L’appréhension de revoir les amis d’école

Des boutons, des rondeurs de bébé et des devoirs - voilà le souvenir des années à l’école primaire. On comprend le manque d’enthousiasme de notre journaliste à l’idée de se rendre à une réunion d’anciens élèves.

La réunion des anciens élèves - une soirée impatiemment attendue par ceux qui ont un réel succès à présenter ou qui peuvent frimer avec leur richesse. Ne faisant partie d’aucun de ces groupes, ma joie d’être invité à la première réunion de classe après treize ans se réduit donc au minimum.

Je me rappelle la vieille école aux tuiles roses, l’aire de jeux qui aurait eu besoin d’une bonne révision générale et les enfants qui m’envoyaient des boules de neige au visage en hiver. Quelle époque glorieuse.

Des bagarres et des geeks

Grâce au talent de persuasion de mes colocataires, je finis malgré de me décider, renonçant à une soirée tranquille remplie de séries passionnantes et pour les discussions forcées me rappelant les rencontres éclaires. «Mes études m’enthousiasment, au bureau ça roule et oui, je suis toujours célibataire» - la perspective de devoir répéter cela encore et encore pendant la soirée ne m’enchante guère. Je frémis à l’idée de passer les prochaines heures à entendre parler de toutes les bagarres qu’il y a eu pendant les récréations et à me prendre des remarques anti-geek. Que voulez-vous que je dise - j’aimais apprendre.

Nous allons passer cette réunion pleine de joie forcée dans les bas-fonds de chaque banlieue - le bowling. Mon plan est prêt: passer le stade des salutations sans faux pas, parler de banalités, manger de la pizza surgelée de qualité moyenne et faire semblant de souffrir de migraine dès que possible pour pouvoir m’en aller.

«Dis Till, t’es pédé?»

Mais, au lieu de tomber sur la misère des hormones accumulées depuis la puberté et de passer la soirée avec les camarades détestés de mes années d’adolescence, je me rends compte que les années d’abstinence n’ont pas abîmé notre amitié. En fait, je m’éclate. Tout le contraire de ce à quoi je m’attendais. J’ai l’impression d’être revenue en sixième primaire, mais avec la peau plus nette et sans la graisse de bébé.

Que je me retrouve dans le temple de l’horreur sociale, là où la bière est servie dans des verres à cocktail, n’a plus d’importance une fois que le clown de la classe a lâché sa première remarque. Mes anciens camarades sont ouverts et honnêtes, ils ne se gênent pas de dire ce qu’ils pensent - cela fait un bien fou dans notre société tellement coincée d’habitude. Et quand un camarade en accueille un autre au bout de treize ans avec la question «dis Till, t’es pédé?», je me lâche complètement. C’est certainement la soirée la plus fatigante que mes muscles abdominaux aient connue depuis des années, mais j’en savoure chaque seconde.

Nous nous aimons tous

Même le passage dans le club malodorant qui se trouve à côté et où ne passent que des tubes populaires ne réussit pas à égratigner ma bonne humeur. Le gars qui a fait carrière paie une bouteille de vodka pendant que le reste d’entre nous se déhanche sur Helene Fischer et Udo Jürgens et ranime les flammes des anciens amours de primaire.

Ma conclusion de la soirée: mes doutes initiaux étaient infondés. Des histoires racontées par mes amis m’avaient foutu la trouille - mais il n’y avait pas de quoi avoir peur. Mes camarades de classe m’avaient manqué. Je les ai détestés, maudits et maltraités à l’époque, mais je les aimais quand même quelque part. Nous n’allons définitivement pas attendre treize ans avant la prochaine rencontre.  Et ce malgré le groupe fraîchement créé sur WhatsApp, "école primaire", qui me rend déjà folle.


Écris un commentaire

2 Commentaires

Corinne il y a 3 Mois
J'ai organisé avec 2 copains retrouvés un peu avant, il y a une Année, une soirée retrouvailles 40 ans plus tard. On était 19 (sur 24) autour de la table. Depuis on se retrouve de temps en temps et le nombre varie entre 8 et 12 (avec bien sûr les irréductibles) mais ce n'est pas toujours les mêmes qui viennent. C'est bien agréable, ilya toujours des sujets de conversations différents.
4
0
Réponse
Astrid M il y a 4 Mois
la mémoire nous joue des tours...et les gens changent parfois... ou pas.. dans ce genre de réunion on est juste confrontés aux souvenirs parfois faussés par le temps que les gens ont de la personne que vous etiez alors.. il est parfois amusant aussi de voir ce que les gens sont devenus. principe de base à respecter: ni regrets ni remords
12
0
Réponse
Mets ton pote trop bronzé dans la machine à laver

Mets ton pote trop bronzé dans la machine à laver

Même Cendrillon pourrait être une esclave sexuelle

Même Cendrillon pourrait être une esclave sexuelle

Des cartes postales odieuses mais charmantes

Des cartes postales odieuses mais charmantes

Et si Jésus avait eu un iPhone?

Et si Jésus avait eu un iPhone?