Il s’est masturbé pendant une semaine au bureau

Il parait que la masturbation augmente la productivité au travail. On a estimé qu’il était de notre devoir de prendre cette hypothèse au pied de la lettre.

Il y a quelques mois, une poignée de psychologues britanniques expliquaient que la masturbation augmenterait la productivité sur le lieu de travail, entre autres parce qu’elle rendrait les collaborateurs «moins agressifs» et qu’elle occasionnerait «plus de sourires» au bureau.

Bon pour la science et le CV

Or mes parents m’ont toujours raconté que la masturbation rendait aveugle. Comme je ne porte toujours pas de lunettes, j’ai sérieusement remis en doute les idées reçues sur la masturbation. De manière logique, il ne me restait donc plus qu’à tester de mes propres mains les hypothèses soulevées par les scientifiques britanniques. Dans quelques années, je pourrai ainsi prétendre avoir été payé par pour m’être masturbé. Je pense que ça peut faire bien sur le CV.

En réalité, je ne suis pas trop le genre de mec à me branler au bureau. Je me l’imagine plutôt comme un fan de fitness de 25 ans sous stéroïdes ou un quadragénaire à moitié chauve, légèrement déprimé, divorcé et bedonnant, occupant un poste de cadre moyen. Qui sait, peut-être que mon expérience scientifique fera de moi un de ces gars. En tout cas, même si je suis prêt à renoncer au crâne à moitié chauve, je n’aurais, en revanche, aucune objection à toucher un salaire de cadre. 

Les grandes questions

Lundi, 10h. Je suis d’humeur merdique. Bien que je me sente trop fatigué, je me casse aux toilettes. Heureusement qu’on a des toilettes individuelles à notre étage et qu’elles se trouvent suffisamment loin de mon poste de travail. Une fois installé et après une petite minute passée à prendre connaissance d’une nouvelle du journalisme d’investigation et du Prix Pulitzer, je fais ce que l’on fait toujours quand on se mate le nombril: je cogite sur les questions existentielles.

Est-ce que je dois me connecter à Pornhub ou à Youporn? Et si mon chef m’entendait? Suis-je assez payé pour faire cela? Combien sont-ils à s’être masturbés dans ces toilettes? Est-ce que Steve Jobs s’est aussi branlé aux toilettes ou est-ce le LSD qui l’a rendu aussi célèbre? Est-ce que le son d’une main qui applaudit est différent de celui d’une main qui fait une branlette?

Est-ce que quelqu’un capte?

Je me décide à consulter les GIF pornos (pour éviter le son), mais, c’est con, je n’arrête pas de penser à Steve Jobs et aux dirigeants d’entreprises avant d’arriver, quand même, à mes fins dans la cuvette des toilettes, au bout de cinq minutes. Piouh! Je me sens surtout soulagé que ce soit terminé. Je suis un peu gêné et me lave les mains pendant deux bonnes minutes avec du savon, de peur que mes collègues puissent sentir quelque chose.

Trois jours et cinq séances plus tard, je commence à soupçonner que quelqu’un au bureau a capté pourquoi je disparaissais plus longtemps et plus fréquemment aux toilettes. Je fais subtilement allusion à des problèmes de digestion dans mes conversations et prie le ciel. En ce qui concerne ma productivité, je ne constate cependant aucun changement significatif. Il semblerait que je drague un peu plus mes collaboratrices, ce qui m’amène à me demander si ça fait de moi un de ces sales types. Mais on ne peut, en tout cas, pas parler de meilleur travail.

Le cinquième jour, je sens que la chose est presque devenue une routine. Comme si cela faisait des années que je rédige des articles de relations publiques au quotidien, que je tourne des tutoriels de maquillage ou me satisfaisais d’une autre manière. Une fois, un collègue est arrivé dans l’antichambre des toilettes juste au moment où j’atteignais l’orgasme, ce qui n’était pas très sexy. Mais, à part cela, les séances étaient étonnamment agréables et effectivement un petit rayon de soleil dans le quotidien au travail. Peut-être pas aussi bien que des montagnes gratuites de chocolat, mais assurément mieux qu’une réunion avec le département des ressources humaines.

Quelques statistiques

Au bout d’une semaine, le temps est venu de dresser le bilan.

De manière scientifique, je vous fais d’abord part des faits:

- Je me suis branlé au bureau dix fois en cinq jours

- Neuf fois, je me suis servi de photos pornos, une fois, je l’ai fait de manière classique en faisant notamment appel à mes fantasmes

- Deux fois, quelqu’un est entré dans l’antichambre des toilettes

- Une fois, c’était tellement gênant que j’ai interrompu l’exercice au bout de deux minutes

- Au total, je me suis branlé 45 minutes aux frais de mon employeur. D’après mes estimations, j’ai tiré la chasse 30 fois

L’analyse est cependant plus importante que les résultats scientifiques. Je ne peux pas foncièrement contredire l’étude scientifique. C’est tout à fait OK de se branler au bureau, ni plus ni moins. Mais ce qui m’a procuré le plus de plaisir dans tout cela, c’est le jour où je me suis masturbé sans avoir recours à aucune forme de pornographie. J’avais le sentiment d’être plus positif et plus productif. Mais c’était peut-être juste dû au fait que j’étais, de toute façon, excité ce jour-là et que j’avais, pour cela, du mal à travailler.

Au diable la honte

Ma plus grande victoire est que si je devais, un jour, éprouver des difficultés à me concentrer parce que j’ai la gaule, je n’aurais plus de problème à faire une partie de cinq contre un dans les toilettes du bureau. Mais ça s’arrête là. Ça valait certainement le coup d’essayer, ne serait-ce que pour le CV, la science et le journalisme. Il paraît que ce dernier serait foutu, mais il manque apparemment de gens aussi courageux que nous dans le pays. C’est triste.

 

*Nom connu de la rédaction


Écris un commentaire

13 Commentaires

David il y a 2 Mois
C'est important que gagner sa vie à la force du poignet.
3
0
Réponse
Réponse du nina il y a 2 Mois
Surtout quand on travaille à la banque du sperme...
3
0
Réponse
Claudio il y a 2 Mois
Pourquoi se focalise-t-on sur le sexe masculin? J'ai pourtant connu des femmes qui allaient au job avec des boules de geishas (déjà mises en place). D'autres, qui essayaient de se taper tout ce qui leur plaisait dans leur entreprise et d'autres encore qui passaient bizarrement beaucoup de temps aux wc (je ne peux rien prouver pour le dernier constat, mais je suppose que parfois c'était pour soulager une urgence libidineuse à voir leur tête quand elles en revenaient). Les femmes ne pensent pas forcément moins au sexe que les hommes, simplement, elles en parlent un peu moins.
6
0
Réponse
Réponse du nina il y a 2 Mois
Il parait que la tradition du baise-main permettait comme ça de savoir, à vue de nez, si la noble dame avait des besoins du type que vous décrivez dans le but de les satisfaire..
7
0
Réponse
Ces youtubeurs qui valent 123 millions

Ces youtubeurs qui valent 123 millions

video
Voici une compilation des meilleurs clips Vine

Voici une compilation des meilleurs clips Vine

Besoin d'un porte-pénis ou de toilettes portables?

Besoin d'un porte-pénis ou de toilettes portables?

Les plats les plus ignobles qui existent

Les plats les plus ignobles qui existent