Donnerais-tu ton mot de passe Facebook aux flics?

La police de l’aéroport de Londres a arrêté un homme qui ne voulait pas révéler son mot de passe. Qu’en est-il en Suisse? Est-ce que tu révélerais ton mot de passe à la police?

Les réseaux sociaux occupent une place toujours plus importante. D’une part, on tient les (fausses) informations virales pour responsables de résultats électoraux désastreux, d’autre part, Facebook, par exemple, est tout simplement un outil génial pour communiquer rapidement avec des connaissances et leurs amis. Il y a suffisamment de personnes dans notre entourage (à part nous, bien sûr) qui entreprennent des actions politiques ou qui font du trafic de drogue par le biais de Messenger.

Et pourquoi pas? Après tout, en Suisse, Facebook n’est pas encore obligé de transmettre les données aux autorités judiciaires. Après que cette décision a été prise par le Tribunal fédéral, l’hiver dernier, une motion a été introduite auprès du Conseil des Etats. Or, à ce jour, celle-ci est toujours pendante.

Coffré à cause de mots de passe

Quand on ne peut pas se procurer les données via Facebook, il faut directement s’adresser aux personnes concernées, comme ça s’est passé à l’aéroport d’Heathrow, à Londres. Au printemps, l’activiste politique Muhammad Rabbani est rentré à Londres après un voyage de recherche. A l’aéroport, il a été interpellé et a dû livrer son ordinateur portable et son smartphone, ainsi que les mots de passe pour y accéder.

Il a refusé, pas uniquement parce qu’il craignait que les autorités détruisent son travail de recherche (sur le thème de la torture dans le camp de Guantánamo), mais également par principe. «Comment peut-on pénétrer dans l’intimité d’une personne de cette manière quand cette dernière n’est ni accusée ni soupçonnée d’un délit? C’est une fouille corporelle numérique», s’est plaint l’activiste auprès du magazine britannique «The Intercept». On peut comprendre, non?

Les autorités ont vu cela d’un autre œil. L’ouverture du procès de Rabbani a eu lieu hier. S’il perd, il encourt jusqu’à trois mois d’emprisonnement, ainsi qu’une lourde amende.

Pas de mots de passe en Suisse

En Suisse, une telle chose ne pourrait pas arriver. «Pour visualiser le contenu de supports de données, il faut un mandat de perquisition du Ministère public», explique Ralph Hirt, du service médiatique de la police cantonale de Zurich. En effet, la police aéroportuaire ne contrôle pas les comptes de réseaux sociaux des voyageurs et ne réclame pas les mots de passe.

Et toi, qu’en penses-tu? Donnerais-tu le mot de passe pour ton ordinateur ou ton compte Facebook à la police? Fais-nous part de tes commentaires ci-dessous.


Écris un commentaire

27 Commentaires

il y a 3 Mois
C'est pas vrai que en Suisse là police ne demande pas le mot de passe, à moi personnellement un jour sur la frontière de Saint Julien en genevois les gardes frontières l'ont bien demandé de débloquer mon téléphone et Lui et parti dans une salet à côté loin de moi, moi je pensais que c'était normal et j'ai complètement collaborait avec eux., ça en 12.05.2012 je oublie jamais ce jour là..
0
1
Réponse
yanno il y a 3 Mois
Non, à moins que l'on me donne le code des policiers et politiciens pour être traité réciproquement, eux aussi sont de possible malveillants.
0
1
Réponse
Dadou il y a 3 Mois
Moi je le donne car je perdrais trop de temps dans un pays qui n'est pas le miens mais je tenterai une plainte quand même😉
0
1
Réponse
Alex il y a 3 Mois
Privacy = Liberté. C'est fondamental et les pratiques et coutumes actuels sont digne des nazis stasi et autres KGB.
0
1
Réponse
Voici les curiosités Netflix de 2017

Voici les curiosités Netflix de 2017

video
«La presse people ment sur ma vie»

«La presse people ment sur ma vie»

Compilation des gifs préférés de l’année

Compilation des gifs préférés de l’année

Gagne des tickets pour Royal Blood!

Gagne des tickets pour Royal Blood!