Pourquoi tout le monde adore ce porno immonde

Aucun anime n’est actuellement aussi adulé que «Devilman Crybaby». Entre scènes de violences incroyablement sanglantes et un tas de nichons animés, on ne trouve qu’un scénario prévisible et une histoire plate.

Depuis quelques jours, des critiques et fans d’animes ne cessent d’éjaculer d’excitation dans leur froc. Du moins de manière métaphorique (ou peut-être pas). La raison? «Devilman Crybaby», la dernière adaptation Netflix du classique Devilman de l’illustrateur de manga culte Gō Nagai. Peut-être que ça a son importance. Aucune idée.

Au bout de deux épisodes, tu sais tout

Que les choses soient claires: je ne m’y connais pas en animes et, à part avoir vu quelques épisodes de «Sailor Moon» (quand j’avais huit ans) et «Le Voyage de Chihiro» (que je n’ai pas trouvé génial), je n’ai aucune expérience et ne suis pas un initié du genre. Mais, après avoir lu toute une série de critiques incroyablement enthousiastes et écouté les louanges ardentes de nombre de mes collègues sur la série, je me suis avoué vaincu.

Et je me suis effectivement farci les dix épisodes de la saison. Certes, j’ai fait des pauses de temps en temps pour me dégourdir les jambes, fumer l’un ou l’autre paquet de clopes ou téléphoner à ma mère, mais j’ai compris le plus gros de «Devilman Crybaby». Et ça aurait été le cas, même si je m’étais endormi après le premier épisode et à nouveau réveillé pour le dixième.

Un maigre scénario, mais beaucoup de nichons

Sincèrement, j’aimerais bien savoir quelle série les auteurs de toutes les critiques qui parlent d’animation à couper le souffle, d’intrigue novatrice et d’une fin de saison particulièrement inattendue au point de remettre ta vie en question, ont vu. Sans vouloir te gâcher le plaisir, au bout de cinq minutes du premier épisode, on sait déjà quel sera le rebondissement de l’intrigue si surprenante et impressionnante.

Le reste de «Devilman Crybaby», avec son scénario plus que plat – un fana d’informatique de 16 ans participe à une orgie sexuelle qui finit en orgie de la mort, se transforme en une espèce de diable et tente de libérer le monde des méchants démons pendant qu’il expérimente les hauts et les bas du premier amour et porte trop de mascara – n’est vraiment pas une prouesse intellectuelle. Même les scènes de sexe et de violence qui font tellement de bruit et qui se répètent deviennent vite ennuyantes, peu importe le nombre de nichons qui se balancent, de tétons de démons arrachés avec les dents et de viscères balancés.

Des rêves d’ado pubertaires

Toute cette boucherie, les scènes répétitives et totalement déplacées de sexe et de masturbation, ainsi que les dialogues partiellement désagréables, voire presque gênants (ça peut évidemment être dû à un problème de traduction – malheureusement, je ne comprends pas le japonais), me fait penser à un groupe d’adolescents de 14 ans qui auraient essayé de transposer leur représentation d’une série d’animation «pour adultes».

En ce qui concerne le langage visuel en général et le style si adulé du film d’animation, je n’ose pas m’étaler trop longuement. Comme je l’ai dit précédemment, je ne m’y connais pas suffisamment et je n’ai pas assez d’expérience avec les animes et les mangas pour cela. En tous cas, ce chaos minimaliste n’est pas mon truc.


Écris un commentaire

23 Commentaires

Jul Mutz il y a 5 Mois
Alors. Le style artistique et le chara design est se qu'on appele du morphing : cela sacrifie le detal pour une fluidité bien plus grande qu'avec d'autres styles. Sinon pour le scénario, c'est une readaptation du manga de JUSTE l'un des createur du manga moderne, des mecha etc... Et pour vous de tilllate qui êtes des SJW pure et dure cela devrai vous plaires vue que cela parle de xenophobie, racisme, du pouvoir des réseau sociaux dans le monde moderne, de comment le japon peut être hypocrite. C'est anime est déja considerer par beaucoup de professionel comme le meilleur de 2018. Fort en style et en symbolique, netflix à reussi à remettre au gout du jours JUSTE le manga qui à fait se remettre en question le japon et qui a créer toute la vague des nouveaux mangaka de onepiece en passant par dragonball. Je ne vois pas le problème de dire que vous aimez pas ou autre mais les critiques que vous avez fait sont absolument non-objectiv et influencer par le charadesign et les anime léché de type tokyo ghoul. Après cet anime n'avait pas pour but d'attirer ou de plaire aux néophytes mais plutot de donner une adaptation valable à l'oeuvre devilman qui n'en a jamais eu de fidèle.
3
1
Réponse
Dave il y a 5 Mois
Et vous, c'est l'appel du chèque d'avoir quand même voulu pondre un article aussi trollesque ? Moi qui pensait qur les journalistes se renseignaient la moindre avant de parlet.. Il faut connaître un temps soit peu l'artiste Kiyoshi Gagai et dire d'un scénario qu'il est prévisible, c'est clair qu'au bout de 45 ans, on est habitué
1
0
Réponse
Restez dans votre thème il y a 5 Mois
Cela fait des années que je suis ultra fan de mangas et d'anime, mais là j'avoue que je me suis vraiment ennuyé. Le seul truc que j'ai bien aimé, c'était la musique. Mais sinon, j'ai été déçu, car tout le monde en parlait comme si c'était la révolution du siècle, et pour moi ça ne l'a pas été. En revanche, si vous ne connaissez rien à cet univers, abstenez-vous d'en faire un article, surtout si c'est pour citer 1 anime et 1 film du grand Miyazaki.
0
0
Réponse
il y a 5 Mois
La serie des Mazinger et meme l'anime Mazinger vs Devilman sont infiniment plus interessant que cette daube qui insulte go Nagaï
4
1
Réponse
«Même les visages purulents sont beaux»

«Même les visages purulents sont beaux»

video
  «Mon pénis est trop grand pour les pantalons serrés»

«Mon pénis est trop grand pour les pantalons serrés»

Les dix commandements de la beuverie de séries

Les dix commandements de la beuverie de séries

«C’est mal vu par la société de détester l’été»

«C’est mal vu par la société de détester l’été»