On a vécu une semaine selon notre horoscope

Notre rédactrice ne croit pas à l’astrologie. C’est pourquoi elle a fait appel à une astrologue pour se faire élaborer un horoscope personnalisé qu’elle a décidé de suivre pendant une semaine.

Pour une lecture pleine d’aventures, on ose, de temps en temps, s’aventurer vers l’absurde, qu’il s’agisse de chasse aux fantômes en compagnie d’un médium en pleine nuit ou de spiritisme. Mais pénétrer dans le monde des morts dans une vieille villa et s’entretenir avec un vieux fantôme n’était pas fait pour me satisfaire sur le plan spirituel. C’est la raison pour laquelle je me suis rendue chez une astrologue qui a élaboré un horoscope personnalisé que j’ai suivi pendant une semaine.

Lors de notre première rencontre, Silvia Benz, rédactrice de l’horoscope pour le site Astro-Dienst, m’a expliqué comment elle déterminait ma personnalité sur base de la date et de l’heure exacte de ma naissance. Alors que l’astrologie représente, à mes yeux, une forme parfaitement légitime de la description de caractère – en tant que balance, j’ai effectivement besoin d’harmonie et j’éprouve des difficultés à prendre des décisions – je suis quelque peu sceptique quant à la position des planètes et de leur constellation. Pour moi, tout cela est un peu bidon.

Mais bon, peut-être qu’il y a quand même un truc à tout ce tintouin sur l’horoscope et les prédictions annoncées dans les étoiles depuis des années. Peut-être qu’on va me faire des révélations qui vont changer ma vie, ou peut-être pas. Au lieu de me moquer du baratin du genre «les étoiles vont te guider vers l’avenir», j’essaie de garder mon sérieux. Même si c’est un peu difficile en entendant des propos tels que «La grande Jupiter est dans l’alignement avec votre signe».

Lundi: «Surpassez-vous»

OK. Les cours n’ont pas encore repris à l’université et je suis toujours en vacances. L’agenda des tâches à effectuer est donc plutôt vide, en ce moment. Mais bon, si mon objectif du jour est d’en tirer le meilleur, je vais essayer, en commençant par passer de la position couchée à la position assise. Mais au lieu de me reposer après cette activité extrêmement physique, je décide de m’activer au niveau du ménage. Et oui, je nettoie l’appartement. De façon volontaire. Je n’explose pas encore de joie, mais peut-être que les tâches seront plus émouvantes la semaine prochaine.

Mardi: «Quittez votre zone de confort»

De nouveau? Est-ce que je n’ai pas déjà assez quitté ma zone de confort en faisant le ménage? Mais bon, aujourd’hui, j’essaie de sortir de ma zone de confort sur le plan émotionnel. Au lieu de rester assise devant mon portable sans rien faire, comme d’habitude, à attendre qu’un mec m’envoie un message, je prends les choses en main en mettant mon rendez-vous Tinder devant le fait accompli: soit il se passe quelque chose, soit il se casse. J’emmerde la zone de confort. Et ma toute nouvelle attitude impitoyable porte effectivement ses fruits. Car il se manifeste pour prendre rendez-vous.

Mercredi: «Il y a quelques admirateurs. Vous les voyez?»

Euh, malheureusement non. Aujourd’hui, je ne suis apparemment pas qu’entourée d’admirateurs, mais il semblerait que j’ai également quelques problèmes avec la critique, selon mon horoscope. Je ne ressens rien de cela pendant que je flemmarde, si ce n’est que maman est là pour me rappeler, une fois de plus, au téléphone que je devrais profiter un peu du soleil plutôt que de rester dans ma chambre. Je suis entièrement d’accord avec le message selon lequel «on dirait que je ne fais rien».

Jeudi: «Vous devriez passer la journée avec des amis et des collègues ou avec votre chéri»

D’une certaine manière, c’est pratique de travailler le jeudi. Comme cela, je ne perds pas de temps et je peux cocher la case «bavarder avec des amis», pendant la pause cigarette. Etant donné que je plane dans les limbes au niveau émotionnel, ça va être difficile de réaliser le truc avec mon chéri. J’ai envie de dire: «Dieu merci pour Tinder». Le rencard Tinder de la semaine dernière va donc devoir faire l’affaire pour quelques bières.

Vendredi: «Vous débordez d’enthousiasme et de créativité»

C’est le premier jour où je ne prends pas ou, du moins, un peu moins, l’horoscope à la légère. Pourquoi? Parce que cela fait des semaines que je me suis promis de laisser libre cours à ma créativité ce jour-là et que je l’avais désigné comme le jour où j’allais bricoler avec une copine, avec visite à l’Armée du Salut Broki et au magasin de bricolage et activité manuelle à la maison. Le fait que mon horoscope m’ait prédit une journée très active au niveau créatif doit sans doute être un hasard.

Certes, je ne suis pas totalement convaincue par les magouilles de l’horoscope et une formation en astrologie ne figure assurément pas en tête de ma liste de tâches, mais je reconnais que ma rencontre avec l’experte, ainsi que les prédictions personnalisées pour la semaine m’ont quelque peu ouvert les yeux. Ce n’est pas si absurde et aberrant, du moins, si on essaie d’atteindre les objectifs. Il se pourrait bien qu’il y ait du vrai là-dedans.


Écris un commentaire

6 Commentaires

Marc il y a 25 jours
Les horoscopes sont pas si faux mais les gens ont une mauvaise image desuivante horoscopes de nos jours alors ils refusent d'y accorder un minimum de crédit
2
12
Réponse
Réponse du Luce il y a 24 jours
Le thème astral n'est pas si faux, car très complexe et propre à chacun. Mais l'horoscope est une grosse fumisterie (prédire des événements communs à toutes les personnes d'un même signe alors que leurs situations de vie sont complètement différentes, c'est une aberration !)
6
1
Réponse
Maîtrephill il y a 25 jours
Assister de la vi mange un meunion tu fera dès joie au peuple Astrid et Nina les locs l astrologie pour eux c est Comme ce fourer une semaine une carotte dans le dernière il faut d'être vierge!
0
19
Réponse
Réponse du il y a 25 jours
Toi ce n'est pas de la moque qui coule de ton nez, c'est ton cerveau...
14
3
Réponse
La baby-sitter qui voulait tuer un petit garçon

La baby-sitter qui voulait tuer un petit garçon

Ce festival est interdit aux hommes

Ce festival est interdit aux hommes

Une série presque trop réaliste sur l’anorexie

Une série presque trop réaliste sur l’anorexie

Le premier artiste de «mèmes» au monde

Le premier artiste de «mèmes» au monde