Netflix distribue de la coke dans les clubs

Pour le lancement de la troisième saison de «Narcos», Netflix dispose de la fausse cocaïne dans des toilettes publiques. Chapeau!

Savais-tu qu’un cartel de la drogue contrôlait 80% de la cocaïne ou que les rois de la drogue gagnaient plus en 1995 que toutes les entreprises légales?

Après que – pardon, c’est de la culture générale et pas une révélation – Pablo Escobar s’est fait abattre par la police colombienne en 1993, le cartel de Cali avait le marché de la cocaïne à ses pieds. On s’imagine qu’ils ont sauté de joie comme des gosses et qu’ils ont dessiné des anges dans la poudre blanche.

Le baron de la drogue est mort, vive le baron de la drogue!

Les deux premières saisons de la série «Narcos» sur Netflix étaient consacrées à l’empire de la drogue de Pablo Escobar. La troisième saison, qui a démarré début septembre, se focalise sur le cartel de Cali. Les concurrents d’Escobar, qui agissaient bien plus comme un groupe d’entreprises que comme un groupe paramilitaire, proposent notamment autant de substances que le légendaire baron de la drogue.

Pour faire la promo de la nouvelle saison, le géant du streaming a eu une idée de génie. Les réalisateurs de «Narcos» ont collé de la fausse coke, un billet de un dollar roulé en paille et un fait humoristique sur la série, du genre: «Toutes les trois heures, le cartel de Cali gagnait 917 000 dollars»  sur les toilettes des bars et boîtes de nuit de Los Angeles, New York, Miami et Chicago.

Ses propres sortes de marijuana

C’est un sacré bon coup de pub qui devrait justement plaire au groupe cible – constitué, on suppose, de personnes ayant un penchant pour la drogue. Après tout, il existe des clubs qui enduisent leurs couvercles de toilettes de colle pour lutter contre la consommation de drogue. Ici, il s’agit d’une espèce d’alternative cool. En plus, on apprend même quelques faits historiques pendant qu’on pisse. Et ça, c’est (malheureusement?) assez rare, en temps normal.

Ce n’est pas la seule action publicitaire futée de Netflix. Pour la série «Disjointed» sur le cannabis, la société médiatique avait lancé, en Californie, ses propres sortes d’herbe, censées être parfaitement adaptées à la série de Netflix. Pour ceux à qui il manquerait de bonnes raisons pour soutenir la légalisation du cannabis, sachez que l’herbe Netflix serait un nouvel argument persuasif. 


Écris un commentaire

4 Commentaires

Maria -Grazia Intagliata il y a 15 jours
C'EST ÇA LA PRÉVENTION ? PFFF ET L'ONT SENSURE UNE PAIRES DE FAISSES SUR DE LA PUB
0
0
Réponse
Astrid M il y a 27 jours
C'est la fin du petit commerce... C'est un fake, mais ces distribiteurs existent déjà en boite, avec deux jambes pour courir vite...
8
0
Réponse
Albert il y a 28 jours
Ça pousse à la consommation, bravo aux esprits brillants qui ont pensé à ça.... Vous êtes inconscients
6
6
Réponse
Philippe il y a 28 jours
Du grand n'importe quoi
9
9
Réponse
Le premier artiste de «mèmes» au monde

Le premier artiste de «mèmes» au monde

Des hommes utilisés comme objets sexuels

Des hommes utilisés comme objets sexuels

Les longs poils de nez sont enfin à la mode!

Les longs poils de nez sont enfin à la mode!

Ça c'est ce qu'on appelle du «Food Porn»!

Ça c'est ce qu'on appelle du «Food Porn»!