«J’ai cassé mes jambes en sautant d’un immeuble»

Le groupe de sportifs britanniques «Storror» fait incontestablement partie des athlètes de parkour les plus connus et les plus performants sur le plan commercial. On les a rencontrés.

Fais-tu, comme nous, partie de ceux qui ne sont pas suffisamment sportifs ou trop lâches pour sauter à toute vitesse par-dessus les toits d’immeubles et faire des cascades impressionnantes? Tu préfères te procurer des frissons en regardant tout cela de loin, dans des vidéos? Alors il y a de fortes chances pour que tu aies déjà vu l’une ou l’autre vidéo des jeunes de «Storror».

Stars de la scène internationale de parkour

Les garçons, originaires du Sud-Est de l’Angleterre et âgés de 23 à 26 ans ont non seulement accumulé une énorme communauté de fans (près d’un million d’abonnés sur YouTube) avec les images époustouflantes de leurs périlleuses aventures, mais sont également à la tête d’un petit empire dans le milieu du parkour et du «rooftopping» international.

En dehors de leur succès viral, les jeunes hommes gèrent une ligne de vêtements de sport à succès et commercialisent régulièrement leurs propres chaussures de sport, pour le plus grand bonheur des fans de baskets. Drew, l’un des cofondateurs de «Storror» s’est un peu lâché et nous a confié à quel point le parkour pouvait être dangereux:

Qui et qu’est-ce qui se cache derrière Storror?

Tout a commencé en 2007. Nous n’étions alors qu’un petit groupe d’amis qui aimait faire les pitres et mettre des vidéos de parkour amusantes en ligne. En grandissant, le jeu est devenu un business et les mecs ridicules d’alors sont devenus l’équipe de parkour la plus célèbre au monde.

Vous êtes bien plus qu’un groupe de sportifs.

Nous sommes avant tout - et souhaitons le rester – de bons potes et partageons la même passion pour le sport. Tout le reste est venu avec le temps. Le label a démarré en 2014 pour faire de notre passe-temps commun une carrière durable qui nous permettrait d’en vivre.

Le parkour n’est pas forcément réputé pour être un sport très sûr. Vous n’avez pas peur?

En réalité, le parkour est beaucoup moins dangereux que ce que l’on pourrait croire, du moins, quand on le pratique correctement. Dans tout ce que l’on fait, tout est minutieusement planifié et tout risque est calculé. Grâce à notre entraînement quotidien, on réduit les peurs irrationnelles et on apprend à faire les bonnes évaluations pour éviter les risques. Au bout de onze ans, on sait faire.

Y-a-t-il tout de même des accidents?

L’année dernière, je me suis cassé les deux jambes et disloqué les articulations. C’était la merde totale. Je ne m’en suis toujours pas remis à 100% et dois faire doucement à l’entraînement.

Vos familles et amis ne se font-ils pas un sang d’encre?

Ils savent qu’on n’est pas complètement débiles et imprudents et qu’on fait attention. Evidemment, il peut toujours arriver quelque chose. Mais c’est pareil dans n’importe quelle discipline sportive.

Dans vos vidéos, vous parcourez les métropoles du monde entier. Quelle est la ville qui t’a le plus impressionné jusqu’à présent?

Hong Kong est une ville incroyable. Les immeubles sont si prêts les uns des autres, ce qui est parfait pour nous! L’architecture y est dingue et le mélange des différentes cultures est vraiment impressionnant.

Hong Kong est aussi dépeinte dans «Roof Culture Asia», votre dernier projet cinématographique.

«Roof Culture Asia» est, jusqu’à présent, le plus grand projet de toute l’histoire de «Storror». Pendant plus de six semaines, on a repoussé nos limites sur le plan physique et émotionnel, mais aussi au niveau de la technique cinématographique, sans jamais penser pouvoir les atteindre.

Etiez-vous déjà en Suisse?

Evidemment! Il y a quelques années, nous étions à Bâle et y avons filmé une partie de «Chaps on Tour 2013».

Avez-vous des projets pour l’avenir?

Nous allons prochainement tourner quelques épisodes en Amérique du Sud, ça va être vraiment cool! En plus, nous sommes en train de préparer les prochaines collections et souhaitons ouvrir, au plus tard à la fin de l’année, notre premier magasin phare à Londres. Oh, et si tout va bien, on devrait bientôt atteindre un million d’abonnés sur YouTube!


Écris un commentaire

1 Commentaire

RebecA il y a 12 jours
Il faudrait en profiter pour dire que le parkour ne se résume pas à sauter sur les toits et faire des vidéos...et préciser qu'il existe en Suisse Romande des associations qui proposent des cours. Avec une bonne préparation on évite des accidents
0
1
Réponse
Pourquoi les conquêtes nombreuses sont taboues?

Pourquoi les conquêtes nombreuses sont taboues?

Pour ou contre s'embrasser en public?

Pour ou contre s'embrasser en public?

Il cuisine tous les repas du «Seigneur des Anneaux»

Il cuisine tous les repas du «Seigneur des Anneaux»

Montre-nous ta métamorphose!

Montre-nous ta métamorphose!