L’étrange érotisme d’Erica Snyder

Clichés intimes et tournages fétichistes absurdes sont la spécialité d’une jeune photographe Américaine.

Depuis son existence, le monde de la photographie a vu défiler des clichés de nus plus ou moins esthétiques, et par la même occasion ces photos ont aussi servi – sous couverture de concept artistique – d’outil de satisfaction sexuelle pour une ou l’autre âme luxurieuse.

La photographe Erica Snyder, 25 ans, du New Jersey trouve cela parfaitement correct et joue avec l’attrait de la sexualité dans ses œuvres, explore les moments sensuels et met en scène des sujets sexy insolites qui éclairent diverses facettes de la culture fétichiste.

Plus que de l’érotisme et la nudité

Erica capture consciemment des instantanés érotiques et intimes de jeunes des quartiers de son pays natal. Ses toiles sont un hommage à la vie en banlieue et à l’épanouissement avec toutes ses couleurs.

Bien que l’éventail des œuvres d’Erica soit relativement large – des portraits et paysages impressionnants aux photos de concerts – ses interprétations sexuelles chargées de luxure, d’érotisme et de nudité se démarquent.

Collaboration avec des modèles fétichistes connus

Loin de l’esthétique plastique artificielle du porno ou de la photographie de «nus artistiques» ennuyeux, la force motrice derrière le travail de la jeune artiste est en recherche constante de la beauté cachée dans toutes les choses, les personnes et les situations qui ne sont généralement pas immédiatement associés à des attributs tels que le «beau» ou le «sexy».

Particulièrement excitant: sa dernière collaboration avec l’artiste et mannequin érotique alternatif Lindsay Dye, qui jouit d’une grande popularité dans certains milieux fétichistes pour ses vidéos érotiques et quelque peu absurdes et drôles.

Désir de petite enfance

Les images dans lesquelles Lindsay suce des bonbons et étale du gâteau entre ses fesses d’une manière plutôt offensive, frappante et sexy, a pour but d’établir le parallèle entre les envies de sucreries de la petites enfance et les premiers signes de désir et de satisfaction.


Écris un commentaire

3 Commentaires

il y a 6 jours
Tous les pretextes sont bons pour montrer son cul sur le net. Si ça c'est de l'art, la rue de Sebillon à Lausanne, c'est un centre culturel..
66
1
Réponse
Astrid M il y a 8 jours
Milo Moiré bis, ou comment utiliser l'alibi de l'art pour vivre son exhibitionnisme sans l'assumer..
54
2
Réponse
le peien il y a 8 jours
Aussi excitant qu'un documentaire sur les suricates...
48
2
Réponse
Hollywood s’arrache ses affiches

Hollywood s’arrache ses affiches

video
Les mariages bon marché sont les meilleurs

Les mariages bon marché sont les meilleurs

video
Deviens le partenaire commercial de Drake

Deviens le partenaire commercial de Drake

Une entreprise recherche un spécialiste en nuggets

Une entreprise recherche un spécialiste en nuggets