Des youtubeurs testent des drogues à ta place

Des jeunes néerlandais consomment des drogues sur YouTube, leurs vidéos sont regardées par des millions d’internautes. Tout ça, «au nom de la science».

L’émission parle du 3,4-méthylènedioxy-méthamphétamine, plus communément appelé MDMA. Les modérateurs présentent quelques faits, une poignée de chiffres et des avertissements manquant singulièrement de conviction, puis jouent à «pierre, feuille, ciseaux». Le perdant va prendre une dose de MDMA.

Non, il ne s’agit pas d’une scène bizarre d’une soirée hippie, il s’agit d’un projet scientifique néerlandais, du nom de Drugslab, visible sur YouTube. Un projet scientifique au nom de la recherche. Mouais…

Tester soi-même des drogues au nom de la science

Toutes les drogues y passent, de l’alcool jusqu’aux champignons hallucinogènes. Les trois modérateurs néerlandais, Rens Polman, Nellie Benner et Bastiaan Rosman, ont déjà consommé plusieurs drogues différentes durant les cinq derniers mois. «Nous faisons cela au nom de la science, pour pouvoir te montrer les effets des drogues sur le corps humain», est-il écrit dans le descriptif de la série. 

Chaque épisode commence par décrire les effets physiques et psychologiques de la drogue qui sera testée, et donne quelques informations historiques. Ensuite, un des modérateurs consomme la drogue en question.  Le cobaye est surveillé médicalement et - s’il est en état de répondre - interrogé.

Des critiques? Pas vraiment.

Sous l’effet de la cocaïne, Nellie, 30 ans, avoue: «J’aimerais bien avoir une relation sexuelle, là, maintenant.» Rens – il a 25 ans – confie ressentir de la peur après avoir pris des champignons hallucinogènes. Le plus jeune du trio, Rosman (23 ans), se sent tout simplement bête après avoir avalé des space-cakes. Le lendemain de leur trip – toujours dans la même vidéo – ils font le bilan de leur expérience et racontent comment ils se sentent.

L’essai est suivi d’une séance explicative, qui reprend le pour et le contre de la drogue. Mais aucune critique. L’utilisation de la drogue est banalisée.

Ils n’ont pas peur de la justice

Leurs trips sont soutenus et subventionnés par BNN - Bart’s Neverending Network. BNN est une radio qui appartient à l’équivalence néerlandaise de la télévision suisse. Cette chaîne YouTube douteuse fait partie de la série «Spuiten en Slikken» (injecter et avaler) de BNN. Ce programme, destiné aux jeunes, parle de sexe et de drogues depuis 2005.

Juridiquement parlant, ni la chaîne, ni les modérateurs, n’ont de soucis à se faire. En raison de la législation très laxiste concernant les drogues, Drugslabs ne risque pas de recevoir de plainte ou de d’avertissement de sitôt.

Plus de mises en garde, s’il vous plaît!

L’émission a du succès, même si certains parents doivent paniquer sérieusement. La chaîne YouTube a été lancée le 8 septembre 2016. Elle recense 300 000 abonnés et plus de dix millions de personnes ont regardé les vidéos. Les commentaires débordent de propositions de produits à tester.

Que quelqu’un consomme des drogues, pour que nous n’ayons pas à la faire, ce n’est pas une mauvaise idée en soi. Mais même nous, on aimerait que cette «expérience scientifique» bénéficie d’une approche plus critique.

Pour tous ceux que ça intéresse malgré tout, voici un exemple de Drugslab. Tu peux activer la traduction anglaise dans les sous-titres.


Écris un commentaire

17 Commentaires

nina il y a 6 Mois
les japonais aussi chassent la baleine "dans un but scientifique"...
7
0
Réponse
joe il y a 6 Mois
70 mg ... ahhhh ahhhh oullaaalllaaa. Avec 700 mg l emission aurait ete un brin plus fun et sensuelle...
0
6
Réponse
Neph il y a 6 Mois
La drogue est déjà banalisée. La plupart de ceux qui s'y risquent le font pour savoir ce que ça fait. Là ils le sauront sans avoir à y risquer leur santé. Ça a beau choquer la ménagère moyenne, il n'empêche que niveau drogue, on a tous beaucoup à apprendre des néerlandais. Je me ferais plus de soucis pour ceux qui postent des vidéos où les propos haineux deviennent un art de vivre et où la simple idée de traiter autrui en être humain devient une tare sociale.
0
6
Réponse
Dani il y a 6 Mois
C'est bien mais le fait de banaliser ça ne l'est juste pas Faudrait plus de prévention c'est tout et la on peut dire que c'est bien
4
0
Réponse
Cet enfant de 12 ans est tatoueur

Cet enfant de 12 ans est tatoueur

Paie un Dollar pour voir qui a payé pour voir

Paie un Dollar pour voir qui a payé pour voir

Un seul bras mais beaucoup de prétendants

Un seul bras mais beaucoup de prétendants

2 milliards pour un compte Instagram?!

2 milliards pour un compte Instagram?!