La série la plus vulgaire mais la plus sincère

Une nouvelle série animée montre les horreurs du passage à l’âge adulte sans censure et sans filtre, y compris les fluides corporels écœurants, les poussées hormonales et les situations embarrassantes.

Qui aime se rappeler les prémices de la puberté? Ces années durant lesquelles, il faut bien le dire, on n'était tous, sans exception, rien d’autre que de fâcheux prétentieux, difficiles à vivre, qui se croyaient plus malins que tout le monde. S’ajoute à cela l’horrible style vestimentaire (qu’à l’époque, on pensait évidemment progressiste et stylé), le premier chagrin d’amour et le pire: le corps qui déconnait.

Erections, taches de sperme, sang des règles

Subitement, des poils se sont mis à pousser là où ils n’auraient pas dû apparaître. Diverses parties du corps ont commencé à pousser, à changer de forme et, comble de l’horreur, à sécréter divers fluides. C’est comme si des démons ou des monstres avaient pris possession de notre corps et de notre esprit avec nulle autre intention que de détruire nos mignonnes et innocentes petites âmes d’enfant.

Arrêtons de nous voiler la face. Avec les souvenirs de notre puberté, c’est un peu comme avec la gastro-entérite ou avec une phase secrète de punk rock: chacun doit y passer (tôt ou tard), mais peu aiment évoquer le sujet. Avec sa série «Big Mouth», Netflix casse désormais ce tabou. Des érections spontanées au milieu de la salle de classe, des taches de sperme sur le couvre-lit et du sang des règles en pleine séance de sport, pour les créateurs de la série, aucun sujet n’est tabou, tous les événements gênants sont mis en lumière de la manière la plus gênante et représentés de manière impitoyable et choquante.

La sexualité ne commence pas qu’à 18 ans

Les spectateurs accompagnent un groupe de gamins de banlieue pubertaires durant la première phase sans doute la plus désagréable du passage de l’adolescence à l’âge adulte dans leur quotidien. Néanmoins, au lieu de faire de l’humour méchant et lourd, la série essaie, avec une pointe satirique, de représenter les problèmes des adolescents de manière aussi réaliste que possible. Et cela bien que la puberté soit représentée ici sous la forme de monstres faisant leur apparition au moment le plus inopportun et faisant régner le chaos.

Au début, la représentation souvent très explicite (attention: nudité frontale!) peut être un peu gênante quand les protagonistes sont de jeunes filles et garçons mineurs en pleine découverte de leur vie sexuelle. Mais au lieu de s’échauffer à ce sujet et de sortir les valeurs de l’Eglise primitive, on ferait mieux de se contenter de balayer devant sa propre porte, car la sexualité ne démarre pas le jour des 18 ans quand on atteint l’âge légal de regarder des pornos.

On est toujours en vie

«Big Mouth» traite du sujet de la découverte de soi-même, du développement de la personnalité et du passage à l’âge adulte - durant lequel, c’est bien connu, le sexe joue un rôle non négligeable - avec respect, humour et sans instaurer de distance inutile ou sans prendre de pincettes.

Depuis une bonne semaine, on peut télécharger les dix premiers épisodes de la série animée la plus sincère, brutale, en partie de plus mauvais goût tout en restant drôle que le monde ait à offrir actuellement par le biais du géant du streaming Netflix.


Écris un commentaire

11 Commentaires

Astrid M il y a 5 jours
La fille qui regarde sa mumu avec un miroir, c'est la couverture du journal "Causette" de ce mois ci, soit dit en passant... 😃
6
0
Réponse
Réponse du il y a 2 jours
On le voit aussi dans le film "Les beignets de tomates vertes" datant de 1991 entre autres...
2
0
Réponse
Lolita il y a 6 jours
Suite a l article j ai voulu en jugé par moi meme. J ADOOOORE ! C est marrant ! J aurais vrmt aimer avoir une serie comme ca quand j etais en pleine puberté.
3
3
Réponse
Anonymoooooos il y a 6 jours
Votre article est édifiant ben... Sérieusement, faites un travail sur vous-mêmes ! Entre vos qualificatifs négatifs (tous !) sur la puberté, les poils qui apparaissent où ils ne "devraient pas" (?!?), votre rejet des fluides naturels du corps, vos propos choqués sur la nudité frontale (OMG !), votre relation manifestement quasi-fusionnelle avec le porno (à croire qu'il est impossible de développer une sexualité sans)... Un gros travail à faire mon cher ben, très gros travail (et je vous écris ça en toute amitié)
9
2
Réponse
Ce festival est interdit aux hommes

Ce festival est interdit aux hommes

Une série presque trop réaliste sur l’anorexie

Une série presque trop réaliste sur l’anorexie

Le premier artiste de «mèmes» au monde

Le premier artiste de «mèmes» au monde

Des hommes utilisés comme objets sexuels

Des hommes utilisés comme objets sexuels