Envie de voir tes héros d’enfance copuler?

«The Happytime Murders», le film de marionnettes pour adultes sera au cinéma cet été. Une décision de justice officielle a été rendue: les plaintes pour risque de confusion avec d'autres marionnettes sont rejetées.

Fait divertissant: deux grandes équipes d’avocats s’affrontent au tribunal au sujet d’une production cinématographique, dans laquelle les rôles principaux sont tenus par des marionnettes. Un juge honorable, instruit et établi de longue date, doit rendre un jugement. Il va sans dire que «The Happytime Murders» est d’ores et déjà le film de marionnettes le plus controversé de tous les temps.

Du mauvais spectacle, inadapté aux enfants

La comédie noire réalisée par le non moindre Brian Henson – marionnettiste légendaire et fils de l’inventeur des «Muppets», Jim Henson – traite d’une série mystérieuse de meurtres dans les bas-fonds sombres et dangereux des marionnettes. Sur fond de criminalité, de trafic de drogue et de prostitution.

Cependant, les marionnettes accros à la drogue, meurtrières, injurieuses et prostituées n’ont bizarrement absolument rien à voir avec celles des producteurs de «1, rue Sésame», l’émission destinée à toute la famille. Et la première plainte ne s’est pas fait attendre: le slogan satirique du film «No Sesame. All Street» («Pas de sésame, que de la rue»), qui apparaît dans la bande-annonce, pourrait mener les fans sur une mauvaise piste et suggérer un lien entre l’émission pour enfants politiquement correcte et le spectacle de marionnettes maléfique.

Dessins animés ou porno?

La bataille entre STX (le studio de production derrière «The Happytime Murders») et Sesame Workshop (la société derrière «Sesame Street») mène finalement à un débat de plus de deux heures devant le tribunal, dans lequel les avocats de «Sesame Street» essaient de combattre le slogan par tous les moyens.

Outre les timides tentatives de proposition de slogans alternatifs («Méchantes marionnettes», «Les marionnettes sauvages» ou «Les marionnettes dans la nuit»), ils vont encore plus loin, notamment en faisant le parallèle avec le titre du porno des années septante «Debbie Does Dallas», contre lequel l’équipe de football Dallas Cowboys avait fait appel avec succès.

Aucune confusion possible

Cependant, le juge Vernon Broderick n’est guère impressionné par de tels arguments et rend un jugement en faveur de l’équipe de «Happytime». La bande-annonce – y compris le slogan – peut rester telle quelle: «Il ne s’agit pas de porno, a-t-il déclaré dans le verdict. C’est un film pour adultes. Il y a une différence!»

En outre, malgré le mot «Sesame», le slogan ne prêterait nullement à confusion quant au contenu. Au contraire: L’expression serait une référence humoristique et concise indiquant au public que le film n’a rien à voir avec «Sesame Street».

À la suite du verdict de l’avocat des marionnettes «Fred», STX a fait la déclaration suivante: «Nous aimons la fichue «Sesame Street»! Nous sommes ravis que le verdict confirme ce qui était notre intention dès le départ, c’est-à-dire préserver l’héritage de Jim Henson tout en traçant une ligne claire entre les Muppets, les personnages de «Sesame Street» et ce nouveau monde, que nous avons créé avec Brian Henson.»


Écris un commentaire
Les squatteurs: parasites ou héros?

Les squatteurs: parasites ou héros?

Voici ce que Facebook pourrait savoir de toi

Voici ce que Facebook pourrait savoir de toi

video
Pourquoi boit-elle l'urine fraîche de son chien?

Pourquoi boit-elle l'urine fraîche de son chien?

Pourquoi on mange les pires kebabs en festival

Pourquoi on mange les pires kebabs en festival