Même pas peur des pédés, des putes et des fiotes

Quand le politiquement correct ne mène pas aux résultats escomptés, on devrait peut-être tenter une autre approche, selon notre auteur: la connotation positive au lieu de l’autocensure obligatoire.

Salut, je suis pédé et je ne connais que trop bien le poids des mots et la pression qu’ils peuvent exercer. Grandir dans un petit village très catholique en Haute-Autriche en étant l’unique adolescent homo à toujours avoir été flamboyant et à avoir fait son coming out, ce n’était assurément pas de la tarte. Inutile de raconter des salades.

Mais j’avais constaté, très tôt, que les humiliations et les attaques cessaient quand, au lieu de rester cloîtré à la maison à pleurer, je m’exposais encore plus et faisais quasiment de mes souffrances une vertu.

Un baiser en l’air et un haussement d’épaules

J’ai rassemblé tout mon courage et me suis entièrement investi dans le rôle d’oiseau de paradis chatoyant. J’ai simplement laissé glisser les méchantes paroles sur ma carapace faite de paillettes, de glamour et d’insolence malveillante (je remercie ici les séries telles que «Melrose Place» et «Amour, gloire et beauté»). On avait plus vite fait de couper l’herbe sous le pied des connards d’homophobes portant d’affreuses baskets qu’ils n’avaient de temps pour réfléchir à de nouvelles idées, totalement dénuées de créativité, pour me torturer. Aux insultes occasionnelles et peu originales comme «Espèce de pédé!», je rétorquais par un baiser en l’air et un haussement d’épaules.

J’ai appris à ne plus me cacher du monde et, de surcroît, de moi-même et à ne plus avoir honte. Dans certaines situations, l’attaque reste la meilleure défense. C’est ce que je maintiens encore aujourd’hui et je m’en suis assez bien sorti comme cela jusqu’à présent, bien que je ne base pas ma personnalité et mon identité sur ma sexualité, qui n’est qu’une petite partie de moi-même.

Les droits de ceux qui ont des convictions différentes

Je suis plus qu’un simple homo qui aime les bites. Cela ne me définit pas. Mais quand c’est ce à quoi certaines personnes veulent me réduire, à leur guise. Je fais comme Madonna: «Quand je m’agenouille, ce n’est pas que pour prier.»

Tout cela n’est pas une mince affaire, quand on y pense. C’est absurde qu’on doive, encore aujourd’hui, discuter de sémantique. Cela n’a rien à voir non plus avec les militants, simples d’esprit, ou avec le politiquement correct. Le journaliste allemand Wau Holland a dit, un jour: «Nous devons respecter les droits de ceux qui ont des convictions différentes lorsqu’elles sont idiotes ou qu’elles font du tort. Nous devons faire attention. La vigilance est le prix de la liberté, pas de la censure.»

Contre la peur du monde

Exactement! Dans la mesure où on essaie d’interdire et de rendre certains termes tabous, on ne censure pas uniquement les êtres humains qui sont contre nous, mais surtout nous-mêmes. Ce qui serait bien plus efficace que de crier comme des putois, ce serait de battre l’ennemi à son propre jeu. Le langage se développe et évolue constamment avec le temps et la société. On peut tous y contribuer, ici et maintenant.

Nous, les pédés, les gros, les putes, les traînées, les handicapés, les fiottes, avons le pouvoir de faire des mots «blessants» «nos propres» mots et d’enlever la peur, tant au reste du monde qu’à nous-mêmes, au lieu de prendre nos distances et de nous rendre (littéralement) inaccessibles ou de nous faire interdire. Pour ce faire, il faut juste que notre voix porte suffisamment.


Écris un commentaire

61 Commentaires

Hétéro normal il y a 3 Mois
Quel plaisir peut-on avoir en se tripotant la boite à caca? Est-ce bien raisonnable et normal? Je croyais que le trou de balle était prévu pour déféquer et non s'enfiler les uns et les autres.
4
26
Réponse
Réponse du il y a 3 Mois
Toi, un petit massage prostatique te ferais le plus grand bien.. 😉
24
4
Réponse
Réponse du Une femme qui aime pas les cons il y a 1 Mois
Vu comme ça tu dis pas aux femmes que leurs bouches est faite juste pour manger, parler et boire. Et pis aussi tu leurs dis aussi de pas se faire prendre par derrière car chez elle aussi c’est prévu pour faire caca
0
0
Réponse
Horny Freak il y a 3 Mois
Avec les progrès de la médecine et la génétique, un traitement devrait être possible afin de soigner cette tare. Je rêve d'un monde normal !
4
34
Réponse
Les plats les plus ignobles qui existent

Les plats les plus ignobles qui existent

Il crée des personnages pixélisé avec des perles

Il crée des personnages pixélisé avec des perles

«Internet a détruit ma vie»

«Internet a détruit ma vie»

«On pourrait finir dans une dictature»

«On pourrait finir dans une dictature»