Quel genre musical fait le plus l’éloge de la drogue?

Hip-hop, rock ou country? Une étude analyse le genre musical dont les paroles de chansons font le plus allusion à la drogue. Le résultat est surprenant.

Quand le rappeur américain Future glorifie la drogue dans la moitié de ses chansons, il répond à une vieille tradition de la scène artistique. Goethe aimait apparemment écrire après avoir consommé plusieurs bouteilles de vin. Selon diverses sources, le compositeur classique Hector Berlioz composait sous l’emprise d’opium et Stephen King a rédigé ses romans d’horreur pendant huit ans sous cocaïne. On sait depuis longtemps que les drogues et l’art sont aussi indissociables que les frites et le ketchup.

Analyse de paroles

Il semblerait que ce soient surtout les musicien(ne)s qui ont un fort penchant pour la drogue qu’ils affichent ouvertement dans leurs vidéos et dans leurs textes dans leur rôle de modèle et de représentant d’un genre. L’organisme américain de prévention Elements Behavioral Health a passé en revue la musique des quatre-vingts dernières années et a tenté de comprendre le rapport qui existait entre la drogue et la musique. Des textes de différents genres musicaux dans lesquels on fait allusion à la drogue ont été analysés. Le résultat est surprenant. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce ne sont pas les textes de rappeurs comme Future ou de starlettes pop comme Miley Cyrus qui contiennent le plus de références à l’herbe, à la cocaïne ou à l’ecstasy, mais bien plus les stars de musique country.

Sincèrement, ça nous surprend, parce qu’on pensait en fait que la scène hip-hop arriverait en tête. La discographie de Cypress Hill ou de Snoop Dogg pourrait être qualifiée de manifeste du cannabis. Peu d’artistes mentionnent autant le Xanax que Chance The Rapper ou Lil Wayne. Et la scène du cloud-rap ne serait sans doute pas la même sans Yung Lean.

Le jazz et la country: des musiques de drogués

Il ne fait aucun doute que la musique country détrône le hip-hop en la matière. D’après l’étude, il est fait allusion à la drogue, à savoir dans l’ordre à l’herbe, à la cocaïne et à la meth, dans 1,6% des paroles de musique country. Sur la deuxième marche du podium des genres musicaux faisant le plus allusion à la drogue, on trouve le jazz. C’est sans nul doute dû à la création fulminante et à la consommation excessive d’héroïne du légendaire saxophoniste Charlie Parker. Plus loin dans la liste, on trouve la pop, la musique électronique, le rock, les «autres genres» et la musique folk. Avec seulement 1,3% des textes faisant allusion à la drogue, le hip-hop arrive en dernière position. On n’a qu’une chose à dire: maman est fière de tous ces raisonnables gangsters-rappeurs!

344 allusions à l’herbe dans le rap

L’étude révèle encore bien d’autres détails intéressants, par exemple la liste des artistes chez qui les références à la drogue sont les plus fréquentes. Dans cette catégorie, c’est tout de même le hip-hop qui remporte la palme. Concrètement, les Kottonmouth Kings font à peu près autant de fois allusion à l’herbe dans leurs textes que Lil’Jon émet de «Yeah», à savoir 344 fois – une véritable prouesse!

Alors mes amis, si à la prochaine réunion de famille, votre tata qui vote PDC ou votre tonton bünzli vous font un laïus sur la «vilaine musique rap qui fait l’apologie de la drogue», passez-leur donc le titre de Sido «Mama ist stolz auf dich» (maman est fière de toi) et rappelez-leur que leurs chouchous de la country comme Johnny Cash ont sniffé plus de poudre qu’il n’y a de neige artificielle dans les Alpes suisses. Et vous verrez, on arrêtera de vous diaboliser pour vos goûts musicaux.


Écris un commentaire

4 Commentaires

Astrid M il y a 5 Mois
facile... les narcocorridos...
9
0
Réponse
il y a 5 Mois
et le rebetiko....non...??
0
0
Réponse
Bernard D il y a 5 Mois
Le stonner peut etre non ?
4
0
Réponse
Marl il y a 5 Mois
Et le reggae ? Niveau herbe c'est au top.
3
2
Réponse
Elle troque sa virginité contre un iPhone

Elle troque sa virginité contre un iPhone

«T’es un résidu de poulpe ménopausé»

«T’es un résidu de poulpe ménopausé»

La baby-sitter qui voulait tuer un petit garçon

La baby-sitter qui voulait tuer un petit garçon

Ce festival est interdit aux hommes

Ce festival est interdit aux hommes