Elle se fait haïr en simulant une maladie de peau

Les internautes sont scandalisés par une artiste drag-queen qui a voulu lancer la tendance des maladies pigmentaires comme maquillage à la mode.

La blogueuse de beauté et drag-queen Golgi Apparatus joue avec les normes de beauté et sexuelles et impressionne avec ses concepts de style et de maquillage peu conventionnels. De la morve verte, des yeux brillants de bande dessinée, des monosourcils et des choucroutes sur la tête font partie du répertoire de l’artiste, qui se décrit elle-même comme «une femme à mi-temps biologique, à la croisée du glamour et de l’obscénité».

Les maladies de peau ne sont pas une tendance

L’instagrameuse a désormais pu faire personnellement l’expérience de l’infime écart qui existe entre excentricité et décence. Sa dernière mise en beauté a montré Golgi avec des taches blanches sur les tempes et autour de la bouche, ce qui ressemble, à peu de chose près, aux taches pigmentaires qui confèrent au mannequin Winnie Harlow son look incomparable.

Le petit souci, c’est que Harlow souffre de vitiligo, une maladie de peau certes non contagieuse, mais chronique. Evidemment, les commentaires au mieux de stupéfaction voire de colère ne se sont pas fait attendre. L’internaute Lil Esha a tweeté une capture d’écran de la photo de maquillage (supprimée depuis) et a résumé le fond des pensées de la communauté d’internautes de manière conséquente.

Pour son commentaire, elle a obtenu près de 40 000 «like» et 20 000 tweets de réponse, qui, une fois traduits, signifient à peu près ce qui suit: «Ecoute, ce qu’on ne veut pas, c’est reproduire des maladies de peau et les transformer en tendance de maquillage.»

Golgi Apparatus a elle-même supprimé la photo juste après sa publication et le ramdam titanesque qui s’est ensuivi dans les commentaires sur elle et son travail. L’artiste a posté un message dans lequel elle fait des excuses à tous ceux qu’elle a pu humilier ou blesser avec son style mal choisi, mais a aussi apporté une explication (plutôt bancale) pour le look:

Pour le maquillage, elle aurait trouvé l’inspiration sur une photo de la drag-queen Valentina, où elle porte des rayures grises sur la peau. En aucun cas, elle n’aurait pensé au vitiligo. «J’avoue que j’aurais dû expliquer les choses de manière un peu plus claire dès le départ, mais on tire tous des leçons de nos erreurs», écrit Golgi. «En fin de compte, personne n’est à l’abri de la controverse et on peut en tirer profit.»

 





Écris un commentaire

10 Commentaires

il y a 2 Mois
Néologisme: Se faire hater=Se faire haïr sur les réseaux sociaux...
3
0
Réponse
il y a 2 Mois
Et si on prenait la vie moins au sérieux... c'est de la créativité, faut arrêter de prendre les choses personnellement. C'est comme tout ""handicap", y a ceux qui le vivent bien et d'autres non... J'imagine que ceux qui en font tout un foin, n'ont même pas cette particularité... Bref, prenons la vie moins au sérieux faut se détendre la nouille
4
6
Réponse
Réponse du il y a 2 Mois
bof..Créativité au sens publicitaire du terme alors puisqu'elle a piquée l'idée en voyant un mannequin atteinte de cette maladie... Et bon , pour "se détendre la nouille", comme vous dites, il y a surement mieux d'une drag-queen...
4
0
Réponse
il y a 2 Mois
Drag Queen et finesse, ça fait deux... Par contre, intégrer un défaut de peau réel comme faisant partie d'un maquillage, ça peut etre une idée...
14
2
Réponse
Hollywood s’arrache ses affiches

Hollywood s’arrache ses affiches

video
Les mariages bon marché sont les meilleurs

Les mariages bon marché sont les meilleurs

video
Deviens le partenaire commercial de Drake

Deviens le partenaire commercial de Drake

Une entreprise recherche un spécialiste en nuggets

Une entreprise recherche un spécialiste en nuggets