Cet ado de 14 ans va passer sa vie en prison

Un documentaire américain tire le portrait de trois meurtriers présumés âgés de 14 à 17 ans. Ils vont très vraisemblablement passer le reste de leur vie derrière les barreaux. En Suisse, ils purgeraient une peine de prison maximale de 4 ans.

En Suisse, si tu as moins de 18 ans et que tu descends quelqu’un, tu écopes d’une peine d’emprisonnement maximale de 4 ans. La raison à cela: à cet âge, le développement personnel n’est pas fini et on laisse une deuxième chance à ces jeunes.

Aux Etats-Unis, par contre, on est beaucoup moins convaincu par le fait que la puberté puisse foncièrement changer les humains, même si le pays aurait dû tirer des leçons de la transformation de Miley Cyrus de petite égérie de Disney en petite effrontée, fumeuse de pétards et twerkeuse invétérée. Aujourd’hui encore, dans une majorité d’Etats, des jeunes (parfois âgés d’à peine 11 ans) sont condamnés au même titre que les adultes et peuvent écoper de plus de 100 ans de taule. On parle ici de prison ordinaire et non de centre de détention pour mineurs.

Le documentaire suit les délinquants juvéniles

«They Call Us Monsters» est un film documentaire qui plonge dans les tréfonds du monde de ces «adolescents incompris» ou de ces «Charles Manson en version miniature» (comme les appelle le républicain américain Joel Anderson). Le film accompagne trois adolescents en attente de leur procès au Sylmar Juvenile Hall, un centre de détention pour mineurs en Californie qui a récemment fait la une dans les médias en raison du passage à tabac d’un détenu par quatre agents. Ça promet.

Les trois jeunes protagonistes du film, Jarad, Juan et Antonio, ont entre 14 et 17 ans et sont, pour certains, en attente de leur procès en justice depuis des années. La peine encourue pour (tentative de) meurtre va jusqu’au siècle prochain.

«C’est notre robinet magique»

Lors de la première visite de l’équipe de tournage au sein de la prison, les ados se croient dans l’émission de téléréalité «MTV Cribs» et se réjouissent de pouvoir faire visiter leur foyer à quelqu’un. «Voici notre robinet magique, plaisante Jarad en nous faisant visiter la cantine. Il suffit de penser à une boisson au hasard, champagne, bière, Coca, et il crache exactement ce que tu veux.»

On ne peut pas s’empêcher de penser que ce ne sont que des gamins, merde alors. Et pas que ça, mais ce sont des gosses supersympathiques, qui saluent chaque membre de l’équipe avec une poignée de main et qui, à l’occasion de la sortie hebdomadaire d’une heure au grand air, barbotent dans la piscine comme s’ils passaient leurs toutes premières vacances d’été.

Mais il faut aussi préciser que ces gamins ont vu leurs parents se suicider, alors qu’ils n’avaient que 8 ans, qu’à 13 ans ils ont été forcés par leur idole à intégrer un gang et que l’appartement familial d’une pièce a été criblé de balles par un tireur en voiture. Après quoi, ils se sont mis à dealer de la drogue, à braquer des kiosques à journaux ou à descendre quelqu’un.

«Le cercle des poètes disparus» sans les histoires à l’eau de rose

La grande question qu’on peut se poser est: que faire de ces jeunes? Faut-il les enfermer ou les réintégrer dans la société?

Les protagonistes du film font au moins l’effort de tenter la seconde solution en participant à un cours d’écriture de scénario dans l’enceinte de la prison, une espèce de «Cercle des poètes disparus», dans laquelle les histoires ne sont cependant pas à l’eau de rose, à la «You can do it if you really want» (Tu peux le faire si tu le veux vraiment). Car les gars racontent leurs propres expériences: de l’amour non partagé, des parents dépassés, des expériences au sein de gangs, des cadavres dans le voisinage.

La victime témoigne

Le film ne laisse cependant pas paraître les gamins comme de sympathiques et innocents petits agneaux, peu gâtés pendant leur enfance. Car, en plus du témoignage de leurs parents et de leurs frères et sœurs, le documentaire accorde également le droit de parole à la victime de Jarad. Une jeune femme qui se retrouve en fauteuil roulant après s’être fait tirer dessus. Selon elle, le coupable ne devrait cependant pas être emprisonné à vie et une peine de 40 à 50 ans suffirait. Une minute plus tard, c’est au tour du père de l’accusé de s’exprimer. Il montre des photos de la remise des diplômes de Jarad et se met à pleurer, car il n’a pas été un bon père pour son fils.

Vous noterez que le film est un tourbillon d’émotions sans pareil. De la même manière qu’il joue avec nos sentiments, il joue aussi avec notre représentation de la justice. Quand on voit ces gamins jouer au basketball ou peaufiner leur scénario, on a du mal à comprendre pourquoi on ne leur donne pas une seconde chance. Mais dès qu’on visionne les faits criminels enregistrés par des caméras de surveillance, on ne pense plus que: merde alors, espèce d’idiot, pourquoi t’as merdé à ce point?

Que faire?

Au final, le film est génial. En plus, il pose la question hautement importante de savoir ce qu’il faut faire avec des jeunes de notre âge qui gâchent leur vie en commettant des actes criminels. Doit-on enfermer des jeunes de 16 ans jusqu’à la fin de leurs jours comme les Américains ou faut-il faire comme ici, en Suisse, et les garder au maximum jusqu’à l’âge de 22 ans avant de leur redonner une seconde chance?

$


Écris un commentaire

65 Commentaires

Astrid M il y a 2 Mois
c'est un progrès.. à une époque pas si lointaine ils auraient eu droit au couloir de la mort... that's America...
8
0
Réponse
fab1214 il y a 2 Mois
ah savoir aussi qu au usa le system carceral est un enorme buisness!!!! alors ils ont tout interet a mettre le plus de gens possible a l ombre... et comparons pas les us avec la suisse . faut voir dans quelles conditions grandissent ces gamins...
1
0
Réponse
Cè pa moua ! il y a 2 Mois
Heureusement que tuer l'orthographe n'est pas punissable 🤣 Lisez sur vos écrans au lieu de regarder des vidéos, car cè 1 suportabl 2 vs lyr !
0
1
Réponse
Réponse du phillipe bethoule il y a 2 Mois
ingras de la vie t es pas onete ta maman... si en france on tu ta mer tu sra conten qui prene que 4an pitoiablle
0
5
Réponse
Cet enfant de 12 ans est tatoueur

Cet enfant de 12 ans est tatoueur

Paie un Dollar pour voir qui a payé pour voir

Paie un Dollar pour voir qui a payé pour voir

Un seul bras mais beaucoup de prétendants

Un seul bras mais beaucoup de prétendants

2 milliards pour un compte Instagram?!

2 milliards pour un compte Instagram?!