Pourquoi je ne porte plus de soutifs

Des seins comprimés et transpirants en été? Très peu pour moi. Depuis quelques années, j’ai complètement renoncé au soutien-gorge.

J’entretiens une relation émotionnelle avec mes seins depuis le début. A douze ans, mon corps refusait de laisser pousser quoi que ce soit là-haut. Malgré tout, je portais des soutiens-gorge à la puberté, par dépit et désespoir. J’enviais les filles de ma classe avec leur bonnet A et leurs soutifs branchés, à l’effigie de Snoopy, qu’elles exhibaient fièrement dans les vestiaires de la salle de sport. Aujourd’hui, à tout juste 25 ans, je ne peux que rire de mon manque d’assurance de l’époque. Ça fait des années que je ne porte plus du tout de soutien-gorge.

Soyons honnêtes: il n’existe pas meilleur sentiment que de dégrafer un soutien-gorge après une longue journée et de balancer ce truc de merde qui serre dans un coin. Encore plus maintenant que les températures frôlent les 30 degrés. Aussi beaux soient-ils, et pour autant que cela n’occasionne ni douleurs, ni inconfort, tout le monde n’a pas besoin de se comprimer dans des soutiens-gorge. Mais prétendre que les nénés vont tomber plus vite à cause du manque de soutien est une vraie connerie. Bien au contraire: comme le muscle pectoral est davantage sollicité, ça raffermit la poitrine, comme le confirme le médecin Jean-Denis Rouillon dans une étude.

On attend de nous qu’on porte des soutiens-gorge

L’idée de ne plus vouloir, jour après jour, emprisonner mes seins dans une armature m’est venue insidieusement. J’aimerais pouvoir prétendre qu’elle est le pur fruit d’une conviction féministe et que j’ai brûlé tous mes soutifs en criant «Fuck you!» à l’intention du patriarcat.

C’est peut-être une des raisons, mais à dire vrai, c’est parce que je suis bien plus à l’aise comme ça. Pourquoi endurer des pressions, des épaules irritées et des bretelles entortillées, alors que (souvent) on n’en a pas besoin? La réponse est simple: parce que c’est ce qu’on attend de nous. Et parce qu’on se sent souvent mal à l’aise en quittant la maison sans soutien-gorge.

#FreeTheNipple!

Au fil du temps, le soutien-gorge est devenu quelque chose qui s’apparente à un bouclier, un rideau magique entre nos propres seins et les regards étrangers de l’autre côté du morceau de tissu. Alors, est-ce qu’on les cache uniquement parce qu’on a peur de notre société qui a la phobie des tétons? En fait, la poitrine n’est pas un organe sexuel, mais elle a toujours été et demeure érotisée. Les seins et les tétons sont associés au désir, ce qui rend encore plus difficile le fait de se promener sans soutien-gorge et de laisser paraître les mamelons sous le chemisier dans la vie de tous les jours. Pour des femmes comme nous, qui portons au maximum un bonnet B, cela facilite les choses, étant donné que les regards curieux des autres ne s’arrêtent pas sous le menton.

Ceci n’est en aucun cas un appel pour que vous jetiez vos soutifs à la poubelle ou diabolisiez les femmes qui en portent. Ce que je veux dire c’est que, peu importe si les seins tombent, s’ils sont minuscules, s’ils n’ont pas le même aspect ou s’ils sont de taille différente. Tu as le droit de les emballer ou de les laisser pendre en toute liberté. Au final, c’est une décision personnelle. Tu ne dois pas avoir le sentiment de devoir cacher quelque chose. Car, all boobs are beautiful (tous les seins sont beaux).


Écris un commentaire

52 Commentaires

Liberté il y a 16 jours
Pour plus d'informations sur les bienfaits des seins libres et les dangers des soutien-gorges, je vous invite toutes et tous à venir consulter mon blog : www.freetheboobies.fr Merci pour cet article. Plus on en parle, mieux c'est!
0
0
Réponse
Roger il y a 2 Mois
Nous sommes allé en vacance dans un camp de naturiste avec mon épouse quelle plaisir de ne plus sentir d'habit depuis madame de mais plus de soutien gorge et ne veux plus en mettre et nous sommes souvent tout nue la maison un grand bien
1
4
Réponse
Peach il y a 2 Mois
C'est facile de se passer de soutien-gorge avec une petite poitrine. Moi j'ai un bonnet F, une poitrine naturelle. J'ai essayé de passer une semaine sans soutien-gorge. Résultat : maux de dos et mal à la poitrine. Donc retour au soutien-gorge.
3
0
Réponse
Jo il y a 3 Mois
Vous oubliez que les hommes ont aussi leurs problèmes. Moi un des bon moment de la journée c'est quand j'enlève mon slip qui lui aussi comprime ce que vous savez ! Et là l'été j'enfile un short qui laisse très libre mes parties et je suis vraiment bien. Alors non aux dictatures des slips serrés et vive la liberté de mouvement.... après le boulot bien sûre ! 😃
5
0
Réponse
Quentin Tarantino met en scène des spaghettis

Quentin Tarantino met en scène des spaghettis

Combien nos fantasmes sexuels sont-ils déviants?

Combien nos fantasmes sexuels sont-ils déviants?

Cette application simplifie le harcèlement en ligne

Cette application simplifie le harcèlement en ligne

La trypophobie existe vraiment

La trypophobie existe vraiment