«Elle m'a envoyé un texto avant de se tuer»

Les jeunes parlent du suicide de leurs parents dans un groupe d’entraide. Quelques-uns d’entre eux ont accepté de se confier à nous.

«La veille de son suicide, ma mère m'a envoyé un texto. Elle disait qu'elle allait le faire. Je n'ai pas pris le texte au sérieux au début. Quand j'ai appelé la maison de retraite plus tard, elle était déjà morte.» Tobias a perdu sa mère à 27 ans à cause d'un suicide. En plus du soutien psychologique, le jeune homme de 34 ans a rejoint le groupe d'entraide «Nebelmeer». Ce groupe réuni des adolescents et des jeunes adultes dont l’un des parents s’est suicidé.

Une atmosphère familiale

Pour le moment, le groupe d'entraide s’étend à Zurich, Berne et Bienne. Le groupe est dirigé par Jörg Weisshaupt. Il a fondé son groupe d’aide en 2004, principalement parce qu’il n'y avait pas d'offres d'entraide pour les jeunes dont un parent s’est suicidé. «Ils sont souvent livrés à eux-mêmes, parce que les conseillers et psychologues ont tendance à s’intéresser d’avantage à l’autre parent ayant perdu son conjoint. Les jeunes devraient aussi recevoir l’aide et le soutien dont ils ont besoin.», nous dit l'ancien maitre d’école.

L'objectif principal des réunions de groupe est l'échange d'expériences afin de faire face aux événements traumatisants. «Contrairement à la prise en charge psychologique, les participants peuvent aussi être silencieux et écouter. Ils peuvent échanger des informations avec d'autres participants dans une salle qui leur est familière.», explique Jörg, qui estime qu'une aide psychologique supplémentaire est nécessaire.

«Je ne me souviens plus de sa voix»

Le groupe se réunit une fois par mois pendant deux heures. Certains d'entre eux ont accepté de nous parler de leur passé.

Le décès d'un parent impose des fardeaux différents aux participants du groupe. Par exemple, Nadia, 29 ans, nous raconte les moments où ses émotions s'intensifient: «Ça me rend triste quand j'essaie de me souvenir de la voix de mon père. Je ne peux pas me rappeler à quoi elle ressemblait.» D'autres nous disent qu'ils se sont longtemps blâmés pour la mort de leur parent. Le suicide aurait-il pu être évité? Auraient-ils pu aider maman ou papa?

De l'aide: mais comment?

Souvent, les gens suicidaires ne nous prennent pas au sérieux, nous disent les membres de Nebelmeer. Nadja raconte: «Quelques jours avant son suicide, mon père a dit à notre voisin comment, quand et où il le ferait. Et tout s’est déroulé exactement comme il lui a dit.» Mais ce voisin ne les a jamais informés des plans de son père - jusqu'à ce qu'il soit trop tard. «Il se sent coupable de ne rien nous avoir dit.» Un appel à l'aide, aussi improbable qu'il puisse paraître, ne doit jamais être ignoré.

Certains d’entre eux expriment aussi le besoin de recevoir plus d'aide de la part de la famille ou des amis après le suicide de leurs parents. Ils nous parlent de leurs expériences avec des connaissances qui ont tendance à s'éloigner parce qu'ils ne savent pas comment réagir d’autre - certains finissent même par rompre le contact. Un geste désagréable qui rend souvent les personnes touchées encore plus seules. «Ne pas savoir comment gérer cela est une chose. Mais ne plus contacter du tout la personne n'est vraiment pas correct.», selon Tobias.

Il est nécessaire d'en parler

Au total, le groupe d'entraide de Jörg Weisshaupt a pu inviter plus de 100 personnes à ses réunions en l’espace de 14 ans. Nous nous demandons s'il n’a pas été trop difficile pour les endeuillés de nous parler de la mort. Sina, 33 ans, qui a perdu sa mère, explique: «On fait déjà suffisamment du suicide un tabou. En parler aide énormément - et peut même servir de prévention.»

Pour des questions urgentes ou des préoccupations concernant le suicide et la prévention du suicide, veuillez communiquer avec l’équipe de Jörg à l'adresse électronique suivante: box@nebelmeer.net


Écris un commentaire

3 Commentaires

Bienheureux les suicidaires il y a 1 Mois
LoL ils auraient pu appelle EXIT et avoir leurs quart d'heure de gloire! Suicide est lâché croire que ses propres problème vont disparaître par in suicide c'est l'égoïsme en puissance !
0
34
Réponse
Réponse du JuJu il y a 1 Mois
Vous ne connaissez manifestement rien aux mécanismes qui peuvent entraîner quelqu'un au suicide donc vous auriez mieux fait de vous abstenir de pondre un commentaire aussi jugeant et abject !
7
0
Réponse
Réponse du il y a 29 jours
Bien dis on a pas le doit de juger un suicide c est très compliqué mà moitié est passé à l acte et j ai toujours pas compris je suis restée avec mon chagrin c'est tout
2
0
Réponse
Les squatteurs: parasites ou héros?

Les squatteurs: parasites ou héros?

Voici ce que Facebook pourrait savoir de toi

Voici ce que Facebook pourrait savoir de toi

video
Pourquoi boit-elle l'urine fraîche de son chien?

Pourquoi boit-elle l'urine fraîche de son chien?

Pourquoi on mange les pires kebabs en festival

Pourquoi on mange les pires kebabs en festival