Probablement le film le plus brutal de l’année

Le thriller français «Revenge» est probablement le film le plus brutal et le plus controversé de l’année. L’épopée de la vengeance sanguinaire ferait cependant passer un message féministe.

Année après année, trois riches hommes d’affaires français se retrouvent dans une luxueuse villa de vacances dans une zone désertique. Mais cette fois, tout est différent. L’un d’entre eux (évidemment, le plus musclé et le plus beau) est venu avec sa jeune maîtresse, Jen, alors que sa femme et son enfant l’attendent à la maison.

L’Américaine a parfaitement conscience d’attiser la convoitise et se complaît dans ce rôle. Évidemment, cela ne va pas durer et, après une scène de viol assez explicite, la jeune femme – empalée sur un pieu – est laissée pour morte dans l’enfer du désert. Et c’est là que commence réellement l’intrigue principale du long métrage.

Des brancardiers à la première représentation

Aucun film ne fait actuellement couler plus d’encre dans les cercles de cinéastes et sur les forums de l’horreur que le premier long métrage de la réalisatrice française Coralie Fargeat. Selon certains rapports médiatiques, lors de la première du thriller pendant le Festival international du film de Toronto, plusieurs personnes auraient dû être évacuées de la salle par des brancardiers – l’élégant bain de sang était manifestement trop pour l’estomac fragile des cinéphiles en question.

Avec une évaluation positive à 91% sur le site Rotten Tomatoes et bien plus encore de la part d’éminents critiques de cinéma, «Revenge» semble être en passe de devenir l’un des films de genre les plus réussis de l’année. Et ce, malgré une diffusion cinématographique internationale très limitée.

Une féministe à l'esprit vengeur

Ce qui est intéressant, ce ne sont pas tant les images et les plans incontestablement beaux ou encore le look vraiment supercool dans le style western à la sauce Tarantino mêlé de snuff porno qui impressionnent les critiques que l’approche prétendument féministe de la réalisatrice.

«Le scénario parle de la transformation d’une fille qui passe d’une Barbie lolita en accord avec elle-même, son corps et son sex-appeal, mais qui est considérée comme faible par les hommes – à une puissante superhéroïne», explique Coralie Fargeat dans une interview accordée au magazine «Dazed Digital».

On se rapproche de «Kill Bill»

«Revenge» obtient clairement les bonnes notes qu’il mérite. Le long métrage est digne de figurer parmi les chefs-d’œuvre dans l’Olympe des productions interdites aux moins de 18 ans tant pour sa présentation que pour la performance d’acteur de tous les participants. Cependant, l’élément féministe tant vanté passe un peu inaperçu – si l’on est tout à fait honnête.

Évidemment, la protagoniste Jen est une dure à cuire et rappelle les méchants hommes à l’ordre dans sa quête de vengeance ultrabrutale. Son caractère n’est cependant pas bien différent des autres femmes de pouvoir, à la Lara Croft – telles qu’on les connaît des films grand public (Uma Thurman dans «Kill Bill»), voire des productions plus underground telles qu’«I Spit on Your Grave» (du moins dans le remake de 2010).

Féministe ou pas, ça reste un petit chef-d’œuvre

Avec ou sans note féministe, finalement, «Revenge» est un film qui vit avant tout de son esthétique, mais qui combine également des éléments humoristiques, une tension saisissante et de grandes effusions de sang artificiel pour en faire un petit chef-d’œuvre.

Tu peux te procurer le film en ligne, sur son site officiel!


Écris un commentaire

6 Commentaires

La vérité c'est... il y a 28 jours
Le rape and revenge est une vision fantasmée d'hommes hétérosexuels de la vengeance féminine (avec des femmes sexy passablement déshabillées tout du long comme par hasard), et rien d'autre. Donc tout sauf féministe !
8
0
Réponse
Boogz il y a 29 jours
Film prétentieux, nombriliste, pas vraiment femininiste et certainement pas le plus brutal de l'année. Bref, juste un buzz bien maîtrisé..
11
0
Réponse
Quentin Tartuffino il y a 29 jours
Le film le plus ridiicule de l'année plutôt... Petit chef-d'oeuvre du plus mauvais scénario emballé avec des images et acteurs de soft porno cheap pour ados attardés. On tombe bien bas avec tout ça et vous rendez un bien mauvais service aux féministes en faisant la promo d'une telle nullité.
9
0
Réponse
Jean Luc Gonflard il y a 29 jours
Ce film est non seulement mauvais, vraiment mauvais, mais ridicule. La libération des femmes expliquée aux Barbies. Nous avons atteint des sommets du n'importe quoi, n'importe comment et plus si affinités.
9
0
Réponse
Il fabrique du savon à base de graisse humaine

Il fabrique du savon à base de graisse humaine

La bonne musique excuse-t-elle les violences domestiques?

La bonne musique excuse-t-elle les violences domestiques?

«Barbie est bien plus efficace qu’un thérapeute»

«Barbie est bien plus efficace qu’un thérapeute»

Devine pour quoi cette femme fait de la pub

Devine pour quoi cette femme fait de la pub