«Je peux facilement avoir un orgasme sur scène»

La star du porno, Lena Nitro, nous a ouvert les portes du Salon Extasia à Zurich. Suivez-nous dans les coulisses du temple de l'érotisme...

Ma collègue Laura et moi avons fait notre entrée dans le monde du porno ensemble, le temps d’une journée, au salon de l’érotisme – Extasia – à Zurich. La star du X, Lena Nitro, nous accueille dans une combi noire moulante et totalement transparente. Après avoir aperçu une demoiselle en talons aiguilles qui faisait rebondir vigoureusement ses atouts en courant nue dans le hall d’entrée, on en prend tout de suite plein la vue. Une fois à l’intérieur, on ne sait pas trop où donner de la tête. Entre godes extravagants, accessoires étranges et ouvertures secrètes pour s’adonner au voyeurisme, c’est difficile de rester concentrées sur notre objectif premier: suivre Lena. Heureusement que son protecteur fait deux mètres de haut pour trois mètres de large, sinon on aurait perdu notre star d’un mètre soixante.

Un bikini dans le vagin

Mise à part l’ambiance décontractée du salon en général, pour Lena c’est le stress. Entre séances de dédicaces, soupe froide pour le déjeuner et photos topless avec les fans, on comprend mieux les quelques verres de vodkas ingurgités pour se détendre. Il faut dire que, malgré son assurance et son expérience, elle a toujours le traque avant de monter sur scène. «J’ai peur de perdre un accessoire, de trébucher ou d’oublier ma chorégraphie.»

Pendant son show, Lena se rhabille en sortant un bikini de ses parties génitales. Elle fait ça avec une aisance déconcertante. Bizarrement, le plus délicat se passe avant le spectacle: pas si facile de s’enfoncer un bikini dans le vagin sous les regards indiscrets des voyeurs qui scrutent les coulisses depuis l’étage du dessus. Même quand on a l’habitude de s’introduire tout un tas de choses devant un public, ça reste gênant. Après tout, eux ils n’ont pas payé pour voir ça.

«Je peux facilement avoir un orgasme sur scène»

Contrairement aux quelques clichés qu’on a pu croiser en back-stage, Lena est entièrement naturelle, et pas seulement physiquement. Une vraie «girl next door» quoi. Si tu la croises à la Migros, impossible d’imaginer qu’elle paye son loyer en se procurant des orgasmes cosmiques devant des centaines de personnes avec un gode qui fait la taille de ton avant-bras. Elle adore son job, à tel point qu’elle atteint le septième ciel, même sur scène, devant une horde d’inconnus. Moi qui pensais que le spectacle était simulé… Elle prend carrément son pied.

Ma collègue et moi avons eu l’immense honneur d’assister à l’un de ces shows plus «privé». Un peu trop chaud à notre goût. C’est comme regarder un porno mais en live. Sauf que là, c’est avec ta collègue, et aucune des deux n’est portée sur les femmes. Malaise. Après son magnifique spectacle, on peut dire que la glace était plus que brisée. On a donc saisi l’occasion pour en apprendre d’avantage sur sa vie personnelle.

Aucune vie amoureuse

Lena a tourné son premier porno à 22 ans. Inutile de dire que ses parents n’étaient pas ravis de son choix de carrière. Pourtant, huit ans plus tard, voilà sa mère qui l’accompagne à Extasia pour l’encourager. Forcément, ses géniteurs se gardent bien d’assister à ses shows. Mais ils la soutiennent quand même.

La différence entre coucher en vrai et coucher à l’écran? «Dans la vraie vie tu ne portes pas de talons. Dans un porno, oui» Quant à l’évocation d’une vie amoureuse elle nous rétorque: «On ne peut pas avoir une vie amoureuse quand on fait ce job. Il faut oublier. Quand tu dis ce que tu fais, les mecs te voient comme une star du porno. Rien d’autre.» Ça ne semble pas la perturber plus que ça.

Un univers plein de surprises

Puisqu'on y était, on en a profité pour faire un tour dans l’univers du sexe. Vous trouverez un petit florilège de nos aventures dans le diaporama. Parmi les étrangetés, on est tombées sur des parties génitales en chocolat, une poupée grandeur nature presque trop réaliste et, surtout, des capotes au bacon. Miam.


Écris un commentaire

2 Commentaires

Jules il y a 5 Mois
La chroniqueuse ne doit pas souvent aller à la Migros...
5
1
Réponse
il y a 5 Mois
😂😅
6
5
Réponse
Une série presque trop réaliste sur l’anorexie

Une série presque trop réaliste sur l’anorexie

Le premier artiste de «mèmes» au monde

Le premier artiste de «mèmes» au monde

Des hommes utilisés comme objets sexuels

Des hommes utilisés comme objets sexuels

Les longs poils de nez sont enfin à la mode!

Les longs poils de nez sont enfin à la mode!