Qui a dit que nous n’aimions pas cuisiner?

Il paraît que nous n’aimons pas cuisiner, parce que nos parents préfèrent les pizzas surgelées et les nuggets de poulet. Mais est-ce bien vrai? Une classe du secondaire nous a prouvé le contraire.

Nous ne savons rien faire. Du moins, c’est ce que disent les personnes âgées. Vivre une relation n’est pas notre truc, travailler non plus. Désormais, les plus de 40 ans nous reprochent également d’être incapables de cuisiner. Pourquoi sommes-nous censés être nuls en cuisine? Parce qu’après une longue journée de travail, nos parents préfèrent nous servir une pizza surgelée que de passer des heures à surveiller une ratatouille. On les comprend.

Mais nous n’acceptons pas d’être tenus pour responsables de notre réticence à couper des légumes ou à faire cuire des betteraves. Nous sommes motivés, nous manquons seulement de professeurs de cuisine à la maison. Pour nous le prouver, nous sommes allés assister à un cours de cuisine dans une classe du secondaire de Zurich. Chers adultes, vous êtes à côté de la plaque!

Il faut connaître les bonnes techniques

«Cuisiner, c’est super», nous lancent les élèves, âgés de 13 et 14 ans, pendant qu’ils coupent des piments et des navets pour un bami goreng (ndlr: plat indonésien à base de nouilles jaunes frites dans l'huile avec de l'ail, de l'oignon ou des échalotes, de la viande, des légumes et des œufs). «Je cuisine toujours avec ma mère, souvent un plat avec des légumes», nous raconte Hanifer. Aileen passe également du temps dans la cuisine avec sa mère: «J’aime bien cuisiner, mais je préfère faire des gâteaux.»

Même discours chez leur camarade de classe Jamina: «J’aide souvent dans la cuisine. A la maison, nous mangeons souvent des plats sains.» Cela fait six mois que les jeunes suivent ce cours ; ils ont notamment appris des techniques de cuisine. Parce que préparer le gingembre, ça s’apprend.

«Dites, c’est quoi des ciboules?»

Nous cherchons en vain des portables pendant le cours. Au lieu de poser la question au Dr Google, comme on a l’habitude de le faire, les élèves bombardent le professeur de leurs questions et problèmes. Pendant notre visite d’une heure, ce que nous avons entendu le plus souvent, c’était: «Madame Haller, s’il vous plaît!» L’enseignante est habituée aux questions incessantes. «J’ai de la chance, ils aiment vraiment venir en cours.» Alors, on leur pardonne de ne pas savoir ce qu’est la ciboule.

 «Quand nous avons commencé, la plupart ne savaient même pas couper un oignon, c’est vrai», nous confie Mme Haller. Mais quelques enfants, venant de familles faisant plus attention à leur alimentation, ont déjà un certain savoir en arrivant au cours. «Tout dépend réellement de la famille et de l’implication des enfants». Autrefois, c’était beaucoup plus courant. De nos jours, les plats préparés sont une bonne alternative, quand les parents, pour des raisons financières, accumulent deux emplois.

Les enfants aiment cuisiner avec leurs parents

 «C’est quoi, une poêle antiadhésive?», «C’est quoi, la sauce soja ?» - les questions fusent et nous ne pouvons nous empêcher de sourire. Les élèves montrent un réel intérêt pour la cuisine. Ils aiment surtout cuisiner avec leurs parents. Ils s’amusent, participent volontiers aux tâches et sont très concentrés. Alors, les parents devraient peut-être impliquer plus leurs enfants dans la cuisine, car ces derniers sont plus que motivés.


Écris un commentaire

2 Commentaires

Jerem il y a 4 Mois
Dur de motiver un enfant à faire la cuisine lorsque ses références gustatives ont été pourries par les mauvaises habitudes d un des deux parents. A force de jurer que par les chicken nuggets frites pizza macdo et autres plats a base de pates toujours agrémenté de ketchup. Les enfants ne connaissent plus les vrais gouts de choses et ne veulent pas les connaitres. Car leurs petit cerveau a enregistré les gouts et stimulis fourni par les additifs alimentaire et autre exhausteur de gouts. Il faut batailler et ruser pour arriver a leur faire aimer les gouts des legumes et autres plats cuisinés sans additifs et autres sauces industrielles. Conclusion, soignez l'alimentation de vos enfants et prenez le temps de cuisiner meme si c est parfois barbant. Et faites participer vos enfants, si ils n ont pas deja été corrompus par l industri chimico-alimentaire, se sera aisé de capter leur attention et developper leur interet pour la cuisine.
1
2
Réponse
Freddy K il y a 4 Mois
qui? mis à part les publicitaires qui veulent nous fourguer du plat cuisiné et de la junk-food en 30mn par wagons entiers, personne...
6
0
Réponse
Et si Jésus avait eu un iPhone?

Et si Jésus avait eu un iPhone?

Les films les plus écœurants de l'histoire

Les films les plus écœurants de l'histoire

«Ma manie du shopping m'a coûté ma relation»

«Ma manie du shopping m'a coûté ma relation»

Des céréales qui comblent plus que la faim

Des céréales qui comblent plus que la faim