À seulement 15 ans, il pratique un métier à haut risque

Pour éviter de se mutiler dès le premier jour, des jeunes comme Michael suivent une formation sur les mesures de protection dès le début de leur apprentissage. Le jeune homme de 15 ans nous raconte son travail de scieur.

Il ne faut pas uniquement se protéger lors des relations intimes. Au travail, il peut aussi être utile d’être prévoyant pour éviter les bosses. On ne parle pas ici de doigts cassés dans une course de chaises de bureau dans les couloirs ou de dents cassées en faisant tomber sa tête de fatigue sur le rebord du bureau, mais bien de travail physique et sudorifique.

Michael a démarré son apprentissage dans l’un de ces métiers, début août. Le jeune homme de 15 ans suit une formation professionnelle comme scieur de l’industrie du bois CFC et travaille entre des montagnes de planches en bois et des scies tranchantes pour la société «Aecherli Holz», à Regensdorf.

Respect devant le travail

Rien que la semaine dernière, Michael a eu un cours hors entreprise, où l’accent était mis sur la sécurité au travail et sur l’équipement de protection et où l’on montrait, entre autres, aux apprentis comment on termine son apprentissage, sans y laisser une partie de son corps. «Les vidéos de potentiels accidents qu’on nous a montrées m’ont marqué», raconte Michael.

«Pour une machine de 600 tours, une pièce peut atteindre jusqu’à 200 km/h», explique t-il. Et on remarque que le jeune homme a effectivement bien suivi le cours d’introduction et qu’il a un grand respect devant les machines. D’une certaine manière, il est logique qu’on ne vienne pas travailler en jeans à la mode et en baskets.

Plutôt redemander que se blesser

«Si nécessaire, on porte toujours une protection auditive et des lunettes de protection, des chaussures de sécurité et des gants pour éviter de se blesser avec les lames des scies et les outils de découpe», selon Michael. Certes, la plupart des gants ne serviraient à plus rien si la main était prise dans une machine, mais ils évitent les échardes.

Malgré les potentiels dangers et la concentration permanente exigée par le travail, Michael se sent à l’aise dans le métier qu’il a choisi: «J’ai toujours su que je voulais faire quelque chose dans ce domaine.» Il ne se sent pas toujours à la hauteur, mais il a toujours la possibilité de demander de l’aide quand il n’est pas sûr de lui. «Après tout, il vaut mieux redemander que de se mettre en danger.» Ou que de se faire un trou dans la cuisse avec la scie.

Est-ce que tu as fait des expériences similaires? Partage ton histoire dans les commentaires.

Si tu souhaites en savoir plus sur la sécurité au travail et obtenir de précieux conseils pour ton quotidien au travail, consulte le site «Be Smart Work Safe», la campagne de la Commission fédérale de coordination pour la sécurité au travail CFST.


Écris un commentaire

2 Commentaires

Ancien apprenti électricien de réseaux il y a 3 jours
J’ai fais mon apprentissage en tant qu’électricien de réseaux. Ce métier que très peu de personne connaisse et qui est pourtant le 2 eme plus meurtrier en suisse ... ce travail consiste à l’entretien de toutes les systèmes de transports d’énergie entre autres les lignes électrique aérienne basse et haute tension, les câbles souterrain, l’éclairage public ... un métier de l’ombre comme certain le dise mais indispensable.
2
0
Réponse
un formateur en chimie il y a 9 jours
Aux diapos 4, 5 et 10, on voit clairement que le formateur ne montre pas l'exemple pour l'équipement de sécurité.
2
1
Réponse
Ce festival est interdit aux hommes

Ce festival est interdit aux hommes

Une série presque trop réaliste sur l’anorexie

Une série presque trop réaliste sur l’anorexie

Le premier artiste de «mèmes» au monde

Le premier artiste de «mèmes» au monde

Des hommes utilisés comme objets sexuels

Des hommes utilisés comme objets sexuels