. Est-ce une bonne chose ou est-ce que la censure ne fait finalement qu’aggraver le problème?

Une semaine après les manifestations pour la suprématie de la race blanche à Charlottesville, les réactions se déchaînent. Certains adeptes de la suprématie blanche s’estiment maltraités en raison des réactions négatives auxquelles ils sont confrontés (tout ce qu’ils voulaient, c’était mener un combat racial «pacifique») et publient des vidéos d’eux en larmes sur internet. D’autres ont perdu leur travail ou le soutien de leur famille. Facebook, Reddit, GoDaddy et autres sociétés du web ont banni les groupes et les sites nazis, ce que font désormais aussi les plateformes géantes d’écoute de musique en ligne.

Spotify bannit les groupes nazis

Après la découverte de plusieurs dizaines de groupes nazis et suprémacistes blancs par le site américain Digital Music News sur Spotify, le géant du streaming a rapidement réagi en retirant pratiquement l’intégralité des groupes de sa plateforme. Parmi eux, on trouve notamment le groupe de rock allemand Freikorps (auteur du titre «Deutschland den Deutschen», en français «L’Allemagne aux Allemands») ou les Polonais Selbstmord («Aryan Voice of Hatred», en français «la voix aryenne de la haine»). Deezer, frère jumeau de Spotify, a également banni ces groupes de son site. Apple Music, connu pour sa politique restrictive, avait déjà interdit différents artistes nazis dès 2014.

Mais la scène musicale d’extrême droite est importante. L’année dernière, en Allemagne, on a répertorié 69 supports sonores, ce qui est un chiffre record, selon la commission fédérale chargée du contrôle des publications destinées à la jeunesse. Spotify bannit les artistes de manière proactive en se fondant sur cette liste allemande, qui est néanmoins loin d’englober l’intégralité de la musique d’extrême droite. Sur la plateforme, on trouve d’ailleurs toujours le groupe brandebourgeois Exzess, qui a donné un concert devant 5000 spectateurs en automne, l’année dernière, lors du festival à Unterwasser, dans le canton de Saint-Gall.

Tout cela nous amène à soulever quelques questions:

Faut-il bannir la musique d’extrême droite des sites d’écoute de musique en ligne?

D’une part, ce genre de musique devrait déjà être interdit sur les sites de streaming dans le respect des conditions générales. Spotify a récemment laissé entendre que «des contenus illégaux et de la musique qui encourage ou revendique la haine et la violence contre des groupes ethniques, des religions et des genres ou autres, seront retirés du site». Par principe, la propagation de contenus racistes et fascistes est de toute façon à proscrire.

D’autre part, l’interdiction du sentiment de «Nous contre le monde» qui stimule les activistes ou terroristes ne fait que le renforcer. Le site néonazi prépondérant aux Etats-Unis «Daily Stormer» a, par exemple, dû se retrancher sur le Darknet après avoir été récemment banni par GoDaddy. Cela prouve aux gens issus de cette scène qu’ils ne peuvent plus faire confiance à personne, ce qui les amène à se regrouper encore plus étroitement et potentiellement à se radicaliser encore plus.

De manière générale, il est inquiétant de restreindre la liberté d’expression, ce qui nous amène à la prochaine question.

Que faut-il bannir exactement?

La grande question est de savoir où fixer les limites? Peut-on utiliser des éléments d’extrême droite de manière ironique ou satirique (on pense ici à Rammstein)? Est-ce qu’il faut tolérer les mecs d’extrême gauche («L’Allemagne doit mourir»)? On les trouve en tous cas sur Spotify. Ne risque-t-on pas, à un moment donné, de créer un espace sécurisé pour flocons de neige, dans lequel on n’entendrait plus que des chansons apolitiques et des tubes de Noël? Dans ce cas, même le morceau «I Shot the Sheriff» de Bob Marley (à supposer qu’il traite effectivement de flics et pas de contrôle des naissances) pourrait être interprété comme un appel à la violence contre l’Etat.

Il est évident que les incitations à la violence, telles que celles qui sont propagées par le groupe Mordkommando (avec ses morceaux «Bomben auf Wiedikon» ou la menace de mort contre la maire de Zurich, Corine Mauch), ne doivent faire l’objet d’aucune publication.

Qu’apporterait l’interdiction, au juste?

Le groupe Mordkommando n’est pas sur Spotify. Les paroles antisémites sont effectivement rares sur la plateforme d’écoute de musique en ligne, du moins pour les personnes extérieures. Par contre, sur YouTube, il est facile de trouver des morceaux de Landser («Opa war Sturmführer bei der SS», en français «Pépé était capitaine SS») ou de Stahlgewitter («Auftrag Deutsches Reich», en français «Mission Empire allemand»). Et même si les grands sites interdisaient la musique extrémiste, il y aura toujours 4chan, Liveleak et Darknet. En outre, une censure massive sur internet, telle que redoutée par les activistes par l’«Internet Freedom Act» américain, serait un pas en arrière violent pour l’humanité.

Sincèrement, on est indécis quant à la position à adopter. Il est évident que le racisme et le fascisme sont le résultat de peurs insensées et de haine aveugle, que nul être sensé ne souhaite. Or, il est difficile de savoir si les plateformes en ligne contribuent ainsi à vivre dans un monde meilleur ou si elles sont au contraire contreproductives.


Écris un commentaire

55 Commentaires

Astrid M il y a 3 Mois
Un peu de pur mel Brooks pour détendre: m.youtube.com/watch?v=HnfwBeVFlbU
1
0
Réponse
le peien il y a 4 Mois
Vouloir interdire tout ce qui est choquant ou dérangeant même a très faible niveau est le crédo bobo depuis des années.. rassurez vous, le rap est aussi sur leur liste, sauf Mc Soolar...
2
0
Réponse
Dirty Harry il y a 4 Mois
on interdit les groupes d’extrême droite mais on tolère les rappeurs et leurs chansons homophobe ou pousse aux crimes et les groupes d'extrême gauche ont aussi des textes très violents pourtant tous ceux-ci se trouvent sans problèmes chez les diffuseurs de musique en ligne ! alors soit on interdit tout soit on catégorise par types "politique"
9
2
Réponse
Jean-Marc Cousin Yverdon il y a 4 Mois
Musique, affiches et toute autres moyens de propagande doit être proscrite si elle émane de milieux nazis ou de l'extrême droite. On voit ou trop de laxisme envers ce véritable fléau de notre Société. Ces fachistes de tout poils utilise notre démocratie pour mieux la détruire par la suite. STOP on a déjà été trop tolérant avec ces meux nauséabonds.
6
11
Réponse
video
Serait-ce le défi le plus débile de tous les temps?

Serait-ce le défi le plus débile de tous les temps?

Voici les curiosités Netflix de 2017

Voici les curiosités Netflix de 2017

Compilation des gifs préférés de l’année

Compilation des gifs préférés de l’année

Gagne des tickets pour Royal Blood!

Gagne des tickets pour Royal Blood!