«J’ai joué à ce jeu pendant 2000 heures»

Les «speedrunners» consacrent des années au même jeu vidéo pour gagner quelques fractions de seconde en rapidité face à d’autres joueurs. Un détenteur de record suisse explique ce qui le captive tant.

 

La plupart d’entre nous sont susceptibles de jouer à un jeu vidéo une fois avant de le remettre sur l’étagère. Et c’est seulement si le jeu s’apparente à un chef-d’œuvre qu’on y rejouera. Pour la nostalgie.

D’autres terminent non seulement le même jeu des dizaines de fois, mais passent des mois à essayer de trouver des raccourcis, des astuces et des erreurs de programmation, histoire de gagner quelques fractions de seconde pour arriver au bout plus rapidement. Les temps respectifs sont enregistrés dans différentes catégories – par exemple «sans profiter des bugs» ou «avec récupération de tous les objets à collectionner» – et défiés, encore et encore, par des fanas d’informatique du monde entier.

Un milieu caritatif

On appelle cette course contre la montre pour arriver à bout d’un jeu vidéo le plus rapidement possible – et qui gagne toujours plus en popularité – le «speedrun». La dernière édition de l’événement culte dans ce milieu «Awesome Games Done Quick» a simultanément attiré 200 000 personnes sur le portail de streaming Twitch. Sur demande des organisateurs, plus de deux millions de francs ont ainsi été collectés pour la prévention et la recherche contre le cancer – l’aspect caritatif étant quasiment devenu une tradition dans le milieu.

En Suisse, on trouve aussi des gens qui aiment défier le temps dans les jeux vidéo. Parmi eux, le trentenaire Valentin Neiger, mieux connu sous le pseudonyme Yagamoth. Il y a trois ans, il a quitté son poste dans l’informatique pour se consacrer exclusivement aux jeux vidéo et à leur diffusion, si possible quotidienne, sur internet. Grâce aux dons de fans, il veut financer sa vie à moyen terme. Et même si cela ne fonctionne pas (encore) bien, il est sur la bonne voie: il est suivi par plus de 16 000 personnes sur Twitch.

Cinq records

Yagamoth détient actuellement cinq records, dont trois dans le même jeu: «Secret of Mana», un jeu de rôle classique datant de 1994. Yagamoth a investi des milliers d’heures dans le jeu, pas uniquement en y jouant, mais aussi en discutant sur de nouvelles stratégies et en étudiant le «speedrun» d’autres joueurs. «Evidemment, j’adore le jeu et j’y jouais déjà beaucoup, même avant le speedrun», avoue-t-il. Mais ce qui le fascine, c’est la communauté. D’après lui, les gens seraient incroyablement sympathiques et serviables et c’est d’ailleurs dans ce milieu qu’il aurait rencontré certains de ses amis.

Mais l’un de ses records pourrait bien être battu prochainement. Il explique: «Sur internet, quelqu’un a publié une nouvelle astuce qui permet de terminer le jeu avec dix secondes d’avance. Et moi, je n’ai réussi à en gagner que cinq.»

Mais cela n’a pas beaucoup d’importance pour Yagamoth. Les «speedrunners» sont très peu attirés par la célébrité et le gain. D’après Yagamoth, ce qui, finalement, compterait le plus pour la plupart des membres de la communauté ne serait pas tant de savoir qui est le plus rapide, mais plutôt la collaboration entre des personnes venant du monde entier. Il précise: «Quelqu’un découvre une nouvelle astuce, la partage avec le reste des membres et tous essaient d’en tirer profit.»

Une erreur peut entraîner un redémarrage

Il s’agit souvent de détails. Car même la moindre inattention peut ruiner tout un parcours. Appuyer sur le mauvais bouton par inadvertance ou commettre une erreur de jugement peut facilement faire perdre deux heures. Il ne reste alors plus qu’à prendre une profonde inspiration et à redémarrer le jeu.

Une session de 23 heures

Le week-end dernier, Yagamoth a participé à une session marathon. Il a terminé «Secret of Mana» – quoi d’autre? – à 100% en récupérant chaque objet, en explorant chaque capacité et en battant tous les boss. En vue du marathon, il s’est préparé cinq sandwiches, diverses barres énergétiques et des litres d’eau. Le temps nécessaire estimé pour venir à bout du jeu se situait entre 24 et 30 heures. Finalement, Yagamoth a mis moins de 23 heures pour le terminer, soit neuf bonnes heures de moins que lors de son dernier marathon.

Si cela sonne pour toi comme une véritable perte de temps, sache que l’Allemagne prévoit de reconnaître les jeux vidéo comme un sport et que les tournois de sports électroniques peuvent rapporter jusqu’à 25 millions de francs. Yagamoth compare son plan de vouloir vivre du streaming à celui d’un artiste: «Pour moi, c’est une passion dont j’aimerais pouvoir vivre. Mais il ne faut pas compter sur le fait que ça marche. Il faut beaucoup de chance et de persévérance. En définitive, ce n’est pas bien différent des métiers d’acteur ou de musicien – ils ne sont que très peu à pouvoir en vivre.»


Écris un commentaire

8 Commentaires

regex il y a 4 Mois
Speedrunner est une sorte d'art que je ne comprendrai jamais. Passer tout son temps libre à rejouer en boucle le même jeu me rendrait fou. Je conviens que quand j'étais jeune, je jouais et rejouais en boucle les sonic 2d et doom parce que c'était vraiment fascinant. Mais même comme ça, ce n'était pas du niveau d'un speedrunner. Je joue maintenant volontiers des jeux difficiles qu'il faut recommencer en boucle, tel que Super Meat Boy ou Sans et Undyne dans Undertale, ou encore plus punitif comme They Bleed Pixels et Wings of Vi, mais de là à essayer de le faire le plus vite possible, oublie. Quand j'avais finalement battu Ballos dans Cave Story, je m'étais dis que je ne le referai plus avant une autre décennie, tant c'était dur. Surtout que j'ai encore le dernier niveau bonus ultime à faire, maintenant qu'il est débloqué. Alors speedrunner un jeu, non merci. Même pas contre un salaire.
1
3
Réponse
Le grand gedester il y a 4 Mois
J'imagine qu'il est aussi à l'AI celui-là.
3
7
Réponse
Jeanperds il y a 4 Mois
T’as du trmps à perdre mon gars!
7
19
Réponse
Réponse du Mouarf il y a 4 Mois
Et toi encore plus
5
2
Réponse
«Même les visages purulents sont beaux»

«Même les visages purulents sont beaux»

video
  «Mon pénis est trop grand pour les pantalons serrés»

«Mon pénis est trop grand pour les pantalons serrés»

Les dix commandements de la beuverie de séries

Les dix commandements de la beuverie de séries

«C’est mal vu par la société de détester l’été»

«C’est mal vu par la société de détester l’été»