Un jeune se mutile pour Instagram

Avec ses blessures ouvertes et son corps démembré, ce jeune maquilleur nous retournent l’estomac et inspire des milliers d’abonnés sur Instagram.

Pour la majorité d’entre nous, la chair de poule ne commencera que dans six mois, le 31 octobre. Pas pour David Harris, ce maquilleur de 22 ans. Pour lui Halloween c’est tous les jours. Pendant qu’on publie des photos ennuyantes de nourriture, d’animaux et de shopping, le britannique nous présente ses talents sanglants: il crée des maquillages d’horreur terriblement réalistes.  

Un crayon traverse verticalement son nez, il s’encastre une balle de tennis dans la cheville, il se grave des lettres dans la chair ou s’arrache des membres. Ça a l’air tellement réel que ton dernier repas se retourne dans ton estomac. Toutefois, les photos et vidéos sont si bien faites qu’il est presque impossible de détourner le regard. Près de 50'000 abonnés sont submergés par ces effets spéciaux sur Instagram.

«Le matériel coûte très cher»

Tout comme les modèles de «Elimacs SFX», il utilise principalement de la vaseline, de la farine, de la gélatine et des colorants spéciaux. Il raconte au Nottingham Post qu’il rêve de faire de sa passion une profession en devenant un maquilleur professionnel. «J’aimerais faire des tutoriels moi-même, mais ça coûte cher d’acheter tout le matériel.»


Écris un commentaire

2 Commentaires

Pensum il y a 4 Mois
Comme on dit en portugais: "quem não tem que fazer, faz panelas"... Plus sérieusement, avouons qu'il montre juste ce qu'il sait faire et que c'est un appel du pied à l'industrie des films d'horreur. Instagram comme portfolio, quoi.
1
0
Réponse
Jule il y a 4 Mois
Les malades sont pas tous enfermé
1
4
Réponse
Il se moque des stars du fitness

Il se moque des stars du fitness

Faut-il interdire la musique nazie sur Spotify?

Faut-il interdire la musique nazie sur Spotify?

Quentin Tarantino met en scène des spaghettis

Quentin Tarantino met en scène des spaghettis

Combien nos fantasmes sexuels sont-ils déviants?

Combien nos fantasmes sexuels sont-ils déviants?