Est-ce si difficile de sortir de l’Eglise?

De plus en plus de jeunes se détournent de Dieu. Malgré cela, ils continuent souvent de rester fidèles à l’Eglise pendant de nombreuses années, alors qu’en sortir n’est qu’une affaire de quelques minutes.

«Je suis certes membre d’une paroisse, mais je ne crois pas en Dieu» – une phrase que j’entends souvent dans mon entourage. Les jeunes, en particulier, ne savent que faire de la croyance chrétienne. Pour autant, ils n’arrivent pas à tourner le dos à l’Eglise.

Mais pourquoi, au juste? Est-ce la mauvaise conscience qui tourmente tous mes amis athées? Est-ce le courage de quitter l’institution qui leur manque, alors qu’ils ne mettent à la rigueur les pieds dans une église qu’à Noël et encore, pour y consulter discrètement leur compte Instagram pendant la messe? Ou est-ce dû au fait que la sortie de l’Eglise est perçue comme fastidieuse au niveau administratif?

Un simple courrier suffit

Que les choses soient claires: au cas où tu souhaiterais effectivement te détourner de Dieu, sache que c’est un jeu d’enfant. Tape tout simplement «sortir de l’Eglise» dans Google et tu tomberas sur différents sites qui te proposent de t’aider dans ta démarche. Sur «Kirchenaustritt Schweiz», par exemple, tu trouveras directement tous les formulaires requis en ligne. Cela dit, ça va te coûter un peu d’argent, ce que l’Eglise elle-même qualifie d’arnaque. En effet, la sortie de l’Eglise est gratuite.

Au fond, il te suffit d’envoyer un courrier recommandé à ta paroisse et d’en faire parvenir une copie à l’Administration fiscale. Tu trouveras un modèle sur le site de l’Association suisse des libres penseurs. Dès réception de ton courrier par la paroisse, tu es officiellement sans confession et en un battement de cil, tu paies quelques centaines de francs d’impôts en moins chaque année.

Certains vont te mettre des bâtons dans les roues

Evidemment, l’Eglise ne trouve pas cela, disons, forcément cool quand ses moutons s’éloignent du troupeau et que moins de thunes entrent dans les caisses chaque année. C’est pourquoi, dans certaines communes, on va te mettre des bâtons dans les roues si tu veux quitter l’Eglise. Si tu omets de remplir correctement ta déclaration de sortie, les membres de l’institution peuvent s’en servir comme motif de refus. Il faut donc être vigilant et, dans le doute, insister jusqu’à obtenir une confirmation par écrit.

Il peut aussi arriver que tu te fasses convoquer par le prêtre pour un entretien auquel tu n’es nullement tenu de participer d’un point de vue légal. Si tu ne le sens pas, tu peux tout simplement ignorer la demande et persévérer dans le fait de vouloir démissionner.

Le retour n’est pas un problème

Les conséquences d’une sortie restent gérables. Ta décision n’est pas irrévocable. Tu as la possibilité de faire marche arrière à tout moment. Par exemple, si tu veux absolument te marier à l’église, il faut que tu sois membre d’une paroisse. Le cimetière te reste, néanmoins, grand ouvert. Pour mourir, pas besoin de l’Eglise, car les cimetières sont des institutions étatiques où chacun a le droit de reposer.

L’avantage manifeste est que dès ta sortie, tu ne paies plus d’impôt ecclésiastique. En fonction de ton salaire, ça peut représenter un sacré magot. Pour le salut de ton âme, tu peux toujours faire don du montant économisé à une œuvre caritative. C’est de bon ton.

Un tiers des gens quittent l’Eglise parce qu’ils ne sont pas croyants

On a mené notre petite enquête sur le sujet auprès de certaines Eglises. «Nous arrivons à peu près à maintenir le nombre de nos fidèles», écrit Thomas Uhland, responsable du service de la communication de l’Eglise nationale catholique romaine du canton de Berne. «Ces dernières années, on a même vu leur nombre augmenter légèrement.» Toutefois, cela serait surtout dû aux migrants, dont la plupart seraient catholiques.

On trouve des données concrètes dans les statistiques de l’Eglise de l’Institut suisse de sociologie pastorale (SPI). Il en ressort que les sorties varient fortement de canton en canton et d’une année à l’autre. Dans les régions rurales, les gens sont en général plus croyants que dans les régions urbaines. De plus, les catholiques sont plus fidèles que les protestants réformés évangéliques.

Ce qui est particulièrement intéressant, ce sont les données sur les motifs invoqués. Seulement 8,3% des 15-24 ans sortent de l’Eglise pour payer moins d’impôts. Plus de 30% de cette tranche d’âge affirme ne plus croire en Dieu ou ne jamais avoir eu la foi.


Écris un commentaire

22 Commentaires

Franco il y a 3 Mois
Il suffit de lire ceci: www.20min.ch/ro/news/monde/story/Un-dossier-complet-sur-des-pr-tres--hypocrites--19471823
0
1
Réponse
....... il y a 4 Mois
Ce message est pour celui qui a écrit cet article : je vous conseille vivement de vous intéresser au satanisme, car vous êtes en plein dedans. C'est ça votre tasse de thé.
5
6
Réponse
Réponse du nina il y a 4 Mois
Rassurez moi, vous vous droguez? Là vous partez sur un postulat inexistant, à moins que pour vous si l'on est pas à fond dans la religion on est sataniste, un peu comme le faisaient les communistes du temps de Staline ou si tu n'etait pas communiste tu etais un suppôt de l'imperialisme Américain? Explicitez votre affirmation, merci.
6
1
Réponse
koG il y a 4 Mois
Cet article est pitoyable ! Ou comment anéantir le peu de spiritualité qu'il nous reste. Avant, il fallait donner une excuse pour ne pas aller à la messe (ce qui n'était pas top), mais maintenant il faut justifier pourquoi on y vas, c'est encore pire.
6
1
Réponse
La bonne musique excuse-t-elle les violences domestiques?

La bonne musique excuse-t-elle les violences domestiques?

«Barbie est bien plus efficace qu’un thérapeute»

«Barbie est bien plus efficace qu’un thérapeute»

Devine pour quoi cette femme fait de la pub

Devine pour quoi cette femme fait de la pub

«Même les visages purulents sont beaux»

«Même les visages purulents sont beaux»