«La grasse matinée, c’est quand je me lève à 6 h 15»

La plupart des jeunes de 21 ans ne veulent même pas s’investir dans une relation sérieuse. Adrian Senn, lui, a pris les rênes d’une exploitation agricole à cet âge-là. C’est pourtant tout sauf un métier facile.

Peu importe ce que vous racontent les films comme «Heidi», les émissions comme «L’amour est dans le pré» ou encore les hippies romantiques, la vie des agriculteurs est tout sauf facile: ils ont très peu de temps libre et doivent subir les difficiles conditions du marché et la guerre politique concernant les subventions. Le résultat, c’est qu’un agriculteur sur six a abandonné la vie de fermier au cours des dix dernières années. Plus grave encore, trois jeunes agriculteurs se sont récemment donné la mort dans l’est de la Suisse. Nous voulions en savoir plus sur la vie des jeunes fermiers suisses et sommes allés voir un agriculteur qui a commencé à gérer sa ferme très jeune.

Gérant d’exploitation agricole à 21 ans

Adrian Senn avait 21 ans quand il a repris l’exploitation familiale située à Gansingen, petit village de 1000 habitants dans le Fricktal, au nord-ouest du canton d’Argovie. Son père continue à travailler dans l’exploitation spécialisée en vaches allaitantes et qui compte aussi quelques champs, mais Adrian prend seul les décisions concernant l’avenir du bien familial. Il fait partie d’une minorité: sur 250 gérants d’exploitation du secteur agricole suisse, un seul a moins de 25 ans.

Ça n’a rien d’étonnant en fait: pendant que notre génération ne veut même pas s’investir dans une relation sérieuse, Adrian se lève tous les jours avant 6 h et se montre responsable d’une ferme remplie de vaches, de tracteurs et de champs. Le dimanche, pendant que nous nous remettons doucement de notre gueule de bois, il est à nouveau dans l’étable. «Le week-end, j’essaie de faire la grasse matinée», dit-il avec un sourire espiègle. «Je ne me lève qu’à 6 h 15.»

Nourrir les vaches au lieu de faire la fête

Pas moyen de passer la nuit en boîte avec tout ça. «Mais cela ne me manque pas», nous assure Adrian. L’union des agriculteurs conseille de prendre au moins une demi-journée de congé par semaine - ça veut dire ce que ça veut dire. Adrian a pu aller faire du ski il y a quelque temps, mais uniquement parce que son père travaille toujours à la ferme, et que toute la famille donne un coup de main. «Quand mon père ne pourra plus m’aider, ce sera plus dur de faire une pause. Mais ça, je le savais depuis le début.»

Concernant les suicides dans le canton de Thurgovie, Adrian préfère ne rien dire - on ne peut pas juger de si loin. Mais il nous détaille les difficultés de la vie d’un fermier: le climat de ces dernières années, les prix en baisse de nombreux produits, les paiements directs de plus en plus serrés. «Je suis optimiste malgré tout», affirme-t-il. «De toute façon, je dois l’être. Je veux être fermier maintenant, et je veux être fermier sur cette exploitation dans vingt ans.»

Impossible de prendre une journée

Les employés de bureau peuvent facilement décider de rester chez eux un jour ou deux; pour un agriculteur, c’est impossible. «Pendant la Saint-Sylvestre et le Nouvel-An, mon père et moi avions tous les deux attrapé la grippe, nous étions au lit, malades. Mais il fallait sortir quand même et gérer la ferme. Ça peut être très dur», se souvient Adrian.

Où est-ce qu’il trouve l’énergie de se lever quand c’est comme ça? Il réfléchit longtemps avant de répondre: «Les vaches ont besoin de nourriture et les étables doivent être nettoyées. Je n’ai pas le choix.»


Écris un commentaire

23 Commentaires

ADmirAnonyme il y a 10 Mois
Admiratif face à ces personne qui osent suivre leur passion ! Dans ce cas, il faut une bonne dose d'indépendance et un peu de courage ! Ca serait avec plaisir que je passerai un peu de mon temps à prêter main forte à de pareil choix !
2
0
Réponse
Mik il y a 10 Mois
Un grand bravo à ces jeunes qui ont le courage, de se lancer dans un projet comme celui ci Félicitations et tous de bon
3
0
Réponse
yvan SOSOLIC il y a 10 Mois
Des vaches allaitantes, c'est fort heureusement moins contraignant que des laitières ! Nul besoin de "gouverner", ni de botte-cul....mais faut quand même le faire et être là tous les jours, même pour tous ceux qui déjeunent sans trop penser d'où proviennent les produits qu'ils consomment !!!!? Bonne continuation à toi, Adrien, et à ton père...et bon courage.
3
0
Réponse
Moi il y a 10 Mois
Chapeau à lui. Il fait plaisir à voir, pas comme ces petits jeunes qui se foutent au social pour un oui ou pour un non et qu'ils n'en foutent pas une!
2
0
Réponse
video
«La presse people ment sur ma vie»

«La presse people ment sur ma vie»

Ces youtubeurs qui valent 123 millions

Ces youtubeurs qui valent 123 millions

video
Voici une compilation des meilleurs clips Vine

Voici une compilation des meilleurs clips Vine

Besoin d'un porte-pénis ou de toilettes portables?

Besoin d'un porte-pénis ou de toilettes portables?