Une vidéo pour la liberté des femmes

Les Saoudiennes ne veulent plus être des femmes soumises. Elles ont sorti un clip ou elles font plein d’activités qui leur sont interdites, comme jouer au basket ou faire du skateboard dans la rue. La communauté internet les soutient dans leur combat.

L’Arabie saoudite ne fait pas partie des pays les plus sympathiques, la plupart d’entre nous en conviendront. Mais une chose choque tout particulièrement : les femmes n’ont quasiment aucun droit. Elles ont peut-être obtenu celui de voter en 2015 (pour rappel, en Suisse, les femmes votent au niveau fédéral depuis 1971), mais ce n’est qu’une toute petite goutte dans une mer immense d’inégalités.

En effet, la liste des activités interdites aux femmes est longue: conduire une voiture, ouvrir un compte en banque en leur nom, demander le divorce, aller aux bains publics, aller dans un club de sport, visiter un cimetière… Et ce qui ne leur est pas interdit, elles ne peuvent le faire qu’avec l’autorisation de leurs époux.

En public, elles doivent également porter une Abaya, vêtement traditionnel islamique, qui ne laisse apparents que le visage et les mains.

Ce n’est pas pour rien que l’Arabie saoudite est classée 141e sur 145 dans le Global Gender Gap Index du WEF.

Deux concepts règlent les relations hommes-femmes

Les lois de l’Arabie saoudite sont basées sur l’islam, qui définit également les relations entre humains. En ce qui concerne celles entre les hommes et les femmes, il existe deux concepts, le «Qiwama» et le «Wilayah».

Le Qiwama, qui est très peu – pour ne pas dire pas du tout – critiqué, donne à l’homme la responsabilité et le soutien financier de son épouse. Le Wilayah par contre, c’est autre chose. Il place la femme sous la tutelle d’un homme, généralement son époux. L’homme contrôle ainsi complètement la vie de son épouse. Qu’elle souhaite accepter une bourse, demander un passeport, voyager ou travailler, il lui faudra l’autorisation de son mari. Si ce dernier est décédé – ou ne peut exercer son droit de décision pour une autre raison –, la femme est alors placée sous la tutelle de son père, ou même de son fils. Une situation qui nous paraît absurde et moyenâgeuse.

Les femmes en ont assez

Pourtant, même la famille royale reconnaissait que le Wilaya n’avait plus de raison d’être. Le roi Abdullah lui-même, décédé en 2005, l’avait plusieurs fois critiqué pendant son long règne et avait promis son abolition. Mais les paroles n’ont pas été suivies par des actions. 

Les femmes saoudiennes en ont plus qu’assez. Pour alerter le monde sur leur absence de droits, elles viennent de publier une vidéo grandiose sur YouTube, adaptation d’une chanson de 2014, «Hwages» (soucis), de la chanteuse Majdalesa. Dans le clip qui accompagne la chanson, des femmes en niqab - voile intégral couvrant le visage à l'exception des yeux - descendent la rue sur des skateboards, des rollers, des trottinettes et des vélos. Elles jouent au basketball et font joyeusement la fête. Les seuls hommes que l’on voit dans le clip sont deux Arabes stéréotypés et Donald Trump. Elles ont déjà cerné le personnage, apparemment.

Une pétition restée sans réponse

La vidéo, qui a été produite dans un style occidental par «8ies Studio», connaît un succès fulgurant: en neuf jours, elle a été vue plus de deux millions de fois.

Mais ne croyez pas que le combat des Saoudiennes se résume à une simple vidéo. En septembre 2016, un groupe d’activistes a déposé une pétition au palais royal, demandant l’abolition du système de tutelle. La pétition avait été signée par plus de 14 000 hommes et femmes d’Arabie saoudite. À ce jour, le palais royal n’a pas encore répondu…

La communauté internet soutient les Saoudiennes

En tout cas, les femmes d’Arabie saoudite peuvent compter sur le soutien de milliers d’internautes. Diverses campagnes circulent sur le Web, comme #IAmMyOwnGuardian ou #stopenslavingsaudiwomen.

Espérons que toutes ces campagnes porteront leurs fruits et que 2017 verra enfin une évolution positive de la situation de ces milliers de femmes.


Écris un commentaire

29 Commentaires

Astrid M il y a 11 Mois
atitre d'info et sans rapport (quoique si pour la femme objet) avec le sujet principal, les pays du golfe sont les plus gros consommateurs au monde de films de boule extremes et ďe jeunes filles immigrées chez eux... pour vous situer l'esprit...
6
1
Réponse
Patrick il y a 11 Mois
Ça n'est pas la guerre à l'insoumission mais plutôt la guerre à leur religion qu'elle devrait faire. Y'a rien de bon dedans.
3
7
Réponse
Réponse du Cersei il y a 11 Mois
La guerre à TOUTES les religions car TOUTES sont misogynes !
25
4
Réponse
Réponse du il y a 11 Mois
La seule religion qu'on pourrait qualifiée de non-misogyne, c'est à la rigueur la Wicca (et je ne suis même pas sûr à 100 %)... Donc les pouces en bas au commentaire de Cersei, c'est bien joli mais il faut arrêter de nier la réalité au bout d'un moment... Ou alors, que les pouces en bas citent les religions non-misogynes qu'on rigole !
15
0
Réponse
Video
Cette fille de 9 ans est la reine du skate

Cette fille de 9 ans est la reine du skate

Une app veut connaître les fantasmes sexuels des ados

Une app veut connaître les fantasmes sexuels des ados

Libre cours à Hitler et à la misogynie dans une école

Libre cours à Hitler et à la misogynie dans une école

Elle se fait haïr en simulant une maladie de peau

Elle se fait haïr en simulant une maladie de peau